FLASHS

Pros

Tour de France J-4 : La particularité des années en 9.

Publié le 02/07/2019 14:30

Le Tour de France 2019 s'élance samedi. L'occasion pour nous de revenir avec intérêt sur les éditions des années en 9 qui sont rentrées dans l'histoire de la Grande Boucle.

 

Federico BahamontèsFederico Bahamontès | © Ultime Bike

1959 : Première victoire espagnole. Considéré comme un grimpeur surdoué et sûrement l’un des meilleurs dans l’histoire du cyclisme, Federico Bahamontès a remporté le classement de meilleur grimpeur sur le Tour à 6 reprises. En 1959, alors que les Français Anquetil, Bobet, Rivière et Géminiani ne s’entendent pas, « L’Aigle de Tolède » profite de ses talents d’escaladeur ainsi que de la défaillance du luxembourgeois Charly Gaul pour prendre le maillot jaune lors de la 17e étape et ne plus le quitter jusqu’à Paris. Il offre ainsi à l’Espagne sa première victoire dans la Grande Boucle. C’est également l’année du premier direct retransmis à la télévision par hélicoptère lors de la 18e étape au col de l’Iseran le 14 juillet.

Eddy MerckxEddy Merckx | © Cycling History

1969 : Eddy Merckx, le début d’un règne. L’année 1969 marque le retour définitif des équipes de marque. Le jeune Eddy Merckx s’aligne au départ avec un sentiment de revanche, lui qui venait de se faire déclasser pour dopage du Tour d’Italie qu’il s’apprêtait à gagner. Il prendra le maillot jaune dès les premiers jours à la suite d’un contre-la-montre par équipes en Belgique, puis, prend une avance décisive lors de la 6e étape avec l’arrivée au sommet du Ballon d’Alsace. Il augmentera son avance régulièrement au fil de la course pour terminer avec près de 18 minutes sur son premier poursuivant Roger Pingeon (!). Le Belge a littéralement écrasé la course et se paye même le luxe de remporter tout les classements annexes. Il signe là sa première victoire sur le Tour de France lui qui en gagnera 5 plus toutes les plus grandes courses du calendrier ce qui fait de son palmarès le plus grand de l’histoire du cyclisme encore aujourd’hui. Son surnom « Le Cannibale » illustre bien cette performance légendaire.

Podium du Tour 89Podium du Tour 89 | © Rouleur Magazine

1989 : les 8’’ les plus célèbres. La terrible histoire des huit secondes séparant le vainqueur Greg Lemond de son dauphin Laurent Fignon, s’est également produite lors     d ‘une année en 9. Le français était en jaune au départ de la dernière étape, un contre-la-montre entre Versailles et Paris (24km) avec une avance de 50 secondes sur l’américain. Il avait su prendre l’ascendant psychologique sur son rival lors des étapes de montagne pour assurer la victoire finale. Cependant, Fignon souffre depuis quelques jours d’une blessure au niveau de la selle et les médias assurent que la victoire n’est pas acquise même si la majorité du public ne croît pas en un dernier retournement de situation. Toutefois, Lemond y croît fortement et réussit à produire un rythme important sur son nouveau guidon de triathlète. Le maillot jaune, sur un vélo plus traditionnel, montre moins de puissance et perd de plus en plus de temps. Il terminera à 58 secondes du vainqueur qui n’est autre que Greg Lemond. Ce dernier remporte le général pour seulement 8 secondes, le plus faible écart jamais enregistré dans l’histoire de l’épreuve !

Armstrong Tour 99Armstrong Tour 99 | © Oldbici

1999 : L’arrivée d’Armstrong. Après avoir vaincu le cancer, l’Américain Lance Armstrong semble plus fort que jamais. Il se lance au départ du Tour de France en 1999 dans le but de remporter le classement général, un pari insensé pour tous les suiveurs. Pourtant, il surclasse tous ses adversaires dès le prologue, puis lors du premier contre-la-montre pour ensuite dominer largement en montagne et finir avec plus de 7 minutes d’avance sur son premier poursuivant. Ce scénario va se répéter 7 années consécutives avant qu’il ne soit contrôlé positif à l’EPO, puis déchu de toutes ses victoires par l’UCI en 2012. Cette affaire est alors considérée comme le plus gros cas de dopage de l’histoire du sport.

ContadorContador | © 20 minutes

2009 : victoire de Contador dans un contexte d’adversité exacerbée. L’Américain Armstrong va sortir de sa retraite et prendre le départ du Tour cette année-là pour tenter de l’emporter une 8e fois. Il devra faire face aux anciens vainqueurs espagnols Carlos Sastre et Alberto Contador, son propre coéquipier, mais également Cadel Evans, les frères Schleck, ou encore Bradley Wiggins. Une forte concurrence donc et le sextuple vainqueur ne fera pas mieux que 3e à l’arrivée pour ensuite être déclassé pour les raisons que nous connaissons. C’est Alberto Contador qui va l’emporter pour la seconde fois après une belle bagarre avec le jeune Luxembourgeois Andy Schleck. En effet, ce Tour est rendu passionnant grâce aux multiples attaques de ces deux coureurs qui n’hésitent pas à tenter leur chance de loin pour frapper un grand coup. Finalement, c’est dans les étapes chronométrées que Contador va prendre le plus de temps à Schleck lui permettant ainsi d’assurer la victoire.

Egan Bernal Tour de CalifornieEgan Bernal Tour de Californie | © Getty Sport

2019 : Arrivée de Bernal ? Comme nous pouvons le remarquer, chaque édition des années en 9 marquent l’histoire de la grande boucle. L’édition 2019 du Tour de France pourrait bien ne pas faire exception à la règle. En effet, il est possible d’assister à une passation de pouvoir entre Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour, mais absent cette année, et Egan Bernal, jeune pépite du cyclisme colombien qui s’est déjà montré impressionnant sur les courses par étape et qui pourrait régner sur l’épreuve pendant plusieurs années tel un Eddy Merckx ou un Bernard Hinault. Réponse le 28 juillet.

 

Par Nathan Malo

INSCRIPTION EN LIGNE