FLASHS

Cyclosport

Interview de Thomas Voeckler

Publié le 13/06/2019 15:30

Retraité des pelotons depuis 2017 mais avec de nombreuses activités dans le domaine du cyclisme, Thomas Voeckler a décidé de mettre sa cyclo sur pied : "La Thomas Voeckler by Matra". Il nous présente ici cet événement en détail.

Bonjour Thomas, de qui est venue l’idée de cette cyclo à Avoriaz ?

Alors, je suis ambassadeur de la station d’Avoriaz depuis maintenant 2 ans donc j’ai de très bonnes relations avec la station et on a mis sur pied la première cyclo à mon nom en 2018 à Avoriaz et, cette année elle sera étendue au domaine des Portes du Soleil qui ont repris l’organisation donc l’appellation officielle est « La Voeckler by Matra » car c’est un de mes partenaires et également le sponsors de cette épreuve et la particularité est que l’événement est sur 2 jours. C’est ouvert aux vélos à assistance électrique mais pas que, bien sûr, tout en sachant qu’il ne faut pas qu’il y ait de confusion entre les vélos à assistance électrique qui n’auront pas de classement mais des temps de référence, et, les vélos traditionnels qui auront bien entendu un classement officiel.

Donc l’idée de départ était de marier l’électrique avec le mécanique sur une vraie cyclo-sportive étendue sur 2 jours ?

C’est ça c’était vraiment pour qu’il y en ai pour tous le monde : coureurs confirmés qui ont le temps de s’entraîner, et également pratiquants plus occasionnels qui n’ont pas forcément les mêmes capacités. Évidemment, sur Vélo 101 on connaît la montagne et si on est pas entraîné, on ne prend pas de plaisir, donc, les coureurs entraînés viennent se faire plaisir avec un vélo traditionnel et ils seront peut être accompagné d’amis ou d’épouse qui n’ont pas forcément les mêmes capacités mais qui pourront quand même effectuer le parcours grâce au vélo à assistance électrique. Bon, on arrive avec beaucoup d’humilité, on ne vise pas des records de participation mais on vise plutôt la durée et je pense que la mixité entre les vélos traditionnels et les vélos à assistance électrique est un domaine qu’il fallait explorer.

Justement, lors du débriefing de l’année 1, quelles idées, quelles suggestions, quels éléments avez-vous retenus pour cette deuxième édition ?

D’abord, j’essaye vraiment de faire passer le message qu’il ne faut pas comparer un vélo à assistance électrique à un vélo traditionnel. Quelqu’un qui fait du vélo à assistance électrique qui double un vélo traditionnel dans une côte n’a pas à se croire plus fort et inversement, on a pas à se dévaloriser parce qu’on se fait doubler par un vélo à assistance électrique. Il faut juste comprendre que ce sont deux usages différents et qu’on ne va pas mettre les vélos à assistance électrique dans un classement avec les vélos traditionnel, et d’ailleurs, pour les vélos à assistance électrique ce ne sont pas des classements mais des temps de référence, qui servent par exemple à se comparer d’une année sur l’autre, mais je n’appelle pas cela un classement, il y aura un classement pour les vélos traditionnels et ça, on ne l’a peut être pas assez précisé l’année dernière et ça a pu freiner, je pense, les « puristes », qui ont eu du mal à accepter qu’il y ait eu une concurrence avec les vélos à assistance électrique, mais moi je bataille pour qu’on ne fasse pas la confusion.

Le départ de la cycloLe départ de la cyclo | © La cyclo Thomas Voeckler

Pour décliner le programme, au niveau du vélo traditionnel, vous allez avoir deux parcours ?

Oui, il y a deux parcours, que ce soit le samedi ou le dimanche. Le domaine des Portes du Soleil comporte 12 stations, la station d’Avoriaz dont je suis ambassadeur sera un petit peu plus mise en avant avec une arrivée de course et un passage de deux autres courses. Il y aura donc un petit parcours et un grand parcours pour les deux jours, avec une arrivée en Suisse le samedi et un départ de Suisse le dimanche. Donc voilà ça fait un beau programme surtout avec les Portes du Soleil qui ont repris l’organisation et moi, avec mon image, je serai bien sûr là sur le vélo.

Sur un vélo mécanique ou électrique ?

Euh… je vais voir en tout cas je serai là sur un vélo mais, vous savez, vu que je suis ambassadeur de la marque « Matra », c’est plus logique que je soit sur un vélo à assistance électrique et je ne vais pas vous cacher que de ce coin là de la France je ne suis pas plus mal sur un VAE parce que je n’ai pas la condition que j’avais il y a encore 2 ans.

Au niveau participation, vous ambitionnez quel chiffre cette année ?

Très honnêtement, si on avait 500 participants, ce serait une réussite pour nous pour une première sur deux jours d’autant plus que les dates sont difficiles à trouver avec un programme cyclo-sportives qui est très occupé et on essaye de se faire une petite place mais on veut surtout que les gens aient envie de revenir et de passer un bon moment.

Sur ce que vous avez vu en année 1, est ce que vous avez vu un public plus familial, de 50 ou 60 ans, qu’on ne verrait pas forcément sur un vélo traditionnel s’il n’y avait pas de vélo à assistance électrique ?

Oui, l’année dernière j’étais à côté d’un monsieur qui n’avait pas le physique d’un cycliste et qui a pu faire le parcours parce qu’il avait un vélo à assistance électrique et il a pu profiter de la vue, du paysage. J’ai également vu des couples qui roulaient, monsieur avec un vélo traditionnel, et madame avec un VAE et ça, c’est juste impossible à imaginer si on n’ouvre pas la cyclo sportive avec un vélo à assistance électrique.

Le VAE « Matra, », pour la paix des ménages, c’est beau ! Sinon, avec les Portes du Soleil, on connaît aussi l’épreuve de VTT de référence en début de saison, est ce que vous allez progressivement avoir une ouverture sur le VTTAE ?

Une ouverture, oui et non parce que avec la marque que je représente, il y a une grosse gamme de VTT mais je ne la mettrais pas en avant parce qu’il faut aussi être crédible et, étant donné que mon sport a été la route, je ne peut pas me permettre de faire croire aux gens que je suis habile en VTT et je préfère rester humblement dans mon domaine de compétence que d’aller sur des domaines que je ne connais pas forcément suffisamment.

La Voeckler by MatraLa Voeckler by Matra | © Dom Daher

On en parlait tout à l’heure, la cyclo-sportive sera portée sur les vélos mécaniques et la partie « électrique » ne sera considérée que comme une randonnée avec des temps de référence. Les départs seront communs ou séparés ?

Alors, là on est vraiment en train de se poser la question, ça prend un petit peu de temps mais c’est vrai que c’est quelque chose qu’on est en train d’étudier au plus près pour que ça se passe de la meilleure des manières.

On pourrait suggérer de faire des départs séparés ?

Oui bien sûr, dans l’idéal c’est ça, mais séparés de combien de temps ? Si on fait partir les VAE ne serait-ce que 5 minutes avant, il y aurait quand même des gens qui n’ont pas l’habitude de faire les descentes et des vélos traditionnels peuvent aussi les rattraper et on ne peut pas non plus décaler de 3h donc c’est vrai qu’on essuie des plâtres un peu.

Et pourquoi pas suggérer des départs de 30 minutes entre les mécaniques d’abord et ensuite les électriques ? Les électriques ne pourront pas rattraper les premiers mécaniques ?

C’est vrai, après d’un côté organisationnel c’est peut être un peu compliqué mais on va voir ça et on ne tardera pas à donner des précisions bien sûr, sur le site internet.

Les beaux paysages de la haute savoieLes beaux paysages de la haute savoie | © Dom Daher

Globalement, vous arrêterez le programme sous quel délai ?

Oh d’ici un mois et demi on va dire, à la mi avril, tout sera calé à ce niveau là même si tout est déjà calé avec les parcours, la communication de la cyclo est déjà lancée mais après concernant les horaires, je pense qu’il faut attendre encore un bon mois pour voir comment s’organisent les stations

On voit arriver des marques comme Pinarello avec des cadres route traditionnels avec des batteries à l’intérieur, vous voyez ce marché là se développer largement ?

Oh oui, c’est un marché qui se développe mais après il ne faut pas confondre avec les VAE « purs » c’est à dire avec une grosse autonomie et pourquoi pas les versions « speeds » qui vont jusqu’à 45km/h. Ces modèles de marques qu’on voit sur le Tour de France, qui font rêver, ont quand même une assistance assez légère en terme d’autonomie et de watts donc ce sont deux produits différents mais c’est vrai que si on prends l’exemple de quelqu’un qui prend un petit peu d’âge et qui veut quand même continuer à suivre un peu les copains en montagne ou quoi, il ne faut pas se le cacher, c’est une très belle solution, le seul petit bémol c’est qu’au niveau tarifs c’est quand même très élevé.

Une dernière question, vous obligez les gens avec un VAE à porter le casque sur la cyclo-sportive Thomas Voeckler ?

Bien entendu, il est clair que VAE ou pas, quelque soit l’âge, le casque est obligatoire, c’est le principe de base.

 

Par Nathan Malo

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 25 août 2019
dimanche 08 septembre 2019
dimanche 15 septembre 2019
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES