FLASHS

Pros

Julian Alaphilippe intouchable !

Publié le 23/03/2019 17:28

Après plus 290 km de course, le favori Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) empoche Milan San Remo au terme d'un sprint entre costauds s'étant détachés dans le Poggio.

a 110ème édition de Milan San Remo a eu lieu avec au départ 175 coureurs représentant 18 équipes World Tour et 7 équipes invitées.

 

Vincenzo Nibali et Alejandro Valverde au départVincenzo Nibali et Alejandro Valverde au départ | © RCS

1er monument officiel de la saison, les particularités de la course sont multiples : la distance inhabituelle surtout à cette époque de l’année, un parcours relativement accessible (surtout par rapport aux 4 autres monuments) qui rend l’épreuve ouverte à de nombreux prétendants : du coureur de longue haleine comme Vincenzo Nibali (vainqueur l’année dernière), en passant par le puncheur (dont Julian Alaphilippe est l’un des meilleurs représentants et souvent cité au départ comme le 1er favori ou Michal Kwiatkowski vainqueur en 2017) et bien sûr les sprinteurs quasiment toujours vainqueurs quand ils arrivent à économiser suffisamment leurs forces jusqu’à la dernière ligne droite.

A ce titre, Elia Viviani pourrait faire parler sa pointe de vitesse avec la forme qu’il tient, encore vérifiée cette semaine sur Tirreno Adriatico.

Le profil de Milan San RemoLe profil de Milan San Remo | © RCS

Pour cela, et comme pour la plupart des favoris, la tactique sera simple : rouler à l’économie autant que possible sur les 250ers kilomètres avant l’arrivée de la zone des Capi, ces côtes de bord de bord dont la plus connue est la Cipressa (5,6 km à 4,1% de moyenne) avant le célèbre Poggio (3,7 km à moins de 4% de moyenne avec un maximum à 8% peu avant le sommet). Cette ascension parfois « escamotée » par le rythme général élevé est le vrai atout des puncheurs qui estiment souvent qu’un avantage de 10 sec au sommet (5,3 km de l’arrivée) peut être suffisant pour l’emporter. A condition bien sûr de gérer parfaitement la descente. Pas simple après plus de 285 km dans les jambes…

Pour autant l’édition 2019 n’a pas failli à la tradition : une très longue échappée d’une dizaine de coureurs, contrôlée à distance par quelques équipiers des équipes de leaders (Bora - Hansgrohe, Deceuninck-Quick Step). Mais victime de l’accumulation des kilomètres et d’une augmentation du rythme du peloton, le peloton était réuni peu avant la Cipressa.

 

La course souvent en bord de merLa course souvent en bord de mer | © RCS

 

Niccolo Bonifazio (Direct Energie) en profitait pour attaquer et faire une descente d’équilibriste. Mais la gestion des kilomètres de plat entre le bas de la descente et le pied du Poggio était une nouvelle fois un casse-tête : lui fallait-il rouler à fond pour aborder la dernière bosse avec le maximum d’avance ou bien en garder sous la pédale pour réaliser une ascension la plus rapide possible ? Car pendant ce temps, dans le peloton, les favoris bien cachés dans la roue de leurs équipiers évitaient d’utiliser la moindre « cartouche ».

Dans le Poggio, l’équipe Deceuninck-Quick Step emmené principalement par Phlilppe Gilbert et Zdenek Stybar menait un train d’enfer pour éviter toute attaque. Simon Clarke et Anthony Turgis (Direct Energie) tentaient pourtant de sortir. Mais la plus grosse attaque venait déjà de Julian Alaphilippe, contrôlé rapidement par Michal Kwiatkowski (Team Sky) puis 5 autres coureurs (Oliver Naesen – AG2R La Mondiale, Wout Van Aert – Jumbo Visma, Matteo Trentin - Mitchelton-Scott et Alejandro Valverde – Movistar). Telle était la composition du groupe au passage devant la célèbre cabine téléphonique marquant le début de la descente vers l’arrivée. Au prix d’une descente vertigineuse Daniel Oss (Bora-Hansgrohe), Matej Mohoric (Bahrain-Merida) et Simon Clarke (EF Education First) faisaient la jonction.

Matteo Trentin prend quelques longueurs d’avance sur le plat mais à moins d’un kilomètre d’arrivée, le groupe étant à nouveau réuni et le sprint inévitable. A ce petit jeu Julian Alaphilippe lançait le sprint de loin (plus de 200 m de la ligne), résistait au retour de ses adversaires et l’emportait sans discussion.

Oliver Naesen et Michal Kwiatkowski complètent le podium. Peter Sagan, probablement encore un peu juste après sa grippe contractée il y a quelques semaines, termine 4ème. 

 

L'émotion de Julian Alaphilippe sur le podiumL'émotion de Julian Alaphilippe sur le podium | © RCS

 

Classement :

 

1          ALAPHILIPPE Julian          Deceuninck - Quick Step       en        6:40:14

2          NAESEN Oliver        AG2R La Mondiale   mt

3          KWIATKOWSKI Michal     Team Sky       mt

4          SAGAN Peter           BORA - Hansgrohe    mt

5          MOHORIC Matej     Bahrain Merida          mt

6          VAN AERT Wout     Team Jumbo-Visma   mt

7          VALVERDE Alejandro       Movistar Team           mt

8          NIBALI Vincenzo    Bahrain Merida          mt

9          CLARKE Simon       EF Education First     mt

10        TRENTIN Matteo     Mitchelton-Scott        mt

 

 

 

 

 

 

Fulcrum Speed 40 DB et Zerocarbon_Decembre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 15 décembre 2019
dimanche 02 février 2020
dimanche 01 mars 2020
dimanche 08 mars 2020
dimanche 05 avril 2020
dimanche 12 avril 2020
dimanche 10 mai 2020

VOIR TOUTES LES EPREUVES