Aller au contenu

Franck Steinel

Membre
  • Compteur de contenus

    318
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par Franck Steinel

  1. Salut René et merci pour tes voeux. Désolé pour toi, une tendinite, surtout chronique, ne permet pas trop de négocier. Voici un lien, même si j'imagine que tu as déjà vu tout ça, mais bon comme on dit, c'est l'intention ... https://www.pharmashopi.com/comment-soigner-une-tendinite-pxl-178_855_857.html Pour les allergies, j'ai fais de la désensibilisation quand j'étais jeune et pendant plusieurs années, ça permet de bien pondéré quand même. Ensuite, avec l'âge j'y étais moins sensible, même si perso j'ai finis par croire que c'est là encore un bienfait du vélo. Ou peut-être de la chaleur ? Il fait déjà beau et chaud en mai, et avec l'effort sur le vélo, je suis bien bien chaud. Alors simple impression ou réalité, j'ai cette sensation de nettement moins subir, depuis que je passe le printemps sur le vélo. Courage à toi ...
  2. Salut à tous les forumeurs du 101, et bonne année à tous, pleine de belles sorties ... 😀
  3. Oui, un Joyeux Noël à tous 🎅 Moi j'ai déjà reçu mon cadeau ... Je tiens sur mes deux jambes aujourd'hui 😅
  4. Merci Jean Pierre, ce serait avec joie. Ne nous trompons pas, et je le dis dans mon propos. Je suis certain que le pays recèle bien des choses dignes d'intérêt, et au-delà. Je ne vois que La Paz, et le peu d'agrément qu'elle peut m'inspirer, pas qu'elle peut posséder en propre. Je ne demande qu'a découvrir, et infléchir mon opinion. Après, j'ai connu quelqu'un ayant fait plusieurs fois le tour du monde, lui aussi, et dont le pays qui aura eu sa faveur reste l'Afghanistan. Certainement le plus beau pays du monde pour lui, mais certainement pas le plus agréable à vivre, pour moi.
  5. Salut et merci à tous. C'est paradoxal mais je conserve le moral, même si, vous l'aurez compris, je compose plus que je ne goûte vraiment le charme des lieux. Je reste un privilégié, et ça je ne peux pas l'oublier, il me suffit de regarder autour de moi pour m'en rappeler. Ceci dit, je fais effectivement déjà, ce que vous me conseillez. Je me concentre sur ce qui est vraiment important pour moi, ceci expliquant sans doute cela. Je reste ouvert, et j'espère bien trouver du positif sur la durée. Sinon, il sera toujours temps de déchanter ... C'est clair que mes routes d'Alsace, et mes vélos me manquent quand même sacrément. Bernard a raison, ce n'est pas un facteur facilitant que d'être à genoux 20 jours sur 30 quand on débarque, et que l'on a du mal à récupérer, forcément. Les collègues de Mabel, ma compagne, sont sympa, et c'est déjà ça, une part de vie sociale de temps à autre, ça ne se refuse pas, surtout dans ce cas de figure. Par contre, ça risque vraiment d'être compliqué pour reprendre le vélo ... Certains auront attendus leur "ménage" pendant pas loin de 6 mois ! Du coup je me demande si je vais pouvoir récupérer, niveau vélo,. Vu le profil des lieux ça va vraiment être coton de s'y remettre, et je ne suis pas un athlète. Je ne suis pas encore adapté, rien que monter une rue, et elles montent toutes par ici, c'est vraiment pas évident, alors à vélo, dans je ne sais combien de mois ... 🙄 En plus nous avons pas mal de frais pour notre installation, du coup, acheter un vélo et tout l'équipement, je n'y pense même pas. Bref, pédaler ce ne sera pas pour tout de suite. On se tient au jus ... Salut.
  6. Impressionnant, mais pas pour les petits jarrets comme moi 😬
  7. Merci pour toutes ces infos, Bernard ! Bonjour et merci également à René, pour son message et sa gentillesse. Jusqu'ici je n'ai pas fait grand chose, vu que j'ai eu beaucoup de mal à m'adapter ... J'aurais cependant rencontré deux français qui s'occupent du "club" de pétanque où se retrouvent normalement une partie de la communauté française. Normalement, car avec la Coupe du Monde de foot, il n'y avait personne ce jour là. Partie remise ... L'Alliance Française d'Achumani ferme pour les fêtes, cette semaine, et ne m'a rien proposé, hormis m'avoir indiqué le point de rendez-vous des amateurs de pétanque. Il y à une autre antenne de l'AF dans un autre quartier, plus éloigné, mais plus importante, et fermant un peu plus tard aussi, pour les fêtes de fin d'année. A voir ... Je réside pour l'instant à Achumani, quartier mitoyen de Calacoto, et nous devrions habiter à La Florida, autre quartier jouxtant Calacoto, au début de l'année. N'ayant vraiment pas été au mieux, longtemps, je commence seulement à maîtriser le centre de San Miguel, et les quartiers qui l'entourent. C'est appréciable. Sinon, j'ai du mal avec la ville, qui n'a vraiment rien pour elle. Du moins avec mon regard dénué d'enthousiasme. C'est extrêmement minéral, et sacrément moche aussi, à mon goût, mais j'espère qu'évoluera mon point de vue. Le port permanent du masque par les classes populaires, surtout mais pas que, me donne aussi beaucoup de mal pour l'envisager positivement. Le coût de la vie pour qui ne consomme pas comme l'homme de la rue, calme un peu aussi. Quand ce n'est pas carrément du tir au pigeon, si on s'aventure au marché. Evidemment ne pas parler espagnol n'aide pas. J'ai lu un blog d'une famille française de profs ayant résidé 6 ans à La Paz. Je l'ai trouvé insupportable tant il y avait là tout les clichés des bobos agaçants. Moi sans doute trop dur dans mon appréciation, et eux un peu trop perchés à mon goût. Bien-sûr, ce sont eux qui avaient raison, puisque je subis là où ils auront kiffés. Franchement entendre que les gens se plaisent ici, m'est pour l'instant difficilement compréhensible. J'avais écrit un commentaire en réponse au blog en question, que finalement je n'avais pas posté. Je le joins ci-dessous*, c'est pas jouasse. Alors bien évidemment c'était là ma première impression, et elle doit beaucoup au contraste violent. Même si Bogota m'avait plu, alors que question contraste, ce n'est pas mal non plus ... *Comme quoi, à chacun selon son coeur. La Bolivie, pour nous ce n'est pas un choix, mais une obligation pro. Du coup, nous sommes sans doutes dépourvu de ce regard bienveillant qui était le vôtre. La Paz pourrait concourir au titre de la pire ville du monde, avec des chances certaines de succès. Même Bogota qui m'aura fait l'impression d'un poubelle à ciel ouvert, me semblait bien plus vivante, et attrayante. Ici, tout est moche, au possible. La ville est hideuse, et sans intérêt. Une circulation effrénée, qui pourrie le peu d'air qu'il y a encore à cette altitude, vous assaille les nasaux en permanence. Aucune végétation, ou presque. Aucun lieu public à même de susciter l'envie de flâner, du moins plus d'une fois. Après, tout le monde ne possède pas la capacité d'émerveillement indispensable, pour ne pas voir La Paz autrement que de façon terre à terre. "Manger pour 2E", même il y a 10 ans, je dis bravo. Nous avons tenter la cuisine d'un petit "resto", fréquenté exclusivement par les locaux. Sur l'insistance de notre enfant. Pas mauvais, mais pas bon non plus, et puis surtout 2 jours de "tourista" en prime. Je crois que cela aura suffit à le calmer dans ses ardeurs de découvertes culinaires. 104 Bs, pour trois personnes. Nettement moins typique, mais plus savoureux, et au niveau question hygiène, les restaurant de San Miguel, aux standards européens. Entre 300 et 500 Bs à trois, la courante en moins. Tant pis pour le folklore. Bogota, me semble un bon point de comparaison. Car celle-ci est vraiment dégueulasse, et pourtant ça passe crème, ou presque. Là où la propreté de La Paz ne suffit pas à faire passer la pilule. Quelques lieux pour bobos, comme partout, mais exclusivement blancs. Des restos, et des commerces dédiés aux bourgeois locaux, ou non, et puis la misère partout ailleurs. Mais bon, au soleil, cela donne la touche de dépaysement indispensable à tout séjour digne de ce nom. 10 ans après votre arrivée, le clou du spectacle tient au port du masque, celui préconisé contre le Covid, même sans Covid, ni cas, ni décès. Partout, tout le temps ... Partout, tout le temps, sauf parmi les classes supérieurs, où l'ont peut se retrouver à plusieurs centaines, dans une grande proximité ne posant nullement question. Ce qui est heureux. L'homme de la rue, lui, même seul au milieu de la nuit dans une rue déserte, portera vraisemblablement cet attribue qui le catégorisera assurément. On a le droit de s'interroger, a minima. Je vous admire de pouvoir vous pâmer au spectacle des lumières de la ville, devant votre fenêtre. Je n'y vois pour ma part, que l'étendue exagérément grande d'une mer de béton. Mer dont les rues fort peu praticable, si ce n'est pour ses trop nombreuses voitures, ne vous invite pas à les arpenter. Votre émerveillement béa, me laisse circonspect, m'étant totalement étranger. Oui, vous pouvez me plaindre. Un dernier mot sur l'altitude. Nombreux sont ceux qui, un mois après leur atterrissage en ces hauteurs, sont encore à lutter avec des difficultés respiratoires notables. Pas aussi anecdotiques qu'elles l'auront été pour vous. Mais si la comptine aux enfants est la seule activité à même de vous essouffler, on comprend mieux peut-être que la nature de votre activité n’a pas pu vous éreinter. Mi-temps, femme de ménage à domicile, … J’envisage ce que le bobo, ou le néo babos peut avoir d’exaspérant, paraissant assurément au pauvre type plus terre à terre comme moi, complètement perché. Tant mieux pour vous, ne descendez jamais ... Je dois certainement avoir, si peu, la dent dure, et vous, par bien des aspects, les yeux de Chimène. La vérité étant certainement entre les deux. La Bolivie est certainement un pays riche de lieux remarquables. Mais La Paz n'en fait partie que par son exceptionnelle laideur. Je n'espère pas y séjourner 6 ans, loin de là. Je croise les doigts. Bonne continuation ...* La nourriture, même au supermarché reste problématique ... J'ai été malade 3 semaine. J'avais la courante, jusqu'à 16 fois par jour, en plus d'être à plat, complètement KO. Les règles d'hygiène ne sont pas les nôtres, et sont toutes relatives. Pas de respect de la chaine du froid, etc ... Les prix sont délirants. Rencontrer des boliviens paraît improbable tant ils sont réservés. La ville n'a aucun charme, et cette propension à sortir masqué partout, tout le temps ne me les rends pas sympathique. Si on refuse de le porter dans un endroit où il existe une certaine autorité, supermarché ou lieux publics, c'est la police. Alors même qu'il n'y a pas d'obligation légale, mais de la com' ça oui. Les bourgeois passent outre, ... Heureusement. Tout ça donne à cette ville un côté ségrégationniste peu agréable, mais on s'adapte ... Le vélo là dedans, ce sera peut-être pour plus tard ?
  8. P.S: Quitter l'Alsace alors que la prochaine sortie 101 passera par là ... Comment dire ? 😔 Amusez-vous bien.
  9. Bonjour à tous. Quelques mots pour vous donner des nouvelles. Car cela fait déjà un mois que je me trouve en Bolivie. Je n'avais pas trop le coeur à venir vous voir par ici. Tout d'abord parce que j'ai été malade pendant une vingtaine de jours, adaptation problématique. Et aussi parce qu'il est un poil déprimant de venir sur le forum, façon de retourner le couteau dans la plaie, puisque de vélo, point. En effet, mes vélos qui devaient arriver la semaine prochaine, avec le reste de nos effets, ne seront certainement pas là avant encore longtemps ... Et dans quel état ? Jusqu'ici ce n'était pas vraiment un soucis, vu mon état de santé, et le fait que l'adaptation à l'altitude est encore loin d'être optimum. Mais cela commence à me manquer sévère. Je relativise en me disant que cet arrêt forcé, c'est toujours mieux qu'une chute, ou un soucis de santé. Ce qui me chagrine, c'est que cela faisait longtemps que je ne m'étais si bien sentis sur un vélo, dommage. J'étais bien parti pour faire ma meilleure année, et de loin, puisque octobre est normalement mon meilleur mois. Et là je n'aurais non seulement pu profiter des beaux jours d'octobre. Mais surtout la reprise, ici à La Paz, va s'annoncer compliquée. Les routes ne semblent en effet pas du tout engageantes, et l'altitude, comme le soleil viennent vous susurrer à l'oreille, que tu dois être un peu c😁n de ne pas passer à autre chose. D'ailleurs je n'aurais vu qu'un seul cycliste, depuis notre arrivée. Déprimant, alors qu'ils étaient bien plus présent à Bogota, où nous n'aurons pourtant passés qu'une journée, et où la nature comme les routes semblaient bien plus propice à la pratique. Rien que des athlètes, au passage, sur des machines rutilantes, en série limité, ou hors de prix. Le vélo de populaire est bien devenu un sport huppé, le nouveau golf. J'espère que ça roule pour vous, malgré le temps hivernal, et vous souhaite à tous une bonne fin d'année. Michel, ma participation au challenge, si challenge il y a l'an prochain, ne semble pas trop envisageable. J'aurais aimé participé, car je l'ai beaucoup apprécié cette année. Où sans doute, j'aurai réussi à enfin le comprendre, et l'utiliser comme il se doit. C'est un super outil, j'espère qu'il sera pérennisé ... Salut, et bonne route ...
  10. Merci de vos remarques et conseils, et oui, je suis pressé d'y être maintenant. Forcément, les cartons sont presque tous faits, et demain l'appartement sera vide, vélos compris, snif. 🥲 Là-bas, une fois pris mes marques, je devrais sans doute voir mon d+ être nettement plus conséquent que dans la plaine d'Alsace. On peut raisonnablement y croire. 😅 Eh oui Michel, tu auras initié un challenge quasi mondial maintenant ! Reste plus qu'à trouver des forumeurs en Afrique, en Asie, ou en Océanie, et le tour est jouer ... Bon, pour les photos, va falloir que je fasse un effort, car cela fait déjà au moins 6 mois, que je veux mettre sur le forum une photo de mes petits chéris, et ... 😬 Ce qui va me faire bizarre, c'est de vous lire, ici, alors qu'un océan nous sépare. J'espère vous faire un retour d'ici la fin de l'année. Je devrais alors, avoir récupérer mes fidèles destriers, m'être adapté je l'espère à l'altitude, et donné mes premiers coups de pédales. Bonne route, et amusez-vous bien ... Asta luego 😉 @ Frank : Je crois bien que je suis à 6667 km sur le cumul du challenge. Je me fais un devoir d'arrondir au km inférieur ou supérieur, selon les cas. Si je suis au-dessus, ou en deçà du 0,5 kilomètre au compteur.
  11. Merci les gars, ça fait chaud au coeur. Je vous donnerais des nouvelles dès que possible. Les déménageurs seront là dès demain, et nous devrions partir quelques jours plus tard. A bientôt ...
  12. ... Eh bien non, ça ne roule plus, en tout cas pas de vélo pour moi aujourd'hui, ni dans un avenir proche. Bonne route à tous ...
  13. Oui Michel, ça roule encore un tout petit peu ... 1 jour ? Après une tentative avortée aujourd'hui, pour atteindre au moins l'un des objectifs perso du challenge. Je me suis mis à bailler, mais à bailler ... , j'ai eu froid, et enfin plus d'énergie. Du coup je suis rentrer. Il me reste encore demain, pour tenter quelque chose. Même si j'aurai bien d'autres choses à faire, ça me démange. Mais ça me parait tout, sauf évident. On verra bien ... Donc demain, peut-être, la dernière tentative. Puisqu'après ce sera le départ imminent pour La Paz. Je ne sais pas comment je vais m'adapter, là-bas, mais mes vélos prendront le bateau. Alors si je m'adapte facilement, j'investirais peut-être dans un truc qui roule, là-bas, à pas trop cher. Ou alors s'en sera terminer pour moi, pour cette année. Merci Michel, en tout cas pour le travail fourni, et la motivation que procure le challenge 👍
  14. Ah ben ça va, moi qui me croyait limite avec mes 2 vélos en appart' ... Sans n'avoir que 26m2, finalement je suis large. 3 vélos, j'avoue, ça paraît chaud, sauf peut-être à user des fixations qui permettent d'accrocher ses vélos aux murs. Même dans un studio, il doit y avoir 4 murs, tu peux donc non seulement craquer pour un Gravel, mais encore prendre un piste, ou chrono ... Allez, vas-y quoi ! 😈
  15. La classe 🤩 Même si il faut s'habituer à l'esthétisme de la fourche, pour le moins particulier.
  16. @ Sylvain, cela viendrait donc de là, la vocation de coiffeur ... 😍 @ Mah, certes tout ce que tu dis est vrai, mais l'on fait fi un peu vite de la part psychique. Si on se sent mieux quand on mange bien, on mange d'abord pour se sentir bien, et ainsi souvent compenser, sans même parler de manger particulièrement mal.
  17. Merci Pascal, je veux bien te croire, mais à titre personnel, je n'en sais rien. Je ne fais qu'évoquer ce qui semble m'apparaître de là où je regarde. Et avec des roues aluminium entre 1405 grammes pour les Shamal, et 1435 grammes pour les Eurus, je ne me sens pas pénalisé outre mesure, du moins dans le registre du poids. Mon expérience ne fait que souligner, que pour un cycliste donné, soit un pratiquant régulier mais guère d'avantage. C'est bien la rigidité, du moins dans le registre des roues aluminium, qui reste prépondérante. Pour ce qui est du mariage cadre, roues, oui certainement, mais là aussi je ne l'aurai pas constaté par moi-même, donc je n'ai pas grand chose à en dire. Mais je veux bien te croire. Ce qui me laisse augurer de nouveaux plaisirs en devenir, avec peut-être d'autres roues, en carbone cette fois. 😎 Bonne route à toi aussi ...
  18. Sorti à grand peine ce jour, mais le beau soleil étant de la partie, une fois dehors, une fois chaud, c'était bien agréable de rouler en cours, encore une fois. 70 km en 2h22, et 116m de d+ Et 1 fêlé en prime, 😛 Cool
  19. Merci Michel, mais je te rassure c'est hyper ponctuel. De temps à autre c'est sympa de se mettre un peu de pression. En l'espèce ici, c'est surtout parce que je flirte à nouveau avec mes intolérances alimentaire. De fait, je m'en veux quelque peu de ne pas être plus sérieux vis à vis de ce que je mange. Nul doute que la sortie eut été bien plus cool sans ça, car tous mes petits bobos viennent de là, hormis la selle, évidemment.
  20. Je voulais sortir aujourd'hui pour me rapprocher de l'objectif du mois, et du trimestre ... Mais comme hier, compliqué, en mieux quand même. Mal au cul déjà, selle de travers, vu après 50 bornes. Deux chutes de glycémie, pénible. Douleurs articulaires. Mais au final, plein les bottes, cuit et recuit, j'ai mené au bout cette sortie. Pas mécontent. Il ne doit plus rester grand chose pour faire le compte. A moins d'un temps vraiment dégueulasse demain, ça devrait le faire ... 112 km en 3h52, et 150 mètres de d+.
  21. Donc, pour ce qui est des roues, cadres, vélos, etc ... Tout est une question de d'investissement symbolique, de projection, d'identification, de reconnaissance, et d'estime personnelle ... Les besoins et nécessités de chacun ayant pour origine des motifs intimes, propre à chacun, et exprimés différemment selon les conditions évoqués ci-dessus, leur besoin d'expression leur donnant leur réalité tangible.
  22. A propos de matériel, de vélo et de cyclistes ... Si ceux qui goûtent ce sport, sont souvent identifiés tels des passionnés, ce n'est pas un hasard. En effet, le mot de passion induit en son origine l'idée de souffrance. Le cycliste est donc celui qui aura trouvé le biais pour se faire du bien au travers de la souffrance, ou du moins le coût nécessaire pour pouvoir (en) jouir. De la même manière, si je prends un autre exemple, au-delà du vélo, une femme sera suffisamment ingrate, et suffisamment difficile à vivre pour que celui qui ne s'aime qu'avec difficulté puisse être avec elle, et s'accorder son amour, donc aussi le sien. ( L'amour propre n'étant qu'un don de l'autre que l'on s'approprie.) Non sans quelques "frais" à payer en souffrance, là-aussi. Pourtant, cela lui rendra "la pratique" accessible. Tout est une question d'investissement symbolique, de projection, d'identification, de reconnaissance, et d'estime personnelle ... A chacun selon ses moyens. Les violences conjugales, sont la suite logique de ce qui est dit ici, car qui se ressemble s'assemble, comme dit la sagesse populaire ... Mais c'est là un autre débat, fatalement hors sujet.
  23. Mon vélo DKT, je l'ai acheté, parce que mon alu était fissuré. Je suis allé au magasin, un carbone brut de toute beauté était là, la matière visible le rendait très esthétique. J'y retourne 4 heures plus tard, décidé, et il n'y est plus. La dispo des modèles est aléatoire, pour ne pas dire inconnue dans cette enseigne. De fait, le même vélo, peint en noir mat, est en magasin. Je regarde pour faire genre, celui équipé en Shimano, et choisis évidemment celui en Campagnolo, une condition indispensable pour moi. Je repars avec mon vélo. La nécessité à parfois du bon. Je ne doutais pas de la qualité de ce vélo, mais fut toujours surpris qu'elle soit si bonne. j'y ai monté pendant des années des roues FR7, et c'était parfait pour moi. Très rarement, des Shamal, et c'était bien trop dur pour moi. Et enfin il y à peu, des Eurus, et là c'est insolent d'agrément et de facilité, toujours pour moi. Le vélo est un B'Twin Mach 720, en promo à l'époque, moins 200 Euros quand même, à 1400 le bout, autant dire une affaire. Monté en Centaur, j'y ai greffé un pédalier carbone, parce que j'en avais envie, et donc des nouvelles roues. Je roule sur un Wilier Gtr, également. Cadre acheté seul, et monté au fur et à mesure, tout le contraire du B'Twin, donc. Monté en Campa Chorus, et Eurus, là aussi. Hormis quelques nuances propres à chacun, ils sont très bien tous les deux, je ne vois pas de différence de qualité. Malgré le mooonde qui devait exister entre les deux, selon certains vélocistes. Ah, ceux-là ... Après, je pourrais peut-être roulé sur un cadre un poil plus petit, je crois que cela pourrait être pas mal, il faudrait essayer. J'ignore tout, et n'y ai jamais rien compris, au Stack&Reach. Pas le plus petit début de commencement de compréhension. Je regarde la longueur de top tube, et la hauteur de la douille de direction. Et même si ce n'est sans doute pas optimal, ben faut reconnaître que je ne suis pas malheureux sur mes vélos. Ce que je veux dire, c'est que l'on peut toujours mieux faire, mais que même sans connaissances particulières, il y à moyen de trouver chaussure à son pied, sans trop se planter, et de s'y sentir bien, voir très bien même. Donc, à ceux qui hésiteraient à acheter un vélo, je dirais, ne le faites pas. Vous n'en avez pas assez envie, ou suffisament besoin ! A ceux qui hésitent quant au choix de vélo, prenez celui qui vous plait, ce ne sera déjà pas si mal. Veiller peut-être à ne pas prendre un pur compétiteur si vous aimez flâner, et encore ... Vous flânerez sur un beau vélo, comme on se promène au bras d'un jolie femme, sans forcément user de tous ses charmes, et après ? Prendre le plaisir là où il est ! Souvent, se restreindre, voir douter de ses choix, est une façon de ne pas s'accorder ce à quoi nous aimerions goûter. Parce que nous ne nous l'autorisons pas. Cela vient de loin, et s'exprime au travers de représentations, mais pas plus. Les choses, matériel ou pas, n'ont pas grand chose à voir là-dedans. La difficulté à choisir est en nous, pas devant nous, elle ne fait que s'y matérialiser. Ainsi, au travers de choix et d'objets, nous rejouons la possibilité d'une liberté qui nous est difficilement accessible, pour de vrai cette fois.
  24. Première journée sèche depuis au moins une semaine à Strasbourg, enfin c'est ce qu'il me semble, mais 12° en septembre, je n'avais jamais vu 😲
  25. Sortie de 65km ce soir, compliqué et pénible la majeur partie du temps, puis ça se sera arrangé. En effet depuis le week-end dernier, au moins, je recommence à manger n'importe quoi ... Chocolat, bretzels, boissons, etc ... Des douleurs articulaires aussi, bref, c'est nul. Il faut que je redresse la barre si je veux continuer à rouler dans les prochains jours, voir semaines.
×
×
  • Créer...