FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Le Raid Extrême Vosgien (REV) nouveau est arrivé!

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 20/11/2012 15:06

Bonjour,

Le REV 2013 est consultable sur le site.....du REV. Modification d'une partie du parcours, mais qui n'entraine pas d'augmentation des kms, pas d'augmentation du dénivelé, et....pas d'augmentation du montant de l'inscription pour 2013.smiley lol

Bienvenue aux futurs REVeurs, les premières inscriptions sont arrivées!

JCA

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 20/11/2012 22:52

moi, ça me fait rêver, je vais continuer de m'entraîner et un jour je le ferai, mais pour l'instant, je n'ai pas les capacités pour le finir.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 17:41

je me fait régulièrement des sorties de 120/130 km en montagne en été avec presque que des montées et descente et très peu de vallée, mais rien de comparable avec un 420 et pire un 600km!

Hormis des cyclo plates (versailles - chambord par exemple), je n'ai jamais fait plus de 200 km en montagne, alors ça a de quoi refroidir quand même.

Je verrais comment j'arrive à passer l'hiver et quel est l'état de forme au printemps. Si mon genou me fout la paix, j' essayerais peut être de boucler les 420. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 18:44

je me fait régulièrement des sorties de 120/130 km en montagne en été avec presque que des montées et descente et très peu de vallée, mais rien de comparable avec un 420 et pire un 600km!

Hormis des cyclo plates (versailles - chambord par exemple), je n'ai jamais fait plus de 200 km en montagne, alors ça a de quoi refroidir quand même.

Je verrais comment j'arrive à passer l'hiver et quel est l'état de forme au printemps. Si mon genou me fout la paix, j' essayerais peut être de boucler les 420. 

Bonjour Romain,

je te confirme ce que dit Joachim.

Moi l'année dernière à la meme époque j'étais en pleine réflexion, 420 ou 600???

Je n'ai aucune prédisposition de grimpeur, je suis canoeiste donc masse musculaire au dessus de la ceinture, et une densité osseuse importante ne feront de toute manière jamais de moi un grimpeur!

L'année dernière ca faisait en gros 10 mois que je roulais de manière un peu intensive, j'avais fini la saison avec 8000kms mais jamais dépassé les 200kms et toujours en paquet. Jamais de sortie en haute montagne, juste des cyclos comme la Walkowiack ou le Granfondo à Huy, les géants des ardennes.

J'ai passé 6 mois à me préparer autant mentalement que physiquement. J'ai allongé mes sorties, mais faute de budget, je n'ai fait qu'un déplacement en moyenne montagne à l'ascension avec la walkowiack le jeudi, sortie de 70kms de vendredi et 250kms avec 5000d+ le samedi. A deux mois environ du REV j'ai compris que j'étais pret dans ma tete. Le corps suivrait...

Dans l'année, j'ai fait 3 ou 4 sorties de plus de 300kms en solo et deux sorties de nuit.

J'ai bouclé mon REV... et j'attends qu'une chose... c'est dans 35 semaines 2 jours, 11 heures!!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 19:15

Bonjour Romain,

je te confirme ce que dit Joachim.

Moi l'année dernière à la meme époque j'étais en pleine réflexion, 420 ou 600???

Je n'ai aucune prédisposition de grimpeur, je suis canoeiste donc masse musculaire au dessus de la ceinture, et une densité osseuse importante ne feront de toute manière jamais de moi un grimpeur!

L'année dernière ca faisait en gros 10 mois que je roulais de manière un peu intensive, j'avais fini la saison avec 8000kms mais jamais dépassé les 200kms et toujours en paquet. Jamais de sortie en haute montagne, juste des cyclos comme la Walkowiack ou le Granfondo à Huy, les géants des ardennes.

J'ai passé 6 mois à me préparer autant mentalement que physiquement. J'ai allongé mes sorties, mais faute de budget, je n'ai fait qu'un déplacement en moyenne montagne à l'ascension avec la walkowiack le jeudi, sortie de 70kms de vendredi et 250kms avec 5000d+ le samedi. A deux mois environ du REV j'ai compris que j'étais pret dans ma tete. Le corps suivrait...

Dans l'année, j'ai fait 3 ou 4 sorties de plus de 300kms en solo et deux sorties de nuit.

J'ai bouclé mon REV... et j'attends qu'une chose... c'est dans 35 semaines 2 jours, 11 heures!!!

C'est vrai que si on commence à se déplacer pour l'entrainement, l'addition est chère. Mais inutile aussi de chercher les grands massifs, il suffit de chercher des montées de 7 à 14 kms à 6-8 % le plus proche de chez soi pour prendre de la résistance dans les cols.

Comme dit Olivier ,que je n'ai rencontré qu'à la réunion de clotûre, la préparation "mentale" est importante - et je me suis souvent demandé ce que c'était, jusqu'à ce que tu te retrouves à 1h du matin à 900 m d'altitude dans les Vosges sous les éclairs, et bien sûr sans assistance, à partir et revenir plusieurs fois au dernier ravito, à te demander si tu vas continuer ou pas...

Et bien si tu t'es entrainé à continuer de rouler quand il commence à pleuvoir, ou si t'as crevé au lieu de faire demi-tour à la première difficulté, ça sera payant sur le REV.

Sans oublier que la beauté des cols vosgiens et de la route des crêtes est motivante au point qu'on s'étonne d'avoir enchaîné 6-8 cols et d'avoir envie de continuer.

Beaucoup de facteurs interviennent dans le parcours, on peut pas tout prévoir comme la super lampe allemande à batterie qui foire après 3 ans de fonctionnement sans reproche - mais d'autres ont eu des crevaisons à répétition, la chaîne avec un maillon à moitié sorti... au bout du compte pas plus de danger que celui d'une sortie normale et de grands moments à garder pour toute l'année... Un chevreuil dans la montée du Markstein vers 20 h, qui te regarde et doit sans doute se dire... "mais c'est quoi cette bestiole?"

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 19:40

Aucun problème pour le 600, ce n'est pas tellement compliqué il suffit de mettre un pied devant l'autre. Si tu es capable de faire 100 bornes vallonné sans difficulté tu es capable de faire les 600 bornes au REV, après comme je te dis ce n'est qu'une question d'envie, d'organisation, et d'entrainement en conséquence, surtout ne pas s'y prendre trop tôt. La préparation idéale c'est une coupure 1 mois en novembre, passer une fin d'automne et un hiver de cycliste normal, et commencer une préparation plus spécifique début mars pour la cesser 1 mois avant, soit entre les deux un objectif de longue distance sur 4 mois, progressif et espacé de 15 jours à 3 semaines chaque. Cela demande un certain budget, entre la préparation, l'organisation, et le coût d'inscription, généralement quand on fait le REV c'est THE objectif de l'année. Si tu n'es pas open pour 2013 sans y être forcé, crois-moi il n'y aura rien de plus en 2014. On se lance ou on ne se lance pas. Le premier acte c'est de s'y inscrire pour avoir psychologiquement l'épreuve en tête de façon officielle. 

Aucun problème pour le 600, ce n'est pas tellement compliqué il suffit de mettre un pied devant l'autre. Si tu es capable de faire 100 bornes vallonné sans difficulté tu es capable de faire les 600 bornes au REV

C'est de l'humour?smiley lol

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 20:22

C'est vrai que si on commence à se déplacer pour l'entrainement, l'addition est chère. Mais inutile aussi de chercher les grands massifs, il suffit de chercher des montées de 7 à 14 kms à 6-8 % le plus proche de chez soi pour prendre de la résistance dans les cols.

Comme dit Olivier ,que je n'ai rencontré qu'à la réunion de clotûre, la préparation "mentale" est importante - et je me suis souvent demandé ce que c'était, jusqu'à ce que tu te retrouves à 1h du matin à 900 m d'altitude dans les Vosges sous les éclairs, et bien sûr sans assistance, à partir et revenir plusieurs fois au dernier ravito, à te demander si tu vas continuer ou pas...

Et bien si tu t'es entrainé à continuer de rouler quand il commence à pleuvoir, ou si t'as crevé au lieu de faire demi-tour à la première difficulté, ça sera payant sur le REV.

Sans oublier que la beauté des cols vosgiens et de la route des crêtes est motivante au point qu'on s'étonne d'avoir enchaîné 6-8 cols et d'avoir envie de continuer.

Beaucoup de facteurs interviennent dans le parcours, on peut pas tout prévoir comme la super lampe allemande à batterie qui foire après 3 ans de fonctionnement sans reproche - mais d'autres ont eu des crevaisons à répétition, la chaîne avec un maillon à moitié sorti... au bout du compte pas plus de danger que celui d'une sortie normale et de grands moments à garder pour toute l'année... Un chevreuil dans la montée du Markstein vers 20 h, qui te regarde et doit sans doute se dire... "mais c'est quoi cette bestiole?"

 

+1000 ou 12000 comme le dénivelé!!!

L'entrainement permet de prévenir au mieux... En mars je suis allé en Belgique : le samedi j'ai fait l'Ename Classic à Zottegem et le lendemain le Dwars Door. Les deux jours j'ai rallié le départ à vélo pour augmenter la distance. Le dimanche j'ai cassé mon dérailleur dans le vieux quarémont. C'est l'assistance qui m'a dépanné et je suis rentré en single speed. Un belge m'a filé un tuyau : emmene quelques maillons et un dérive chaine... J'ai eu une pensée pour lui quand je réparais ma chaine à 3h du mat au pied du Platzerwasel sous la lumière de Didier Miranda...

Comme le dit Alain, l'accumulation d'expériences, meme négatives te permettra de mieux appréhender l'évenement. On est à l'abri de rien... mais si tu veux etre sur de pas subir de défaillance technique faut partir en assistance avec vélo de rechange.

Pour ce qui est du budget et des déplacements... moi je suis en Mayenne, donc pas de montée de plus de 2kms et pour les pourcentages, c'est plutot 4/5 avec des passages un peu plus raides. Sinon des "roquets" à 15/18% mais sur 100mètres. Donc j'ai fait plusieurs sorties dans les Alpes mancelles, là ou je peux trouver le plus de "cols" et montées et sur 200kms je pouvais faire 2000d+. Sinon le plus près pour moi c'est l'Auvergne, mais c'est déjà loin!!!

Je pense que tu peux te lancer sur le 420 sans crainte dans un premier temps. Au départ, c'est ce que je visais... et au fil du temps je me suis dit que le 610 était à ma portée. J'ai pris cette option sans aucun regret. Comme le dit Alain... les sensations restent très fortes 3 mois après... Les liens d'amitié, les souvenirs communs "simultanés" et le vécu du REV en décalé par les autres concurrents restent aussi... et donnent envie d'y retourner...

il y a une sorte d'euphorie qui s'installe et qui donne envie de continuer. J'ai pas ressenti de fatigue au point de m'endormir ou d'avoir envie d'arreter alors qu'un mois avant je suis allé à St Malo aller retour dans la nuit, 350bornes au compteur, et à 2h de chez moi au retour, je m'endormais sur route!

Personnellement j'avais choisi la formule sans assistance (ouais ouais... par obligation aussi... pas d'ami assez felé pour conduire pendant 30h!!! faudrait etre débilesmiley tongue-out)

La "performance" est individuelle... l'aventure est collective

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 20:28

Aucun problème pour le 600, ce n'est pas tellement compliqué il suffit de mettre un pied devant l'autre. Si tu es capable de faire 100 bornes vallonné sans difficulté tu es capable de faire les 600 bornes au REV

C'est de l'humour?smiley lol

+1 ou 610 comme le kilométrage!!!

je répète, comme beaucoup d'autres REVeurs j'ai pas un vécu et un passé cycliste, pas la carure pour, pas l'expérience de la compétition en vélo,etc (mon meilleur résultat c'est une place de 5 en pass D1/D2 ya 7 ou 8 ans... quelle gloire!!!!). J'habite pas la montagne, pas à proximité non plus...  et j'ai fait en une fois ce que je mettais parfois 2 mois à faire... J'ai adapté ma pratique, mon matériel, ma préparation etc...

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 20:29

Bien content de te retrouver Jean-Claude sur le Forum.

La rev sera pour moi en 2014, un pot m'en a justement parlé cet après midi !

L'objectif 2013 sera pour moi en juillet Le parcours de la marmotte, ce sera un bon test pour la rev l'année suivante !

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 20:30

Non. Les gens qui font le REV n'ont rien d'exceptionnels. Ils sont normaux, capable de faire 100 bornes vallonnées, ils ont juste ensuite appliqué leur entrainement avec leur projet, il n'y a rien d'extraordinaire, le vélo comme ça il suffit de mettre un pied devant l'autre et tenir le guidon, après en restant en activité tout le monde est capable de passer une nuit blanche à pédaler, le courage tu fais appel le lendemain au petit matin mais comme ça sent la fin mentalement tu t'accroches tu es là pour ça alors bon...

bonsoir

joachim je sais que tu l a deja fait j ai regarder les classements , j ai lu aussi que les meilleures l on fait  a peu pres a 25 de moyenne , deja ça  cest chaud , la nuit porté tu le  meme equipements que la journée?

que veut dire sans assistance ?

materiel utilisé, trousse outils ?

y en a t il beaucoup qui n y arrive pas ?

25 heures de velo, les ravito (chaud   froid)?

je ne dis pas que je le ferai, mais cela m intrigue et me questionne

jp

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 20:33

Non. Les gens qui font le REV n'ont rien d'exceptionnels. Ils sont normaux, capable de faire 100 bornes vallonnées, ils ont juste ensuite appliqué leur entrainement avec leur projet, il n'y a rien d'extraordinaire, le vélo comme ça il suffit de mettre un pied devant l'autre et tenir le guidon, après en restant en activité tout le monde est capable de passer une nuit blanche à pédaler, le courage tu fais appel le lendemain au petit matin mais comme ça sent la fin mentalement tu t'accroches tu es là pour ça alors bon...

Oui je veut bien, mais de la a dire faire 100 km de vallonne et 600 km avec 11000 D+ assis au minimum 30 heures sur la selle  il y a une marche enfin un fossé, de la que ce soit insurmontable je ne pense pas mais c'est la façon  d'on je lis cette phrase qui me rire (tu fais 100 ben vas y, il n’a que 500 de plus)

 

Pour Romain et Jean-Pierre   http://www.velo101.com/forum/voirsujet/rev-party--16609

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 21/11/2012 23:20

Bien content de te retrouver Jean-Claude sur le Forum.

La rev sera pour moi en 2014, un pot m'en a justement parlé cet après midi !

L'objectif 2013 sera pour moi en juillet Le parcours de la marmotte, ce sera un bon test pour la rev l'année suivante !

 

Jean Pierre,

Merci pour ta bienvenue! Je lis toujours vélo 101 et c'est très bien quand "tout est calme".

Comme l'a dit Joachim, la préparation se fait dans les mois précédents et il ne faut pas faire du REV une cyclosportive au même titre qu'une Marmotte. Tu pourras très bien faire une bonne Marmotte en 2013 et peut être pas un bon REV en 2014, ou un bon, mais ta Marmotte de 2013 n'y sera, à mon avis, pas pour grand chose.

Viens si tu le peux, aux 3 Ballons, tu seras sur une partie du REV.Les cols vosgiens ne sont pas les cols alpestres et dans le REV comme dans les 3 Ballons ils s"empilent" l'un derrière l'autre sans beaucoup de récup.

Le REV, il faut se le mettre dans la tête et tu as déjà 50% du boulot de fait. Après il y a le fait de rouler de nuit, de se connaître , mais même s'il y a 420 ou 610 kms, en raison des ravitos tous les 50/60 kms tu n'es pas trop "souvent" seul. Mais c'est bien sûr au dela de l'effort physique un effort mental comme l'a bien souligné O Leboeuf.

"Les seules batailles perdues d'avance sont celles qu'on n'a pas livré" ( ce n'est pas de moi).

Penses y, il y a aussi la possibilité de le faire en relais ou en duo....pour la 1ère année et se rassurer. Et après comme l'a dit Olivier....il y a un grand vide jusqu'à l'édition suivante et c'est le plus beau compliment!

Bonne soirée

JCA

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 11:04

Le REV c'est une épreuve, une course mais c'est surtout une aventure humaine et sportive assez folle dont des images te reviennent encore à l'esprit des mois après et au détour de ton quotidien...

C'est un moment de partage entre tous aussi, une solidarité entre coureurs parce que chacun est vainqueur dès lors qu'il parvient à l'arrivée...

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 14:55

Salut Jean-Pierre. 

Oui mais faut pas s'en faire une montagne, l'année dernière je terminais 3ème du REV à un peu plus de 23 km/h de moyenne, malgré une put* de belle chute dans la descente du Ballon d'Alsace à 475 km de l'arrivée mais termine quand même avec 2h d'avance sur le 4ème qui s'est endormi à mi-parcours, mais à 1h du premier  ... On peut difficilement parler de niveau, la préoccupation ce n'est pas le niveau, on pédale seul, la préoccupation c'est comment mener à bien son périple. 

C'est en effet difficile de faire une moyenne, de ce côté là il ne faut pas se poser de question, oublier ses repaires habituels, car il s'agit bien de la moyenne impartie entre l'heure de départ et l'heure d'arrivée, naturellement pas la moyenne roulée que nous avons au compteur, si tu t'arrêtes, le temps continu à défiler. Bref, la moyenne il faut l'oublier et rester tranquille dans sa tête en toute circonstance. D'autant qu'on peut perdre aussi du temps à réfléchir sur son itinéraire quand tu ne fais pas d'erreur si tout va bien, tu ne peux pas couper pour combler ton erreur tu es obligé de faire demi-tour jusque là ou tu commis une erreur. Naturellement connaitre la région et le parcours comme sa poche est un atout majeur dans la moyenne finale. Le road book est bien fait mais... Mais avec 15h de route, la fatigue, des croisements avec une indication aléatoire ou du moins jugée aléatoire influx sur ton évolution ! 

Avec assistance signifie qu'un véhicule te suit, et subvient à tes besoins à la demande, que ce soit en bouffe en eau, en fringue, en éclairage la nuit, en aiguillage d'itinéraire car c'est avec road-book (non fléché)

Sans assistance signifie que tu n'as pour seule aide extérieure que les points de contrôles qui se répartissent tous les 80 km environ. Et là évidemment tu perds énormément de temps la nuit. D'ailleurs les sans assistance partent plus tôt, et on les rattrape majoritairement à la tombée de la nuit. 

Pour la nuit bien sur que non ce n'est pas le même équipement d'autant que c'est l'été, et dans les Vosges, ça veut dire que dans la journée il peut faire entre 25 et 30°c, et la nuit 5°c... Et beaucoup moins en ressenti dans les descentes, en gros le jour c'est tenue d'été et la nuit tenue d'hiver... Il est possible pour les sans assistance de faire déposer leurs tenues de nuits aux différents points de contrôles pour éviter d'être obligé de tout porter. 

Pour rappel avec ou sans assistance, le nuit c'est de toute façon gilet fluo et éclairage obligatoire pour tout le monde.

Moi je l'ai fais avec assistance donc aucun problème j'ai pu évoluer avec ses soins, si je crevais, j'avais une paire de roue de rechange dans le coffre. Toute fois quand on s'engage dans une épreuve telle qu'elle soit mais celle-ci en particulier plus est sans assistance, il convient de prendre le départ avec du matériel en parfait état, donc très peu de chance d'avoir des problèmes en cours de route. Une chaîne qui se casse soit elle est très vieille soit elle a été mal montée tu conviendras il n'y pas de vaudou derrière ... 

Pour le ravitaillement pendant tout le temps de l'épreuve je l'ai fais 100% Overstim's, je n'ai strictement rien avalé d'autre, le secret d'une bonne épreuve de 25 heures c'est comment absorber un maximum de calories tout en étant le plus digeste possible. Il faut oublier les pâtes les frites et le steak tartare. J'ai bu des boissons hyper caloriques, et j'ai mangé toutes les heures, 25 heures, j'ai mangé 25 fois. Petites quantités, mais apport régulier, toujours. Mon seul en cas a été un café que je n'ai pas osé refuser, personnellement je ne suis pas pour l'aliment chaud même s'il peut réconforter surtout pour les sans assistance, réchauffer aussi, mais je suis plutôt pour de la bouffe à température ambiante, s'il fait chaud éviter les boissons froides par exemple parce que là ce sont les intestins qui trinquent. 

Un certain nombre de concurrents n'y arrivent pas, il faut leur demander pourquoi, en général cela se lie à une préparation insuffisante, un début trop rapide, des objectifs de temps ou de classement que le concurrent ne supporte pas de ne pas pouvoir les tenir, une incapacité à canaliser ses émotions, une fragilité qui peut être tendineuse ou une grande émotivité à la fatigue, un accident de la route, un ennui mécanique irréparable, et le plus grand ennemi, l'appareil digestif. 25 heures d'efforts, ce sont surtout les organes qui trinquent. Avoir un foie en excellente santé est une arme redoutable, comme l'effort est modéré tout le temps, quand tu n'as que les jambes à t'occuper ce n'est pas très compliqué, un peu comme si tu allais faire 100 bornes à pied, en moins douloureux smiley laughing Le vélo c'est cool smiley cool

Toi qui est sur place, je te vois bien un jour participer au vendée globesmiley wink

En passant c'est très intéressant de lire vos aventures,je me régale mais franchement je ne vous accompagnerai jamais,il faut être un peu f......quant mêmesmiley tongue-out

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 17:58

Le REV c'est une épreuve, une course mais c'est surtout une aventure humaine et sportive assez folle dont des images te reviennent encore à l'esprit des mois après et au détour de ton quotidien...

C'est un moment de partage entre tous aussi, une solidarité entre coureurs parce que chacun est vainqueur dès lors qu'il parvient à l'arrivée...

 

Merci Eric,

J'aurais pu dire merci champion. Tout est dit.

Aventure humaine, sportive, solidarité qui ne s'est pas démentie encore cette année. On peut ajouter qu'il faut avoir un solide mental et une volonté de fer qui comptent pour beaucoup dans le résultat final.

Car cette année, si le temps fut très clément jusqu'à la tombée de la nuit, des orages localisés, certes mais très violents ont mis à rude épreuve le mental des participants et des bénévoles qu'il ne faut jamais oublier. Puis un brouillard très dense et très froid a succédé aux orages avant le retour d'un temps clément.

Ce sont les aléas auxquels il faut faire face avec une abnégation que j'ai encore eu le loisir d'admirer cette année. Mais au bout il y a la réalisation de son REV!

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 18:13

Salut Jean-Pierre. 

Oui mais faut pas s'en faire une montagne, l'année dernière je terminais 3ème du REV à un peu plus de 23 km/h de moyenne, malgré une put* de belle chute dans la descente du Ballon d'Alsace à 475 km de l'arrivée mais termine quand même avec 2h d'avance sur le 4ème qui s'est endormi à mi-parcours, mais à 1h du premier  ... On peut difficilement parler de niveau, la préoccupation ce n'est pas le niveau, on pédale seul, la préoccupation c'est comment mener à bien son périple. 

C'est en effet difficile de faire une moyenne, de ce côté là il ne faut pas se poser de question, oublier ses repaires habituels, car il s'agit bien de la moyenne impartie entre l'heure de départ et l'heure d'arrivée, naturellement pas la moyenne roulée que nous avons au compteur, si tu t'arrêtes, le temps continu à défiler. Bref, la moyenne il faut l'oublier et rester tranquille dans sa tête en toute circonstance. D'autant qu'on peut perdre aussi du temps à réfléchir sur son itinéraire quand tu ne fais pas d'erreur si tout va bien, tu ne peux pas couper pour combler ton erreur tu es obligé de faire demi-tour jusque là ou tu commis une erreur. Naturellement connaitre la région et le parcours comme sa poche est un atout majeur dans la moyenne finale. Le road book est bien fait mais... Mais avec 15h de route, la fatigue, des croisements avec une indication aléatoire ou du moins jugée aléatoire influx sur ton évolution ! 

Avec assistance signifie qu'un véhicule te suit, et subvient à tes besoins à la demande, que ce soit en bouffe en eau, en fringue, en éclairage la nuit, en aiguillage d'itinéraire car c'est avec road-book (non fléché)

Sans assistance signifie que tu n'as pour seule aide extérieure que les points de contrôles qui se répartissent tous les 80 km environ. Et là évidemment tu perds énormément de temps la nuit. D'ailleurs les sans assistance partent plus tôt, et on les rattrape majoritairement à la tombée de la nuit. 

Pour la nuit bien sur que non ce n'est pas le même équipement d'autant que c'est l'été, et dans les Vosges, ça veut dire que dans la journée il peut faire entre 25 et 30°c, et la nuit 5°c... Et beaucoup moins en ressenti dans les descentes, en gros le jour c'est tenue d'été et la nuit tenue d'hiver... Il est possible pour les sans assistance de faire déposer leurs tenues de nuits aux différents points de contrôles pour éviter d'être obligé de tout porter. 

Pour rappel avec ou sans assistance, le nuit c'est de toute façon gilet fluo et éclairage obligatoire pour tout le monde.

Moi je l'ai fais avec assistance donc aucun problème j'ai pu évoluer avec ses soins, si je crevais, j'avais une paire de roue de rechange dans le coffre. Toute fois quand on s'engage dans une épreuve telle qu'elle soit mais celle-ci en particulier plus est sans assistance, il convient de prendre le départ avec du matériel en parfait état, donc très peu de chance d'avoir des problèmes en cours de route. Une chaîne qui se casse soit elle est très vieille soit elle a été mal montée tu conviendras il n'y pas de vaudou derrière ... 

Pour le ravitaillement pendant tout le temps de l'épreuve je l'ai fais 100% Overstim's, je n'ai strictement rien avalé d'autre, le secret d'une bonne épreuve de 25 heures c'est comment absorber un maximum de calories tout en étant le plus digeste possible. Il faut oublier les pâtes les frites et le steak tartare. J'ai bu des boissons hyper caloriques, et j'ai mangé toutes les heures, 25 heures, j'ai mangé 25 fois. Petites quantités, mais apport régulier, toujours. Mon seul en cas a été un café que je n'ai pas osé refuser, personnellement je ne suis pas pour l'aliment chaud même s'il peut réconforter surtout pour les sans assistance, réchauffer aussi, mais je suis plutôt pour de la bouffe à température ambiante, s'il fait chaud éviter les boissons froides par exemple parce que là ce sont les intestins qui trinquent. 

Un certain nombre de concurrents n'y arrivent pas, il faut leur demander pourquoi, en général cela se lie à une préparation insuffisante, un début trop rapide, des objectifs de temps ou de classement que le concurrent ne supporte pas de ne pas pouvoir les tenir, une incapacité à canaliser ses émotions, une fragilité qui peut être tendineuse ou une grande émotivité à la fatigue, un accident de la route, un ennui mécanique irréparable, et le plus grand ennemi, l'appareil digestif. 25 heures d'efforts, ce sont surtout les organes qui trinquent. Avoir un foie en excellente santé est une arme redoutable, comme l'effort est modéré tout le temps, quand tu n'as que les jambes à t'occuper ce n'est pas très compliqué, un peu comme si tu allais faire 100 bornes à pied, en moins douloureux smiley laughing Le vélo c'est cool smiley cool

Bonsoir,

Là aussi Joachim a assez bien résumé le REV.

Les ravitos au nombre de 11, tous les 50 à 60 kms sont là aussi pour aider les participants....avec les feux de camp et la gentillesse des bénévoles qui ne doivent pas être oubliés.

Pour ce qui est du coût, et sans réveiller le serpent qui dort, le REV avec ses prestations ( voir le site) a un coût très abordable. A moins d'avoir des cyclos tout autour de la maison, il faut bien entendu effectuer le trajet pour s'y rendre.

Mais à partir de là, la différence est vraiment dans le rapport coût/prestations. Un petit club ne peut se permettre de perdre de l'argent et doit même, il n'y a pas de honte, faire un peu de bénéfices.....pour le repas offert aux bénévoles, ce qui est la moindre des choses, les bénévoles étant une denrée de plus en plus rare.

Mais à 240 euros pour le grand parcours et 210 euros pour le "petit", en plus des prestations liées directement à la course, avoir le repas d'accueil , le repas d'adieu les petits déjs et l'hébergement avec la ligne de départ arrivée à 50 m de sa table de nuit dans le cadre de l'Abbaye St Colomban, c'est pour le moins "raisonnable".

Les ravitos complets sont là pour subvenir aux besoins des "affamés", chacun étant libre de consommer ce qu'il veut en plus, mais par expérience, souvent, les "aliments diététiques" sont très onéreux et grèvent, c'est vrai , sérieusement les budgets surtout sur une épreuve de 600 kms.

Tout ça pour "rassurer" Jean Pierre et ceux qui se "posent des questions".

En tous cas merci Joachim pour tes explications techniques "vécues".

Et vive le REV 2013!!

Amitiés

JCA

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 18:59

C'est pourtant la vérité Eric, mais ne nous méprenons pas et ne faisons pas de la déformation de texte, j'ai écris que toute personne capable de faire 100 bornes vallonné sans éprouver de fatigue particulière et sans particularité médicale est capable de faire le REV, >MAIS< en y apportant un entrainement adéquat, hein, je n'ai pas écris autre chose, je n'ai pas dis que toute personne qui faisait 100 bornes pouvait dans la foulée en faire 600 comme ça. Il faut s'impliquer dans une préparation en conséquence. C'est une grosse implication physique mentale et financière. Mais les gens qui font le REV n'ont à la base rien d'exceptionnel, qui n'ont pas forcément des années de très longues distances derrière eux, non, pour un cycliste qui est capable de faire 100 bornes vallonnés sans fatigue particulière c'est 4-5 mois de préparation ensuite pour être parfaitement OK sur le REV. Je dirais que 4-5 mois sont idéaux, s'y mettre plus tôt n'apportera rien de plus à part accumuler potentiellement de la fatigue, se lasser, et devenir trop diesel, même s'il faut être diesel, à trop vouloir en faire on ne s'élève plus c'est le plancher qui nous appelle. Il faut laisser l'hiver s'écouler comme un hiver normal si tu as de la chance de pouvoir rouler globalement normalement dans ta région, pas de rallongement avant l'heure un temps pour tout. 

T’inquiète j'avais bien compris, évidement qu'il faut un minimum d'entrainement mais je te jure, de la façon dont je l'ai lu cela ma fait rire. Mais ça c'est dans ma tête et sans aucune arrière pensée

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 19:22

Bonsoir,

Là aussi Joachim a assez bien résumé le REV.

Les ravitos au nombre de 11, tous les 50 à 60 kms sont là aussi pour aider les participants....avec les feux de camp et la gentillesse des bénévoles qui ne doivent pas être oubliés.

Pour ce qui est du coût, et sans réveiller le serpent qui dort, le REV avec ses prestations ( voir le site) a un coût très abordable. A moins d'avoir des cyclos tout autour de la maison, il faut bien entendu effectuer le trajet pour s'y rendre.

Mais à partir de là, la différence est vraiment dans le rapport coût/prestations. Un petit club ne peut se permettre de perdre de l'argent et doit même, il n'y a pas de honte, faire un peu de bénéfices.....pour le repas offert aux bénévoles, ce qui est la moindre des choses, les bénévoles étant une denrée de plus en plus rare.

Mais à 240 euros pour le grand parcours et 210 euros pour le "petit", en plus des prestations liées directement à la course, avoir le repas d'accueil , le repas d'adieu les petits déjs et l'hébergement avec la ligne de départ arrivée à 50 m de sa table de nuit dans le cadre de l'Abbaye St Colomban, c'est pour le moins "raisonnable".

Les ravitos complets sont là pour subvenir aux besoins des "affamés", chacun étant libre de consommer ce qu'il veut en plus, mais par expérience, souvent, les "aliments diététiques" sont très onéreux et grèvent, c'est vrai , sérieusement les budgets surtout sur une épreuve de 600 kms.

Tout ça pour "rassurer" Jean Pierre et ceux qui se "posent des questions".

En tous cas merci Joachim pour tes explications techniques "vécues".

Et vive le REV 2013!!

Amitiés

JCA

bonsoir tous les reveurs

depuis 2 jours que je vous lis et 2 jours ou je me dit que cela pourrais le faire ,

j ai deja participé ,a des courses de 24 h en planche a voile en equipe de 3 ,se lever apres 2 h de repos et enfiler la combinaison mouillée pour prendre le relais c est aussi quelque chose a vivre , la nuit ne me fait pas peur , rouler ne me fait pas peur bien que je ne roule que depuis 1saison et demi

je n ai fait pour l instant que des courses pass et des petits parcours de maxi 160km , j etais arrivée sur lille hardelot (une  rando)meme pas fatigué j aurai pu refaire en sens inverse   ,contrairement a des courses chronometrées

je vais tenté de me tester debut de saison vers le mois de mars sur de plus longues distances

je ne pourrais que le faire sans assistance, et soyons raisonnable  420 km ce serait bien , la seule chose qui     m ennuie ......la météo

je suis du genre un peu frileux je pense que je supporterai la tenue longue le jour et la nuit

enfin je rev peut être , mais maintenant c est dans la tête,smiley wink et si je ne suis pas loin lors de mes vacances annuel      

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 20:18

bonsoir tous les reveurs

depuis 2 jours que je vous lis et 2 jours ou je me dit que cela pourrais le faire ,

j ai deja participé ,a des courses de 24 h en planche a voile en equipe de 3 ,se lever apres 2 h de repos et enfiler la combinaison mouillée pour prendre le relais c est aussi quelque chose a vivre , la nuit ne me fait pas peur , rouler ne me fait pas peur bien que je ne roule que depuis 1saison et demi

je n ai fait pour l instant que des courses pass et des petits parcours de maxi 160km , j etais arrivée sur lille hardelot (une  rando)meme pas fatigué j aurai pu refaire en sens inverse   ,contrairement a des courses chronometrées

je vais tenté de me tester debut de saison vers le mois de mars sur de plus longues distances

je ne pourrais que le faire sans assistance, et soyons raisonnable  420 km ce serait bien , la seule chose qui     m ennuie ......la météo

je suis du genre un peu frileux je pense que je supporterai la tenue longue le jour et la nuit

enfin je rev peut être , mais maintenant c est dans la tête,smiley wink et si je ne suis pas loin lors de mes vacances annuel      

 

Bonsoir Jean-Pierre,

 

L'année dernière à cette époque je me posais les memes questions que toi. Le REV me faisait envie mais j'avais encore une part de raison... si j'y allais ce serait sur le 420. Je n'avais jamais dépassé les 175kms (Granfondo en Juin), c'était la première année ou je roulais régulièrement, de janvier à novembre, avec au final 8000kms soit autant que les 4 dernières années en cumul...

J'ai fait mon premier 200 en mars (270kms) j'avais approché les 200 avant mais fallait que je rentre plus tot...

Pourtant dans ma tete ca commencait à etre clair... et déraisonnable! Ce serait le 610, voire la boucle plus....

Donc j'ai continué sur ma lancée. Il y a bien sur des avions de chasse sur cette aventure... mais je pense que si on fait l'inventaire des "palmarès" et expérience de la plupart des REVeurs, ca doit pas etre bien brillant... moi je suis en pass , j'ai du faire à tout casser 50 courses dans ma vie, une vingtaine de cyclos...

Je dis et je redis ce que j'ai déjà exprimé et ce que t'autres REVeurs ont écrit ici ou ailleurs: c'est dans la tete que ca se passe... la détermination est primordiale. Si tu pars à la journée pour te taper 250/300kms, tu verras ce que matériellement ca implique. Meme si sur le REV, tu peux voyager léger avec des affaires sur les points de controle. Pareil pour les vétements.

Donc bien sur que ca peut le faire!!!

Comme le dit Eric, les images restent gravées et le resteront un moment. Pourtant lui il a vécu beaucoup d'autres choses dans le vélo que nous aurions sans doute voulu vivre!

Moi le REV 2012 a duré beaucoup plus que 31h... Il a commencé à l'automne dernier... et il continue encore!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 20:54

Bonsoir Jean-Pierre,

 

L'année dernière à cette époque je me posais les memes questions que toi. Le REV me faisait envie mais j'avais encore une part de raison... si j'y allais ce serait sur le 420. Je n'avais jamais dépassé les 175kms (Granfondo en Juin), c'était la première année ou je roulais régulièrement, de janvier à novembre, avec au final 8000kms soit autant que les 4 dernières années en cumul...

J'ai fait mon premier 200 en mars (270kms) j'avais approché les 200 avant mais fallait que je rentre plus tot...

Pourtant dans ma tete ca commencait à etre clair... et déraisonnable! Ce serait le 610, voire la boucle plus....

Donc j'ai continué sur ma lancée. Il y a bien sur des avions de chasse sur cette aventure... mais je pense que si on fait l'inventaire des "palmarès" et expérience de la plupart des REVeurs, ca doit pas etre bien brillant... moi je suis en pass , j'ai du faire à tout casser 50 courses dans ma vie, une vingtaine de cyclos...

Je dis et je redis ce que j'ai déjà exprimé et ce que t'autres REVeurs ont écrit ici ou ailleurs: c'est dans la tete que ca se passe... la détermination est primordiale. Si tu pars à la journée pour te taper 250/300kms, tu verras ce que matériellement ca implique. Meme si sur le REV, tu peux voyager léger avec des affaires sur les points de controle. Pareil pour les vétements.

Donc bien sur que ca peut le faire!!!

Comme le dit Eric, les images restent gravées et le resteront un moment. Pourtant lui il a vécu beaucoup d'autres choses dans le vélo que nous aurions sans doute voulu vivre!

Moi le REV 2012 a duré beaucoup plus que 31h... Il a commencé à l'automne dernier... et il continue encore!

Merci Olivier, tu fus exemplaire par ta bonne humeur malgré peut être un "petit" mal aux jambes. Chapeau pour ta 1ère tentative....et pourtant tu partais à l'aventure. Le REV est dans ta tête pour 2013.....et c'est là le seul vrai danger.....y prendre goût. Un peu fatigué à l'arrivée? Mais tout le monde était là, l'ambiance je pense fort conviviale et....le jambon de Luxeuil "réconfortant!!"smiley lol

Merci pour ton "vécu"

Amitiés

JC

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/11/2012 21:08

Merci Olivier, tu fus exemplaire par ta bonne humeur malgré peut être un "petit" mal aux jambes. Chapeau pour ta 1ère tentative....et pourtant tu partais à l'aventure. Le REV est dans ta tête pour 2013.....et c'est là le seul vrai danger.....y prendre goût. Un peu fatigué à l'arrivée? Mais tout le monde était là, l'ambiance je pense fort conviviale et....le jambon de Luxeuil "réconfortant!!"smiley lol

Merci pour ton "vécu"

Amitiés

JC

Merci à toi Jean Claude!!!

Oui il y avait de la fatigue, et je suis bien content d'avoir été en vacances après!!!

Il y a certains courageux qui étaient au travail dès le lundi ou le mardi je pense!!!

Beaucoup de raisons font que j'ai envie de revenir en 2013! l'accueil, la boucle plus, l'ambiance, les sensations, le paysage, l'addiction, etc... Je dois avouer que ce srait une énorme déception de ne pouvoir y aller... mais j'ai confiance. Je serai avec vous en juillet.. avec les nouveaux!!!!

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 13:15

Bonjour à tous,

 

Je sais que nous avons eu la même conversation, il y a un an, à la même époque, mais au risque de me répêter, le "problème" du REV n'est pas son kilométrage et son dénivelé mais le temps imparti pour le boucler...

Je ne sais pas si Joachim se rend tellement compte car c'est un (ancien? smiley mr-green) coursier mais pour les randonneurs de base comme moi, rentrer dans les délais n'est vraiment pas évident...j'ai une petite expérience maintenant de la longue distance et franchement, si je m'y engageais, ce serait pour, d'abord, finir puis rentrer dans les délais serait la cerise sur la gâteau...quand on sait qu'une randonneuse aussi aguerrie que Sophie Matter (elle a à son "palmarès" les brevets longue distance les plus difficiles, a réalisé un PBP en 50h00, les connaisseurs apprécieront) est rentrée tout juste dans les délais; cela signifie qu'une "bonne" moyenne, en plus d'une gestion efficace des arrêts (le point fort de Sophie) est nécessaire...il faut donc savoir rouler vite...alors ce n'est peut être pas "vite" pour des costauds, mais tout étant relatif en ce bas monde, ça le devient pour des cyclos de base...

Je ne veux, évidemment, dégoûter personne car c'est une très belle épreuve mais il faut être conscient  qu'elle est destinée aux coureurs ultras, et, la version "randonneur", aux randonneurs de première force...

Pour les randonneurs un peu moins rapides, il y a maintenant et de plus en plus de quoi s'éclater: depuis quelques années, se développent en France des brevets longues distances montagnards: Super randonnée de Haute Provence, Dauphiné Gratiné (les deux créés par Sophie), 1200 Tours-Cévennes et bien d'autres qui sont en gestation (un dans les Pyrénées, un sur la frontière Franco-Germano-Suisse). Les parcours sont au moins aussi difficiles que celui du REV mais les délais sont un peu plus larges car répondant au règlement de l'Audax Club Parisien.

Donc, une fois de plus, je ne veux dégouter personne mais il faut savoir dans quoi on met les roues...

Marie-Noëlle.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 13:25

Bonjour à tous,

 

Je sais que nous avons eu la même conversation, il y a un an, à la même époque, mais au risque de me répêter, le "problème" du REV n'est pas son kilométrage et son dénivelé mais le temps imparti pour le boucler...

Je ne sais pas si Joachim se rend tellement compte car c'est un (ancien? smiley mr-green) coursier mais pour les randonneurs de base comme moi, rentrer dans les délais n'est vraiment pas évident...j'ai une petite expérience maintenant de la longue distance et franchement, si je m'y engageais, ce serait pour, d'abord, finir puis rentrer dans les délais serait la cerise sur la gâteau...quand on sait qu'une randonneuse aussi aguerrie que Sophie Matter (elle a à son "palmarès" les brevets longue distance les plus difficiles, a réalisé un PBP en 50h00, les connaisseurs apprécieront) est rentrée tout juste dans les délais; cela signifie qu'une "bonne" moyenne, en plus d'une gestion efficace des arrêts (le point fort de Sophie) est nécessaire...il faut donc savoir rouler vite...alors ce n'est peut être pas "vite" pour des costauds, mais tout étant relatif en ce bas monde, ça le devient pour des cyclos de base...

Je ne veux, évidemment, dégoûter personne car c'est une très belle épreuve mais il faut être conscient  qu'elle est destinée aux coureurs ultras, et, la version "randonneur", aux randonneurs de première force...

Pour les randonneurs un peu moins rapides, il y a maintenant et de plus en plus de quoi s'éclater: depuis quelques années, se développent en France des brevets longues distances montagnards: Super randonnée de Haute Provence, Dauphiné Gratiné (les deux créés par Sophie), 1200 Tours-Cévennes et bien d'autres qui sont en gestation (un dans les Pyrénées, un sur la frontière Franco-Germano-Suisse). Les parcours sont au moins aussi difficiles que celui du REV mais les délais sont un peu plus larges car répondant au règlement de l'Audax Club Parisien.

Donc, une fois de plus, je ne veux dégouter personne mais il faut savoir dans quoi on met les roues...

Marie-Noëlle.

 

Trés bon résumé, comme dit plus haut tu n'arrive pas dans une épreuve pareille comme un cheveux dans la soupe.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 14:18

Bonsoir Jean-Pierre,

 

L'année dernière à cette époque je me posais les memes questions que toi. Le REV me faisait envie mais j'avais encore une part de raison... si j'y allais ce serait sur le 420. Je n'avais jamais dépassé les 175kms (Granfondo en Juin), c'était la première année ou je roulais régulièrement, de janvier à novembre, avec au final 8000kms soit autant que les 4 dernières années en cumul...

J'ai fait mon premier 200 en mars (270kms) j'avais approché les 200 avant mais fallait que je rentre plus tot...

Pourtant dans ma tete ca commencait à etre clair... et déraisonnable! Ce serait le 610, voire la boucle plus....

Donc j'ai continué sur ma lancée. Il y a bien sur des avions de chasse sur cette aventure... mais je pense que si on fait l'inventaire des "palmarès" et expérience de la plupart des REVeurs, ca doit pas etre bien brillant... moi je suis en pass , j'ai du faire à tout casser 50 courses dans ma vie, une vingtaine de cyclos...

Je dis et je redis ce que j'ai déjà exprimé et ce que t'autres REVeurs ont écrit ici ou ailleurs: c'est dans la tete que ca se passe... la détermination est primordiale. Si tu pars à la journée pour te taper 250/300kms, tu verras ce que matériellement ca implique. Meme si sur le REV, tu peux voyager léger avec des affaires sur les points de controle. Pareil pour les vétements.

Donc bien sur que ca peut le faire!!!

Comme le dit Eric, les images restent gravées et le resteront un moment. Pourtant lui il a vécu beaucoup d'autres choses dans le vélo que nous aurions sans doute voulu vivre!

Moi le REV 2012 a duré beaucoup plus que 31h... Il a commencé à l'automne dernier... et il continue encore!

salut tout le monde et olivier

j ai lu avec attention ton rev 2012   et j admire la façon de nous le faire partager

maintenant , si je suis décidé a y participé je pense avoir ( malheureusement que pour le sport ) un moral a toute apreuves

comme dis approximativement Mike horn

si tu as un objectifs,  et que tu ne réalise pas , c est que tu ne le voulais pas vraiment

ce sera seulement un probleme de budget qui me fera reculé  210 plus le deplacement ,en tout je pense environ 500 euro pour 2 jours ......mais le rev a t il un prix

de toute façon j espere te rencontrer sur une cyclo en belgique      une fois   , j essaierais de repéré celui qui mange le plus de waffels ..

jp

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

BIKE SHOW EVENTS

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 24 juillet 2021
dimanche 01 août 2021
samedi 14 août 2021
dimanche 29 août 2021
vendredi 10 septembre 2021
samedi 11 septembre 2021
vendredi 17 septembre 2021
dimanche 19 septembre 2021

VOIR TOUTES LES EPREUVES