FLASHS

Pros

Dernières brèves du Giro

Publié le 13/05/2006 11:23

Dernières brèves du Giro : McEwen hésite à abandonner, Ullrich progresse, Delage perd une dent, les premiers cols.
Dernières brèves du Giro : Robbie McEwen hésite à abandonner, Jan Ullrich progresse, Mickaël Delage perd une dent, les premiers cols.

Les brèves :

Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Tout le monde attendait un sans-faute d'Alessandro Petacchi sur ce Giro et finalement, c'est l'Australien Robbie McEwen (Davitamon-Lotto) qui a tout rafflé. Hier à Forli, le sprinter a enlevé sa troisième victoire d'étape sur ce Giro, la onzième de sa carrière. "C'est magnifique et je dois remercier le train des Milram, a déclaré Robbie McEwen. Gagner une étape du Giro est excellent. Je n'ai pas de train pour m'emmener les sprints donc j'ai profité de celui des Milram, qui est le plus fort. C'est difficile de gagner lorsqu'on est le seul favori. Quand Petacchi ou Boonen sont là, on peut établir sa tactique en fonction d'eux. Là, il faut réagir très vite par rapport à n'importe quel adversaire." Bien en tête du classement par points, l'Australien hésite à présent à quitter la course, comme il l'avait prévu initialement : "ce serait beau de gagner ce classement mais il y a encore beaucoup de chemin jusqu'à Milan. Je ne sais pas encore si j'irai au bout, il faut prendre les étapes au jour le jour. C'est vrai que je suis le seul grand sprinter maintenant, mais le profil des étapes à venir avantage plus Bettini et il peut marquer des points."

Au terme de la première semaine de course, l'Allemand Jan Ullrich (T-Mobile) est satisfait de ses sensations sur le Tour d'Italie. 26ème du classement général à 1'22" d'Olaf Pollack, l'Allemand a réjoui Rudy Pevenage. "Jan arrive progressivement en forme, a noté le directeur sportif Belge. Nous verrons comment il grimpe les cols ces prochains jours." De son côté, Jan Ullrich a été impressionné par la prestation collective de la T-Mobile dans le contre-la-montre par équipes. "Je suis vraiment très satisfait, a-t-il commenté. Beaucoup de gens ne comptaient pas sur nous jeudi mais notre résutat nous a à peine surpris. Nous savons que nous sommes une équipe très forte. Ce qui m'a davantage étonné, c'est l'harmonie du groupe. Nous sommes tous sur la même longueur d'onde. Nous voulons la victoire, et c'est de bon augure avant le Tour de France. Personnellement, j'ai roulé comme prévu. Les bases de cet hiver sont là, ça s'est confirmé. Je n'ai pas fait encore beaucoup de montagne car j'ai dû m'épargner à cause de ma blessure au genou en avril. Il va donc falloir que je travaille encore ces prochains jours. Ma forme arrive vers le haut."

Grand animateur de la deuxième étape du Tour d'Italie dimanche dernier, le benjamin du Giro Mickaël Delage (Française des Jeux) a été victime d'un accident peu commun dans le final de la sixième étape hier soir. Le coureur de 20 ans a reçu dans les dents le bidon plein d'un coureur qui se débarrassait du surplus de poids à l'approche du sprint massif. L'incident s'est produit à 2 kilomètres de l'arrivée à Forli. Mickaël Delage a fini sa course mais a immédiatement été conduit chez un dentiste, le Français se plaignant de violentes douleurs dentaires et de maux de tête. Le jeune homme a été reçu en urgence par un spécialiste afin de se faire soigner une dent cassée par le choc provoqué par le jet du bidon. Les Français n'ont pas été chanceux dans le final de la sixième étape puisque deux d'entre eux ont également été pris dans la chute qui a coupé le peloton en deux sous la flamme rouge. Rien de trop grave visiblement, Cyrille Monnerais (Française des Jeux) souffrant de quelques contusions tandis que Andy Flickinger (Bouygues Telecom) se plaignait du dos.

Le chiffre... 24

24, c'est le nombre d'heures que l'Allemand Olaf Pollack (T-Mobile) devrait passer avec le Maillot Rose de leader sur ses épaules, comme en 2004. Parvenu à endosser la prestigieuse tunique hier soir à Forli grâce au jeu des bonifications, le sprinter ne devrait pas passer les premiers cols du jour avec les meilleurs. "J'aurais préféré gagner l'étape mais je suis satisfait du Maillot Rose, a expliqué Olaf Pollack hier soir. Cette fois, j'ai choisi d'attendre dans le sprint. Je me sentais bien mais Korff est tombé avant l'arrivée et il m'a manqué. C'est mon homme de confiance dans les sprints. Prendre le maillot à Serhiy Honchar est un peu étrange. Il le récupérera peut-être demain. En tout cas, je suis prêt à travailler pour lui. La prochaine étape est longue, avec pas mal de montées et de descentes. Mais une chose est sûre : je passerai une bonne journée avec ce Maillot Rose."

Le road-book :

Au terme de la première semaine de course, l'heure est à la montagne avec une première étape dite de moyenne montagne aujourd'hui entre Cesena et Saltara. C'est l'étape la plus longue de ce Giro puisque distante de 236 kilomètres, entre l'Emilie-Romagne et les Marches, via le petit Etat de Saint-Marin. Après un départ donné tout près de la mer Adriatique, à côté de la ville de Marco Pantani (Cesenatico), le peloton s'engagera dans les terres pour aller chercher la première difficulté montagneuse de ce 89ème Tour d'Italie. Le Monte Catria (1368 mètres d'altitude) se présentera à 100 kilomètres de l'arrivée avec une ascension de 15,8 kilomètres à 5,7 %. Suivra une longue partie descendante puis plane propice aux regroupements avant d'attaquer le Monte delle Cesane (7,7 km à 7 %), situé à 40 kilomètres du but. Il restera à franchir une dernière côte de 4 kilomètres non référencée au classement de la montagne, à 14 kilomètres de l'arrivée, avant d'en finir dans les rues de Saltara par une bosse finale de 2,5 kilomètres à 6,5 %. Bref, une étape qui s'adresse plus aux puncheurs qu'aux purs grimpeurs.

Groupama picto-dec18

Sport 101 Facebook V4

Instagram Vélo101

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019
dimanche 10 mars 2019
dimanche 07 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES

Sportour déc-janv19
Fenioux déc18-janv19