FLASHS

Pros

World Tour Matériel 101 #4

Publié le 19/03/2019 07:20

Aucun changement dans notre classement World Tour Matériel 101 mais Paris-Nice et Tirreno passionnent les amateurs de matériel et de chiffres.

Episode 4 de notre saga Word Tour Matériel 101. Caractéristique de la semaine écoulée en World Tour : 2 courses par étapes : Paris-Nice et Tirreno-Adriatico, aux formats proches (un jour de course supplémentaire pour l’épreuve française) mais qui épousent les reliefs naturels de leurs parcours pour offrir des caractéristiques légèrement différentes.

Paris-Nice a permis une nouvelle fois de livrer une bataille rude dans la traversée de la Beauce (ça, c’est relativement connu) mais une semaine particulièrement agitée sur le plan météo a prolongé la bataille jusqu’à l’arrivée dans les « bosses ». Après une transition rapide sur un parcours vallonné, il a fallu digérer le col de Turini. Là-bas aussi le matériel est très important, mais au mois de janvier pour l’un des épisodes les plus connus du rallye automobile du Monte Carlo.

 Le Team Sky crée des éventails sur Paris-NiceLe Team Sky crée des éventails sur Paris-Nice | © Team Sky

 

Sans moteur avéré – les tests devant les détecter se poursuivent, les coureurs cyclistes ont mis le petit plateau pendant 40 min, pour la 1ère fois de la saison en compétition. Cette étape proposait un fort dénivelé avec quand même 3850 m de dénivelé pour 181 km selon le « Strava » des coureurs comme Romain Bardet (AG2R La Mondiale) ou Michal Kwiatkowski (Team Sky). Un gros cumul pour la période, digne de nombreuses étapes de montagne sur les Grands Tours ! Pour autant, l’étape n’a pas créé autant d’écarts que l’étape disputée le lendemain sur « Tirreno ». En Italie, 2900m de dénivelé « seulement » pour 178 km mais avec un circuit final de 23 km très exigeant, à répéter 3 fois. Toujours sur Strava, Greg van Avermaet a noté : "wall" climbing stage Tirreno 2019 que l’on pourrait traduire par « l’étape des raidards sur Tirreno 2019 ». Les coureurs ont apprécié le pignon de 30 dents, monté à l’arrière de plus en plus fréquemment. Malgré cela, si les 1ers sont passés avec une belle cadence de pédalage sur les murs à 19%, cela n’a pas été le cas de tout le monde à l’arrière et un coureur a dû mettre pied à terre, provoquant la chute d’une moto ( !) littéralement sur un autre coureur mais qui n’a pas été blessé. Certains suiveurs en ont profité pour relancer le débat sur le nombre de motos en course.

 

Peter Sagan utilise les plus grandes denturesPeter Sagan utilise les plus grandes dentures | © Sirotti


La question des dentures des pignons nous amène à un autre aspect de la course qui tient au dépannage. Jugez plutôt : vous avez 3 fournisseurs de groupes (Shimano, Campagnolo et Sram) avec des groupes en 12 pignons et Shimano qui reste pour l’heure à 11. A cela s’ajoutent les disques qui sont apparus et qui semblent encore faire de la résistance chez les pros. Pour autant, les motos de dépannage sont confrontées à un véritable casse-tête et pour une roue arrière, elles doivent fournir pas moins de 4 standards différents : patins/11 vitesses, patins/12 vitesses, disques/11 vitesses et disques/12 vitesses. Imaginez si 2 coureurs avec 2 formats différents crèvent en même temps ! Et heureusement, un standard semble se dessiner quand au diamètre des disques : 160 mm devant et 140 mm derrière, pour tout le monde. Ne reste plus qu’à espérer que le marché y vienne lui aussi, même si 140/140 suffit largement pour les gabarits légers. Mais c’est une autre histoire…

 

Quant à nos podiums, aucun changement en tête :

-          Specialized (80 points) pour les cadres qui bénéficie des nombreuses victoires de Deceuninck-Quick Step et 2 acquises par Bora-Hansgrohe qui gagne sans Peter Sagan (San Bennett en l’occurrence). A noter qu’Astana (Argon 18, Shimano, Corima) qui se trouve au même nombre de victoires (19) que Deceuninck-Quick Step mais fait seulement son apparition cette semaine dans notre classement, qui ne prend que les victoires World Tour en considération. Le 2ème du classement reste aujourd’hui Bianchi avec 30 points. Pinarello marque 15 points d’un coup avec le général de Paris-Nice (Egan Bernal, Team Sky).

 

Le vélo des AstanaLe vélo des Astana | © Sirotti

 

-          Shimano qui réalise le « grand chelem » cette semaine en empochant tous les points mis en jeu !

-          Pour les roues, Roval et ses 80 points reste devant bien que Shimano ait empoché un certain nombre de points.

 

© Vélo 101

 

Le rendez-vous est pris pour la semaine prochaine avec le 1er monument officiel de la saison, Milan San Remo, mais le 2ème selon notre barème, qui rejoint la sensibilité de nombreux coureurs et suiveurs.

 

Pour toute remarque ou suggestion, n’hésitez pas à nous contacter sur materiel@velo101.com

 

 

 

 

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE