FLASHS

Pros

Dernières brèves du Giro

Publié le 16/05/2006 09:50

Dernières brèves du Giro : Vaitkus s'impose, Ullrich dresse son bilan, McGee souffre d'un nerf, Bettini s'incline encore.
Dernières brèves du Giro : Tomas Vaitkus s'impose, Jan Ullrich dresse son bilan, Bradley McGee souffre d'un nerf, Paolo Bettini s'incline encore.

Les brèves :

Troisième d'étape à Forli vendredi dernier, le Lituanien Tomas Vaitkus (Ag2r Prévoyance) pointait le bout de son nez dans le Tour d'Italie mais ne s'attendait sans doute pas être le premier à mettre fin à l'hégémonie de Robbie McEwen dans les sprints. "On va essayer de gagner, nous déclarait-il samedi soir. Quand on sait que les possibilités laissées aux sprinters peuvent se compter sur quelques doigts de la main... En tout cas, un challenge comme la conquête d'une étape est plus dans mes cordes qu'un classement par points." Gagner une étape était donc l'objectif désigné de Tomas Vaitkus. Et il y est parvenu hier à Termoli, sur les rives de l'Adriatique, ajustant sur la ligne Paolo Bettini, Olaf Pollack et Robbie McEwen. Rien qu'eux ! "J'ai du mal à réaliser, expliquait le Lituanien hier soir. Dans le sprint, j'ai vu Paolo Bettini sur la gauche. Il se peut que j'aie fait un léger écart dans le feu de l'action mais c'était involontaire. Quand il a levé les bras après la ligne, je me suis dit que j'avais encore perdu de peu."

Après une semaine de course, l'Allemand Jan Ullrich (T-Mobile) a dressé un premier bilan de son début de Giro. "Je suis très content du déroulement de cette première semaine, a expliqué le dernier vainqueur du Tour de France en activité. Je suis venu sur ce Giro avec un plan et je suis capable de le suivre. Je sens ma forme progresser tous les jours. L'équipe a réalisé une grande performance avec le port du Maillot Rose par Serhiy Honchar et Olaf Pollack. C'est juste dommage que nous ne soyons pas parvenus à gagner le contre-la-montre par équipes jeudi. Le perdre pour une seconde face à la CSC est quelque chose qui m'embête un peu. Samedi dernier, je suis allé à la limite de mes possibilités pour grimper avec les meilleurs. Mais afin de me préserver, je suis resté en retrait dimanche avec l'arrivée en altitude, comme je l'avais prévu. Je vais maintenant m'employer à poursuivre ma préparation pour le Tour de France."

La Française des Jeux réalise un Giro d'exception avec les échappées de Mickaël Delage, Sandy Casar et Cyrille Monnerais, une 5ème place dans le contre-la-montre par équipes et un Maillot Vert porté sur quelques jours. Mais les ennuis n'épargnent pas les coureurs de Martial Gayant. Bradley McGee, qui s'était classé 8ème du Tour d'Italie il y a deux ans, ne rééditera pas sa performance cette année. Après neuf jours de course, l'Australien accuse un retard de 57'33" sur Ivan Basso, pointant à une lointaine 175ème position. Mais il y a une raison. Bradley McGee souffre effectivement du nerf sciatique, ce qui explique le retard enregistré tous les soirs depuis le départ du Giro de Seraing. L'ancien porteur du Maillot Rose était tombé dans le Critérium International fin mars et s'est blessé au bassin. La douleur est passée mais s'est déplacée dans le nerf sciatique, empêchant McGee de pédaler convenablement. Soigné par un kiné tous les soirs, le coureur tient à poursuivre sa route sur le Giro mais le moral est entamé.

Le chiffre... 5

5, c'est le nombre de places d'honneur récoltées par Paolo Bettini (Quick Step-Innergetic). Le Toscan a beau eu l'honneur de lever les bras au ciel hier au passage de la ligne d'arrivée à Termoli, il n'affiche toujours aucun succès à son compteur depuis le début du Tour d'Italie. 3ème à Charleroi, 4ème à Namur, 2ème à Hotton, 7ème à Forli, il a de nouveau pris la 2ème place hier à Termoli. "Lorsque j'ai vu partir Tomas Vaitkus, je l'ai pris comme une référence, a expliqué le champion olympique. Mais il a déjà du métier et il m'a légèrement enfermé, on le voit nettement sur les images. J'ai hésité un instant et lorsque j'ai décidé de passer, il ne restait plus suffisamment de route pour le remonter. Il y a très peu de différence dans un sprint entre la victoire et la deuxième place. Je suis en bonne condition mais il me faut tout donner. Je tenterai de nouveau ma chance dans toutes les étapes qui me sont adaptées. A commencer par la prochaine..."

Le road-book :

Avant de profiter d'une seconde journée de repos demain, les coureurs du 89ème Giro disputeront aujourd'hui la 10ème étape du Tour d'Italie, entre Termoli et Peschici (187 km). Ce sera l'étape la plus sudiste de l'épreuve, les coureurs s'apprêtant à effectuer un nouveau transfert par avion ce soir pour remonter vers le nord du pays et aller chercher les Alpes en fin de semaine. Nous n'y sommes pas encore ! La dixième étape sera favorable aux attaquants avec plusieurs bons cols à franchir dans les Pouilles, où parviendront les coureurs au terme de l'étape. Classée dans la catégorie des étapes accidentées, cette journée de course devrait marquer bien plus les organismes qu'annoncé. Une première ascension non classée au classement de la montagne (14,5 km à 4,6 % tout de même !) durcira la course avant le Monte San Angelo (17 km à 4,6 %) à 60 kilomètres du but, suivi d'une côte de 5 kilomètres beaucoup plus raide avant un final plus plat et même descendant jusqu'à Peschici, où l'arrivée sera jugée au sommet d'une côte de 1,3 kilomètre à 6,3 %.