FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Général • Courage Adrien

Retour au forum Route > Général Bas de page

envoyé le 10/08/2018 08:46

le boyau sous la selle qui tombe et ce coince dans sa roue , quand 'ta pas de bol ! 

Pour lui, chaque chute maintenant le met véritablement en péril d'amputation ; je crains qu'il ne puisse revenir cette fois-ci, et je le regrette profondément. Bonne journée Sylvain !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 09:15

Certains veulent exister et gagner dans un sport. n'importe lequel. Il vont tâtonner jusqu'à trouver celui dans lequel ils excellent. Roglic a abandonné le saut à ski car il savait qu'il ne pourrait pas être le meilleur dans cette discipline.

D'autres pratiquent les sports. Ils les pratiquent car ils aiment cela.

En 1ère j'ai fait le championnat scolaire en volley. Il y en avait 2 qui étaient nettement supérieurs au reste de l'équipe et pratiquaient le volley dans le "civil". Le meilleur des 2 voulait être prof de gym et touchait à tous les sport, et à part la natation il était bon partout. L'autre voulait faire du volley son métier et ne faisait que cela. Et même en s'entrainant 2 ou 3 fois plus il n'était pas le meilleur. Quelques années plus tard je regarde à la TV un match international. Il était le passeur de l'EDF.A force de travail il avait réussi

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 10:19

Pour lui, chaque chute maintenant le met véritablement en péril d'amputation ; je crains qu'il ne puisse revenir cette fois-ci, et je le regrette profondément. Bonne journée Sylvain !

Tant qu'il est en un seul morceau j'espère qu'il va raccrocher la compétition et se faire plaisir d'une autre façon, toujours sur un vélo mais dans un but plus contemplatif...

Avec ce gars on a l'impression que chuter et se faire mal c'est son destin...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 11:27

Tant qu'il est en un seul morceau j'espère qu'il va raccrocher la compétition et se faire plaisir d'une autre façon, toujours sur un vélo mais dans un but plus contemplatif...

Avec ce gars on a l'impression que chuter et se faire mal c'est son destin...

Il est jeune, il a toute la vie devant lui. Concernant son passage chez les pros, je pense que malgré son immense talent il n'en voulait pas. De toute façon il n'avait plus rien fait depuis début 2017, à ce niveau, même hyper doué cela veut dire qu'il avait compris que ce n'était pas sa tasse de thé. Dans le fond cela veut sans doute dire qu'il a beaucoup de maturité et il sait où il veut aller.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 11:32

Il est jeune, il a toute la vie devant lui. Concernant son passage chez les pros, je pense que malgré son immense talent il n'en voulait pas. De toute façon il n'avait plus rien fait depuis début 2017, à ce niveau, même hyper doué cela veut dire qu'il avait compris que ce n'était pas sa tasse de thé. Dans le fond cela veut sans doute dire qu'il a beaucoup de maturité et il sait où il veut aller.

Ou ije ne suis pas du tout inquiet pour lui. Et dans la plupart des cas si tu ne sais pas où aller tu finis par le découvrir, sauf si tu vas au bistrot !

Jeune ou pas on a tous cette chance de repartir à zéro...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 11:39

Certains veulent exister et gagner dans un sport. n'importe lequel. Il vont tâtonner jusqu'à trouver celui dans lequel ils excellent. Roglic a abandonné le saut à ski car il savait qu'il ne pourrait pas être le meilleur dans cette discipline.

D'autres pratiquent les sports. Ils les pratiquent car ils aiment cela.

En 1ère j'ai fait le championnat scolaire en volley. Il y en avait 2 qui étaient nettement supérieurs au reste de l'équipe et pratiquaient le volley dans le "civil". Le meilleur des 2 voulait être prof de gym et touchait à tous les sport, et à part la natation il était bon partout. L'autre voulait faire du volley son métier et ne faisait que cela. Et même en s'entrainant 2 ou 3 fois plus il n'était pas le meilleur. Quelques années plus tard je regarde à la TV un match international. Il était le passeur de l'EDF.A force de travail il avait réussi

 

Roglic a surtout arrêté le saut à ski suite à une monstrueuse gamelle sur le tremplin de vol à ski de Planica ... de quoi perdre la confiance et ne plus pouvoir remonter au meilleur niveau https://youtu.be/oNRYgKyZBAI

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 12:10

Roglic a surtout arrêté le saut à ski suite à une monstrueuse gamelle sur le tremplin de vol à ski de Planica ... de quoi perdre la confiance et ne plus pouvoir remonter au meilleur niveau https://youtu.be/oNRYgKyZBAI

pas sur. Il a dit qu’après cette gamelle il avait repris et même sauté plus loin

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/08/2018 00:01

Il est jeune, il a toute la vie devant lui. Concernant son passage chez les pros, je pense que malgré son immense talent il n'en voulait pas. De toute façon il n'avait plus rien fait depuis début 2017, à ce niveau, même hyper doué cela veut dire qu'il avait compris que ce n'était pas sa tasse de thé. Dans le fond cela veut sans doute dire qu'il a beaucoup de maturité et il sait où il veut aller.

L'une des raisons de son arrêt a été la mort de son coéquipier Chad Young.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/08/2018 00:18

L'une des raisons de son arrêt a été la mort de son coéquipier Chad Young.

 

envoyé le 09/08/2018 11:50

 



Paul MICHEL

 

Je crois qu'il avait interrompu sa carrière début 2017 au moment où son coéquipier Chad Young décédait suite à une chute sur une course aux USA.

J'en déduis que cet évènement avait peut-être participé à sa réflexion globale qui était déjà bien avancée.....

Vous semblez d'accord.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 13/08/2018 00:38

Pas la peine de réagir à cran, je parlais de sa carrière professionnelle. Pas du reste de sa vie.

J'ai en tête l'exemple de Roger Rivière qui ne s'est jamais vraiment remis, physiquement mais surtout moralement parlant, de sa chute dans le col du Perjuret dans le Tour 60, à peine plus âgé qu'Adrien Costa. Il en était ressorti boiteux à vie.

 Il est tout jeune, certainement bien entouré, il peut faire encore des tonnes de projets, viser une "carrière" que ce soit dans le sport ou non.

On est pas sur des rails, la fin de quelque chose c'est le début de 10 autres. La force s'est de s'adapter et non de renoncer...

C'est tout ce que je lui souhaite : qu'il ait cette force, ou qu'il la trouve. Ce n'est pas le cas de tout le monde.

Autre exemple inspirant: Stig Broeckx. Sa lutte est loin d'être finie — sera-t-elle finie un jour ? — mais il lutte. C'est l'essentiel. « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent (Victor Hugo) ».

http://www.sport.be/fr/cyclisme/article.html?Article_ID=821239&v=08082017

"J'ai en tête l'exemple de Roger Rivière qui ne s'est jamais vraiment remis, physiquement mais surtout moralement parlant, de sa chute dans le col du Perjuret dans le Tour 60, à peine plus âgé qu'Adrien Costa. Il en était ressorti boiteux à vie."

Attention aux comparaisons, le "cas" de Roger Rivière est nettement différent - nous parlons d'un coureur pro de grand talent qui a mal négocié un virage du col du Perjuret, en effet, alors qu'il chassait après le futur vainqueur de ce Tour, l'Italien Gastone Nencini, bon coureur de courses par étapes - vainqueur de ce Tour 60 après avoir remporté le Giro 57 avec une poignée de secondes d'avance sur Louison Bobet, des "manoeuvres suspectes de spectateurs" (= comprendre : "poussettes répétées") ayant été observées dans l'arrivée au Campo dei Fiori (dénomination exacte à vérifier).

Les poches de RR contenaient des cachets dopants (= amphétamines) qui, selon certains observateurs, auraient pu affecter ses réflexes et sa lucidité dans cette descente dangereuse négociée au cours d'une étape marquée par une forte chaleur.

RR a été contraint de stopper sa carrière et "est tombé" dans la drogue, dure en l'espèce, très addictive - cf. le palfium.

Puis déchéance irréversible : "monte" plusieurs affaires qui foirent et tombe même dans de la délinquance de droit commun, cf. un braquage qui tourne mal.

Destinée dramatique.

Contemporain de Raymond Poulidor, il décède à 40 balais.

Espérons que Costa évitera cette chute.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 09:36

"J'ai en tête l'exemple de Roger Rivière qui ne s'est jamais vraiment remis, physiquement mais surtout moralement parlant, de sa chute dans le col du Perjuret dans le Tour 60, à peine plus âgé qu'Adrien Costa. Il en était ressorti boiteux à vie."

Attention aux comparaisons, le "cas" de Roger Rivière est nettement différent - nous parlons d'un coureur pro de grand talent qui a mal négocié un virage du col du Perjuret, en effet, alors qu'il chassait après le futur vainqueur de ce Tour, l'Italien Gastone Nencini, bon coureur de courses par étapes - vainqueur de ce Tour 60 après avoir remporté le Giro 57 avec une poignée de secondes d'avance sur Louison Bobet, des "manoeuvres suspectes de spectateurs" (= comprendre : "poussettes répétées") ayant été observées dans l'arrivée au Campo dei Fiori (dénomination exacte à vérifier).

Les poches de RR contenaient des cachets dopants (= amphétamines) qui, selon certains observateurs, auraient pu affecter ses réflexes et sa lucidité dans cette descente dangereuse négociée au cours d'une étape marquée par une forte chaleur.

RR a été contraint de stopper sa carrière et "est tombé" dans la drogue, dure en l'espèce, très addictive - cf. le palfium.

Puis déchéance irréversible : "monte" plusieurs affaires qui foirent et tombe même dans de la délinquance de droit commun, cf. un braquage qui tourne mal.

Destinée dramatique.

Contemporain de Raymond Poulidor, il décède à 40 balais.

Espérons que Costa évitera cette chute.

Je n'aime pas beaucoup l'accusation de "drogue dure" quant à la dépendance de Roger Rivière au palfium.

D'abord il est probable qu'il ait -au moins- commencé à prendre ce produit sur ordonnance de ses médecins, médecins qui pouvaient à l’époque avoir d'autres perceptions qu'actuellement de ce produit. Rivière prenait ce médicament parce qu'il souffrait. A l'époque les médecins, aveugles de crédulité quant à la pharmacopée, y allait de bon cœur ! Pour exemple Edith Piaf est morte de ses abus de médicaments (faut dire qu'à l'époque la polyarthrite rhumatoïde dont elle souffrait n'avait aucun alternative thérapeutique que de tenter d'atténuer les douleurs effroyables que provoque cette maladie). Kennedy y allait aussi très large pour soigner ses douleurs au dos.

Ensuite, de nos jours encore, il y a plusieurs écoles quant au traitement de la souffrance. Certains médecins y vont à fond pour traiter la douleur. D'autres sont plus prudents.

Pour deux opérations identiques on peut avoir deux approches.

Un ami Belge a bénéficié d'exactement la même opération du genou que la mienne. J'ai quasi été drogué pendant plus d'un mois aux anti-douleurs ("notre objectif est de vous soulager au maximum"). Peut-être que l'avantage est de pouvoir travailler plus à fond la rééducation -je ne sais pas-. J'en ai vomi de saturation de saloperies opioïdes. Mon ami, lui, en Belgique, ne reçoit quasi rien !

Je ne sais pas quelle est la meilleure approche d'autant que la théorie change tout le temps !  

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 10:01

Un gars lance un sujet, faut cotiser pour aider X à payer ses frais médicaux, comme dab les intervenants parlent de tout sauf du sujet, que fait Piaf là dedans, combien sont prêts à donner quelque chose.

Moi je ne donnerai rien car ce n'est pas parce qu'il est un peu connu qu'il faut l'aider. C'est dommage pour lui mais j'ai vu que son objectif de 100 000 dollars a été dépassé, il a du rab.

J'ai même vu une ancienne gagnante de Koh Lanta qui en lançait une pour financer un grand voyage

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 10:18

D'un avis personnel,je pense que l'accident de Roger Riviere aurait pu arriver à n'importe quel coureur,il a mal négocié un virage dans une descente,mais encore aujourd'hui on a de très nombreux coureurs qui chutent pour cette raison ..

Quand aux comprimés de ceci ou de cela qui auraient pu avoir une incidence sur son comportement ou ses réflexes,rien n'est prouvé et de toute façon à l'époque tous les coureurs se chargeaient de pilules puisque les contrôles n'existaient pas ..

La fatalité a voulu que ce fut Rivière qui loupe un virage,alors qu'il était le favori de ce tour,s'il avait été le dernier du classement,personne en aurait parlé et il n'y aurait jamais eu d'"affaire Rivière" ..

Depuis,les médias "entretiennent" l'histoire de Rivière,comme celle de Tom Simpson,histoire de trouver quelques exemples de "dopés" ..

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 10:34

Un gars lance un sujet, faut cotiser pour aider X à payer ses frais médicaux, comme dab les intervenants parlent de tout sauf du sujet, que fait Piaf là dedans, combien sont prêts à donner quelque chose.

Moi je ne donnerai rien car ce n'est pas parce qu'il est un peu connu qu'il faut l'aider. C'est dommage pour lui mais j'ai vu que son objectif de 100 000 dollars a été dépassé, il a du rab.

J'ai même vu une ancienne gagnante de Koh Lanta qui en lançait une pour financer un grand voyage

"faut cotiser pour aider X à payer ses frais médicaux"

 

Ce n'était pas le but du sujet non plus, mais je n'ai pas voulu couper le message

Ceci dit, si son entourage cherche de l'aide pour des frais médicaux forcément importants, même pour eux, rien ne leur interdit de le faire, ensuite chacun est libre

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 10:40

Quelle horreur… Vie sauvée mais carrière terminée avant d'avoir vraiment commencé. J'espère qu'il sera humainement bien accompagné, il en aura le plus urgent besoin.

Il ne faut pas oublier les progrès de la médecine et de la robotique. Je me souviens vaguement avoir vu un reportage à la TV d'un homme, qui était très sportif, à qui on avait amputé une jambe suite à un accident.

Une firme spécialisée lui avait construit une sorte de prothèse artificielle tout-à-fait révolutionnaire qui mimait presque à la perfection les mouvements d'une jambe. On voyait par la suite que cette personne faisait à nouveau du vélo de course avec sa jambe artificielle et il semblait rouler à très bonne vitesse. La prothèse était un prototype expérimental et la personne en question avait eu la chance que la firme qui avait construit cette prothèse était intervenu financièrement pour la tester sur lui car le prix de ce prototype (sur mesure suivant l'individu) doit être assez élevé. 

Je ne me souviens plus sur quelle chaîne TV j'avais vu ce reportage, ni exactement quand (peut-être l'an passé), ni tous les détails (nationalité de la personne, nom de la firme, hôpital, ...), mais je suis certain que cela a été fait.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 11:10

Il ne faut pas oublier les progrès de la médecine et de la robotique. Je me souviens vaguement avoir vu un reportage à la TV d'un homme, qui était très sportif, à qui on avait amputé une jambe suite à un accident.

Une firme spécialisée lui avait construit une sorte de prothèse artificielle tout-à-fait révolutionnaire qui mimait presque à la perfection les mouvements d'une jambe. On voyait par la suite que cette personne faisait à nouveau du vélo de course avec sa jambe artificielle et il semblait rouler à très bonne vitesse. La prothèse était un prototype expérimental et la personne en question avait eu la chance que la firme qui avait construit cette prothèse était intervenu financièrement pour la tester sur lui car le prix de ce prototype (sur mesure suivant l'individu) doit être assez élevé. 

Je ne me souviens plus sur quelle chaîne TV j'avais vu ce reportage, ni exactement quand (peut-être l'an passé), ni tous les détails (nationalité de la personne, nom de la firme, hôpital, ...), mais je suis certain que cela a été fait.

A l'occasion d'un reportage -néanmoins écouté que d'une oreille distraite- j'ai été surpris d'apprendre combien les avancées de la médecine, de la chirurgie, sont encadrées par les Pouvoirs Publics, en ces domaines et, au moins, en France.

Le reportage parlait d'une greffe d'avant-bras d'un homme qui en avait été privés. Greffe réussie car cet homme retrouve l'usage de ses mains. Incroyable.

Eh bien l'équipe chirurgicale doit demander l'autorisation des Pouvoirs Publics qui n'a pas encore tranché entre l'intérêt de la greffe -pour le futur- ou l'intérêt des prothèses.

Ça m'a scié. Il faut dire que les enjeux financiers, tu le soulignes, sont colossaux.

La question se pose de savoir si nos impôts doivent servir à ça ou s'il s'agit d'une question individuelle ou chacun a à prendre ses responsabilités.

En effet, le gus qui a bénéficié de sa greffe d'avant-bras ... est quand même peu utile à la société.

C'est cynique mais la question se pose aussi par rapport à d'autres urgences dont, par exemple, enfantines.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 22:59

D'un avis personnel,je pense que l'accident de Roger Riviere aurait pu arriver à n'importe quel coureur,il a mal négocié un virage dans une descente,mais encore aujourd'hui on a de très nombreux coureurs qui chutent pour cette raison ..

Quand aux comprimés de ceci ou de cela qui auraient pu avoir une incidence sur son comportement ou ses réflexes,rien n'est prouvé et de toute façon à l'époque tous les coureurs se chargeaient de pilules puisque les contrôles n'existaient pas ..

La fatalité a voulu que ce fut Rivière qui loupe un virage,alors qu'il était le favori de ce tour,s'il avait été le dernier du classement,personne en aurait parlé et il n'y aurait jamais eu d'"affaire Rivière" ..

Depuis,les médias "entretiennent" l'histoire de Rivière,comme celle de Tom Simpson,histoire de trouver quelques exemples de "dopés" ..

Tu dois bien admettre que certains poussaient le bouchon plus loin que d'autres et Rivière avait cette réputation, de même d'ailleurs que Simpson (ou Charly Gaul, surtout après le clm du Ventoux 1958).

Par contre quand je vois des coureurs de l'époque avec une banane ds la poche arrière, j'ai plus de mal à imaginer qu'ils y avaient également une seringue (je pense à Baha et plus tard à Herrera).

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:05

"J'ai en tête l'exemple de Roger Rivière qui ne s'est jamais vraiment remis, physiquement mais surtout moralement parlant, de sa chute dans le col du Perjuret dans le Tour 60, à peine plus âgé qu'Adrien Costa. Il en était ressorti boiteux à vie."

Attention aux comparaisons, le "cas" de Roger Rivière est nettement différent - nous parlons d'un coureur pro de grand talent qui a mal négocié un virage du col du Perjuret, en effet, alors qu'il chassait après le futur vainqueur de ce Tour, l'Italien Gastone Nencini, bon coureur de courses par étapes - vainqueur de ce Tour 60 après avoir remporté le Giro 57 avec une poignée de secondes d'avance sur Louison Bobet, des "manoeuvres suspectes de spectateurs" (= comprendre : "poussettes répétées") ayant été observées dans l'arrivée au Campo dei Fiori (dénomination exacte à vérifier).

Les poches de RR contenaient des cachets dopants (= amphétamines) qui, selon certains observateurs, auraient pu affecter ses réflexes et sa lucidité dans cette descente dangereuse négociée au cours d'une étape marquée par une forte chaleur.

RR a été contraint de stopper sa carrière et "est tombé" dans la drogue, dure en l'espèce, très addictive - cf. le palfium.

Puis déchéance irréversible : "monte" plusieurs affaires qui foirent et tombe même dans de la délinquance de droit commun, cf. un braquage qui tourne mal.

Destinée dramatique.

Contemporain de Raymond Poulidor, il décède à 40 balais.

Espérons que Costa évitera cette chute.

Les poches de RR contenaient des cachets dopants (= amphétamines)

 

La mémoire te fait défaut. Des amphétamines, à l'époque, ça aurait été presque "normal", non il avait des cachets de palfium, un opioïde, plus puissant encore que le tramadol et fortement suspecté d'avoir réduit sa sensibilité tactile : il aurait très pu avoir l'impression de freiner, sans le faire réellement.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:09

Il est jeune, il a toute la vie devant lui. Concernant son passage chez les pros, je pense que malgré son immense talent il n'en voulait pas. De toute façon il n'avait plus rien fait depuis début 2017, à ce niveau, même hyper doué cela veut dire qu'il avait compris que ce n'était pas sa tasse de thé. Dans le fond cela veut sans doute dire qu'il a beaucoup de maturité et il sait où il veut aller.

"Il est jeune, il a toute la vie devant lui."

Quel âge a donc David P. , Eric ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:22

D'un avis personnel,je pense que l'accident de Roger Riviere aurait pu arriver à n'importe quel coureur,il a mal négocié un virage dans une descente,mais encore aujourd'hui on a de très nombreux coureurs qui chutent pour cette raison ..

Quand aux comprimés de ceci ou de cela qui auraient pu avoir une incidence sur son comportement ou ses réflexes,rien n'est prouvé et de toute façon à l'époque tous les coureurs se chargeaient de pilules puisque les contrôles n'existaient pas ..

La fatalité a voulu que ce fut Rivière qui loupe un virage,alors qu'il était le favori de ce tour,s'il avait été le dernier du classement,personne en aurait parlé et il n'y aurait jamais eu d'"affaire Rivière" ..

Depuis,les médias "entretiennent" l'histoire de Rivière,comme celle de Tom Simpson,histoire de trouver quelques exemples de "dopés" ..

"Depuis,les médias "entretiennent" l'histoire de Rivière,comme celle de Tom Simpson,histoire de trouver quelques exemples de "dopés" .."

Il ne me semble pas que les "médias" entretiennent spécialement "l'histoire de Roger Rivière", quel forumeur peut prétendre s'intéresser à un ancien coureur né en 1936 et disparu il y a plus de 40 ans ??

Ce n'est plus un bon sujet pour les médias, les salades de dopage sont traitées dans l'esprit contemporain, càd dans un salmigondis d'images, de ralentis, d'interviews tronquées et d'appels à des "spécialistes" qui se précipitent pour passer à la téloche, ce merveilleux média qui s'invite dans nos canapés ...

Laissons Roger tranquille.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:30

Je n'aime pas beaucoup l'accusation de "drogue dure" quant à la dépendance de Roger Rivière au palfium.

D'abord il est probable qu'il ait -au moins- commencé à prendre ce produit sur ordonnance de ses médecins, médecins qui pouvaient à l’époque avoir d'autres perceptions qu'actuellement de ce produit. Rivière prenait ce médicament parce qu'il souffrait. A l'époque les médecins, aveugles de crédulité quant à la pharmacopée, y allait de bon cœur ! Pour exemple Edith Piaf est morte de ses abus de médicaments (faut dire qu'à l'époque la polyarthrite rhumatoïde dont elle souffrait n'avait aucun alternative thérapeutique que de tenter d'atténuer les douleurs effroyables que provoque cette maladie). Kennedy y allait aussi très large pour soigner ses douleurs au dos.

Ensuite, de nos jours encore, il y a plusieurs écoles quant au traitement de la souffrance. Certains médecins y vont à fond pour traiter la douleur. D'autres sont plus prudents.

Pour deux opérations identiques on peut avoir deux approches.

Un ami Belge a bénéficié d'exactement la même opération du genou que la mienne. J'ai quasi été drogué pendant plus d'un mois aux anti-douleurs ("notre objectif est de vous soulager au maximum"). Peut-être que l'avantage est de pouvoir travailler plus à fond la rééducation -je ne sais pas-. J'en ai vomi de saturation de saloperies opioïdes. Mon ami, lui, en Belgique, ne reçoit quasi rien !

Je ne sais pas quelle est la meilleure approche d'autant que la théorie change tout le temps !  

"Je n'aime pas beaucoup l'accusation de "drogue dure" quant à la dépendance de Roger Rivière au palfium."

Tu n'aimes "pas beaucoup" ce que tu présentes comme une "accusation" mais le fait est là : Roger R. "marchait" au palfium, il n'était pas le seul à l'époque. Et il en est mort jeune après une longue dérive sociale.

Jacques A. et Charly G., entre autres, ne sont pas vraiment cachés de leurs "prises" de produits similaires. Le premier est DCD à 53 balais et le second est parti à un âge "normal", reclus au fond d'un bois dans une vie d'ermite.

Et quid, plus récemment, des conditions de "fin de vie" de Marco P. et de Franck V. ??

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:34

A l'occasion d'un reportage -néanmoins écouté que d'une oreille distraite- j'ai été surpris d'apprendre combien les avancées de la médecine, de la chirurgie, sont encadrées par les Pouvoirs Publics, en ces domaines et, au moins, en France.

Le reportage parlait d'une greffe d'avant-bras d'un homme qui en avait été privés. Greffe réussie car cet homme retrouve l'usage de ses mains. Incroyable.

Eh bien l'équipe chirurgicale doit demander l'autorisation des Pouvoirs Publics qui n'a pas encore tranché entre l'intérêt de la greffe -pour le futur- ou l'intérêt des prothèses.

Ça m'a scié. Il faut dire que les enjeux financiers, tu le soulignes, sont colossaux.

La question se pose de savoir si nos impôts doivent servir à ça ou s'il s'agit d'une question individuelle ou chacun a à prendre ses responsabilités.

En effet, le gus qui a bénéficié de sa greffe d'avant-bras ... est quand même peu utile à la société.

C'est cynique mais la question se pose aussi par rapport à d'autres urgences dont, par exemple, enfantines.

"Ça m'a scié"

Aparaman, tu t'en est remis.

Prothèse en titane de l'avant-bras ??

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:41

"Je n'aime pas beaucoup l'accusation de "drogue dure" quant à la dépendance de Roger Rivière au palfium."

Tu n'aimes "pas beaucoup" ce que tu présentes comme une "accusation" mais le fait est là : Roger R. "marchait" au palfium, il n'était pas le seul à l'époque. Et il en est mort jeune après une longue dérive sociale.

Jacques A. et Charly G., entre autres, ne sont pas vraiment cachés de leurs "prises" de produits similaires. Le premier est DCD à 53 balais et le second est parti à un âge "normal", reclus au fond d'un bois dans une vie d'ermite.

Et quid, plus récemment, des conditions de "fin de vie" de Marco P. et de Franck V. ??

... le second (Charly Gaul) est parti à un âge "normal", reclus au fond d'un bois dans une vie d'ermite

Ta mémoire te joue encore des tours. Les derniers années de sa vie Gaul (influencé par sa fille) était sorti de cette vie d'ermite et apparaissait en public.

Voici ce qu'en dit Wiki :

Son isolement dure jusqu'en 1983, date du 25e anniversaire de sa victoire dans le Tour de France et l'année où il rencontre sa troisième épouse, Josée. Il s'installe avec elle dans une maison de la banlieue sud-ouest de la ville de Luxembourg. Il participe à une interview avec Pilo Fonck sur RTL. « J'étais heureux comme un gamin », dit Fonck. « J'ai eu l'interview de ma vie, celle que tout le monde voulait avoir »16. À propos de sa vie comme un ermite, Gaul raconte à Fonck :

« Je m'étais acheté une petite télévision portative, je la branchais sur la batterie de ma voiture pour regarder des étapes du Tour. Quand les batteries étaient déchargées, j'appelais le garagiste. J'avais assez voyagé. Je me suis dit "Tu es heureux ici, en paix". Il n'y avait rien, juste les arbres et l'eau. Je passais mes journées à planter des légumes.
Comment puis-je expliquer ce que j'ai fait ? Eh bien, il est difficile de revenir dans la société normale. Aujourd'hui, bien sûr, je ris à ce sujet, mais cette période est essentielle : sans elle, je n'aurais pas pu faire face à la pente finale, celle de la vieillesse16. »

Reconnaissance publique

Le Grand-Duché de Luxembourg a reconnu le passé de Charly Gaul et son retour à la société en lui offrant un emploi comme archiviste au ministère des Sports. Là, raconte Philippe Brunel, « il pouvait retourner dans le passé, recoller jour après jour, scrupuleusement, le puzzle de sa vie, à la recherche de pourquoi ce besoin d'échapper à la société »16.

Les organisateurs du Tour de France l'invitent en 1989 en tant qu'invité lorsque la course s'élance de Luxembourg. Il fait ainsi sa première apparition publique avec sa fille, Fabienne. Il reçoit la médaille du Tour de France de l'organisateur, Jean-Marie Leblanc29. Il assiste à une réunion d'anciens vainqueurs du Tour lors de la présentation de l'édition du centenaire en octobre 2002. Il recommence à suivre le cyclisme, en particulier Marco Pantani, le meilleur grimpeur de son époque30. Il est invité sur de nombreuses courses, y compris des étapes du Tour. Là, il s'assoit à côté de la tribune et répond aux questions posées par le commentateur, Daniel Mangeas.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/08/2018 23:44

Les poches de RR contenaient des cachets dopants (= amphétamines)

 

La mémoire te fait défaut. Des amphétamines, à l'époque, ça aurait été presque "normal", non il avait des cachets de palfium, un opioïde, plus puissant encore que le tramadol et fortement suspecté d'avoir réduit sa sensibilité tactile : il aurait très pu avoir l'impression de freiner, sans le faire réellement.

 

"La mémoire te fait défaut. Des amphétamines, à l'époque, ça aurait été presque "normal", non il avait des cachets de palfium, un opioïde, plus puissant encore que le tramadol et fortement suspecté d'avoir réduit sa sensibilité tactile : il aurait très pu avoir l'impression de freiner, sans le faire réellement."

Je n'ai pas le sentiment que ma mémoire soit défaillante, mes interventions sur différents sujets plaident en ma faveur.

Peu importe. On peut fort bien imaginer que les poches dudit Roger R. contenaient et des amphètes (cas typique du Tonedron - l'ancien coureur de Peugeot Désiré Letort connaissait bien la question ...) et du palfium.

OK pour l'hypothèse de "l'impression de freiner" sans qu'il l'ait fait réellement.

Et on peut/doit ajouter que Nencini avait les crocs, il était renseigné sur la descente de ce Perjuret et il a lancé la bagarre avec une efficacité que son lointain "descendant" Nibali sait mettre en oeuvre quand il le faut ...

Précision non anodine : Gastone Nencini n'avait pas 50 ans lorsqu'il a quitté ce monde.

 

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Général Haut de page

Sea Otter

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 24 mars 2019
dimanche 07 avril 2019
samedi 13 avril 2019
dimanche 14 avril 2019
lundi 22 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES