FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Général • Une personne a eviter de croiser en vélo

Retour au forum Route > Général Bas de page

envoyé le 24/12/2018 09:37
Je déteste les cyclistes

C’est un coming out, je l’avoue sur Carfree France, je n’aime pas les cyclistes. Entendons-nous bien, je ne parle pas de tous ceux qui font du vélo pour se déplacer, mais des cyclistes habillés de manière ridicule qui se tapent des centaines de kilomètres à vélo le week-end.

Certains diront qu’il ne faut pas taper sur la « grande famille du vélo », vu qu’on est déjà pas nombreux face à l’armée des automobilistes. Certes, mais pour moi, cycliste et automobiliste, même combat!

En règle générale, le cycliste du dimanche, qu’on appelle parfois aussi cyclotouriste, est essentiellement un automobiliste de la semaine. Bien sûr, il y a toujours des exceptions et certains cyclistes du dimanche sont aussi parfois des gens normaux qui font du vélo tous les jours de la semaine pour se déplacer… Je pense ainsi à quelqu’un comme Vélomaxou par exemple, mais c’est un cas à part. D’ailleurs, dans sa présentation, on voit bien le côté « honteux » du cyclotourisme:

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme « la tête dans le guidon », je me dirige vers le déplacement doux de l’écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire. »

Mais de manière générale, les cyclotouristes du dimanche qui avalent les kilomètres sont à peu près aussi éloignés de ma conception du vélo qu’un Sébastien Loeb au Rallye d’Alsace.

La tête dans le guidon, ils avalent les kilomètres sans trop se poser de questions. La caricature des cyclistes présente dans Les Triplettes de Belleville n’est pas très loin de la réalité.

Déjà, je trouve leur accoutrement ridicule. Le style lycra-jambières est à la base un puissant répulsif pour le vélo urbain. En outre, je ne supporte pas ce mimétisme visuel avec tous les grands noms du dopage cyclisme. Ces gens-là ne font pas de vélo, ce sont avant tout des supports publicitaires humains pour tous les grands sponsors du Tour de France.

Personnellement, quand je les vois passer devant chez moi le dimanche, je ne pense pas « vélo » mais « dopage ». D’ailleurs, je ne comprends absolument pas comment un « sport » qui est désormais de notoriété publique une activité de drogués peut porter les « valeurs » traditionnelles de « fair-play » ou de « corps sain ».

Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

Et que veut dire « se la jouer comme Armstrong » pour les cyclistes? Est-ce la volonté d’écraser les autres? Ou plutôt l’idée de gagner plein de médailles pour devoir les rendre au bout du compte quand tout le monde aura compris que vous les avez obtenu en trichant?  Que reste-t-il d’un sport qui n’a plus de valeurs, plus d’honneur et plus de héros?

En fait, il reste juste un peloton de draculas qui passent leurs journées à se sucer la roue et pisser dans des flacons et leurs nuits à changer leur sang.

Il reste aussi la souffrance de milliers de « petits jeunes » qui veulent eux aussi leur quart d’heure de gloire et qui vont s’arracher les mollets à pédaler 7 jours sur 7 et qui vont se bousiller la santé à coup de produits dopants pour espérer gagner un jour l’étape du Tour qui passe près de chez eux.

Vous me direz, ils ne dérangent pas grand monde et au moins, tant qu’ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins, ils ne polluent pas avec leur bagnole! Oui, mais leur seule présence sur la chaussée est de mon point de vue une pollution publicitaire et une agression visuelle.

Par ailleurs, certains cyclistes trouvent quand même le moyen de polluer! C’est le cas par exemple de tous ceux qui mettent leur VTT sur le toit de leur bagnole et qui vont faire 10 ou 20 bornes en voiture pour aller « pédaler en forêt ».

Ils sont moches, tels des panneaux publicitaires, dans leur accoutrement moulant ridicule et avec leurs marques de bronzage au cordeau. Je défie quiconque d’avoir envie de se mettre au vélo pour aller au boulot en les voyant foncer en groupe à se tirer la bourre et en passant leurs « relais ».

Et le pire, ce sont sans doute les vieux cyclistes sur le retour, qui se la pètent dans leur panoplie complète du Tour et dont la bedaine déborde largement du lycra moulant. Ils passent la semaine assis dans leur bagnole et frôlent la crise cardiaque tous les dimanches pour essayer désespérément de diminuer leur tour de taille.

En plus, avec leur casque et leurs lunettes de soleil, les cyclistes donnent réellement une image négative du vélo. Quand on les voit, on a vraiment l’impression que le vélo est un sport de combat hyper dangereux, c’est-à-dire l’inverse de ce qu’est réellement le vélo en tant que mode de déplacement.

D’ailleurs, même Mikael Colville-Andersen, le gourou danois du vélo, le dit: « A Copenhague, il n’y a pas de cyclistes, seulement des gens qui font du vélo ». Disons-le autrement, il ne s’agit pas de faire du vélo pour faire du vélo, mais pour se déplacer.

C’est pourquoi, je pense que le cycliste est l’ennemi du vélo

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 10:16

On en avait déjà parlé dans le temps. Halala, les apparences, l'image qu'on donne, l'importance qu'elle a aux yeux de certains… Il y en a pour qui c'est tout ce qui compte, comme pour ce Marcel Robert, que j'ai cessé de lire depuis cet article : je ne l'imaginais pas aussi superficiel.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 10:44

Je déteste les cyclistes

C’est un coming out, je l’avoue sur Carfree France, je n’aime pas les cyclistes. Entendons-nous bien, je ne parle pas de tous ceux qui font du vélo pour se déplacer, mais des cyclistes habillés de manière ridicule qui se tapent des centaines de kilomètres à vélo le week-end.

Certains diront qu’il ne faut pas taper sur la « grande famille du vélo », vu qu’on est déjà pas nombreux face à l’armée des automobilistes. Certes, mais pour moi, cycliste et automobiliste, même combat!

En règle générale, le cycliste du dimanche, qu’on appelle parfois aussi cyclotouriste, est essentiellement un automobiliste de la semaine. Bien sûr, il y a toujours des exceptions et certains cyclistes du dimanche sont aussi parfois des gens normaux qui font du vélo tous les jours de la semaine pour se déplacer… Je pense ainsi à quelqu’un comme Vélomaxou par exemple, mais c’est un cas à part. D’ailleurs, dans sa présentation, on voit bien le côté « honteux » du cyclotourisme:

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme « la tête dans le guidon », je me dirige vers le déplacement doux de l’écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire. »

Mais de manière générale, les cyclotouristes du dimanche qui avalent les kilomètres sont à peu près aussi éloignés de ma conception du vélo qu’un Sébastien Loeb au Rallye d’Alsace.

La tête dans le guidon, ils avalent les kilomètres sans trop se poser de questions. La caricature des cyclistes présente dans Les Triplettes de Belleville n’est pas très loin de la réalité.

Déjà, je trouve leur accoutrement ridicule. Le style lycra-jambières est à la base un puissant répulsif pour le vélo urbain. En outre, je ne supporte pas ce mimétisme visuel avec tous les grands noms du dopage cyclisme. Ces gens-là ne font pas de vélo, ce sont avant tout des supports publicitaires humains pour tous les grands sponsors du Tour de France.

Personnellement, quand je les vois passer devant chez moi le dimanche, je ne pense pas « vélo » mais « dopage ». D’ailleurs, je ne comprends absolument pas comment un « sport » qui est désormais de notoriété publique une activité de drogués peut porter les « valeurs » traditionnelles de « fair-play » ou de « corps sain ».

Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

Et que veut dire « se la jouer comme Armstrong » pour les cyclistes? Est-ce la volonté d’écraser les autres? Ou plutôt l’idée de gagner plein de médailles pour devoir les rendre au bout du compte quand tout le monde aura compris que vous les avez obtenu en trichant?  Que reste-t-il d’un sport qui n’a plus de valeurs, plus d’honneur et plus de héros?

En fait, il reste juste un peloton de draculas qui passent leurs journées à se sucer la roue et pisser dans des flacons et leurs nuits à changer leur sang.

Il reste aussi la souffrance de milliers de « petits jeunes » qui veulent eux aussi leur quart d’heure de gloire et qui vont s’arracher les mollets à pédaler 7 jours sur 7 et qui vont se bousiller la santé à coup de produits dopants pour espérer gagner un jour l’étape du Tour qui passe près de chez eux.

Vous me direz, ils ne dérangent pas grand monde et au moins, tant qu’ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins, ils ne polluent pas avec leur bagnole! Oui, mais leur seule présence sur la chaussée est de mon point de vue une pollution publicitaire et une agression visuelle.

Par ailleurs, certains cyclistes trouvent quand même le moyen de polluer! C’est le cas par exemple de tous ceux qui mettent leur VTT sur le toit de leur bagnole et qui vont faire 10 ou 20 bornes en voiture pour aller « pédaler en forêt ».

Ils sont moches, tels des panneaux publicitaires, dans leur accoutrement moulant ridicule et avec leurs marques de bronzage au cordeau. Je défie quiconque d’avoir envie de se mettre au vélo pour aller au boulot en les voyant foncer en groupe à se tirer la bourre et en passant leurs « relais ».

Et le pire, ce sont sans doute les vieux cyclistes sur le retour, qui se la pètent dans leur panoplie complète du Tour et dont la bedaine déborde largement du lycra moulant. Ils passent la semaine assis dans leur bagnole et frôlent la crise cardiaque tous les dimanches pour essayer désespérément de diminuer leur tour de taille.

En plus, avec leur casque et leurs lunettes de soleil, les cyclistes donnent réellement une image négative du vélo. Quand on les voit, on a vraiment l’impression que le vélo est un sport de combat hyper dangereux, c’est-à-dire l’inverse de ce qu’est réellement le vélo en tant que mode de déplacement.

D’ailleurs, même Mikael Colville-Andersen, le gourou danois du vélo, le dit: « A Copenhague, il n’y a pas de cyclistes, seulement des gens qui font du vélo ». Disons-le autrement, il ne s’agit pas de faire du vélo pour faire du vélo, mais pour se déplacer.

C’est pourquoi, je pense que le cycliste est l’ennemi du vélo

J'ai commencé à lire mais ça ne sert à rien de continuer, il a son image des cyclistes, forcément négative, et ça ne regarde que lui...

Maintenant on veut apporter un jugement sur une image sans se donner la peine de comprendre l'humain qui est derrière. Comment un simple citoyen s'offre une existence. Par contre le cycliste le dérange mais il doit ne rien dire sur d'autres choses, d'autres causes bien plus importantes... Ce n'est pas ce qu'il manque.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 11:16

Je déteste les cyclistes

C’est un coming out, je l’avoue sur Carfree France, je n’aime pas les cyclistes. Entendons-nous bien, je ne parle pas de tous ceux qui font du vélo pour se déplacer, mais des cyclistes habillés de manière ridicule qui se tapent des centaines de kilomètres à vélo le week-end.

Certains diront qu’il ne faut pas taper sur la « grande famille du vélo », vu qu’on est déjà pas nombreux face à l’armée des automobilistes. Certes, mais pour moi, cycliste et automobiliste, même combat!

En règle générale, le cycliste du dimanche, qu’on appelle parfois aussi cyclotouriste, est essentiellement un automobiliste de la semaine. Bien sûr, il y a toujours des exceptions et certains cyclistes du dimanche sont aussi parfois des gens normaux qui font du vélo tous les jours de la semaine pour se déplacer… Je pense ainsi à quelqu’un comme Vélomaxou par exemple, mais c’est un cas à part. D’ailleurs, dans sa présentation, on voit bien le côté « honteux » du cyclotourisme:

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme « la tête dans le guidon », je me dirige vers le déplacement doux de l’écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire. »

Mais de manière générale, les cyclotouristes du dimanche qui avalent les kilomètres sont à peu près aussi éloignés de ma conception du vélo qu’un Sébastien Loeb au Rallye d’Alsace.

La tête dans le guidon, ils avalent les kilomètres sans trop se poser de questions. La caricature des cyclistes présente dans Les Triplettes de Belleville n’est pas très loin de la réalité.

Déjà, je trouve leur accoutrement ridicule. Le style lycra-jambières est à la base un puissant répulsif pour le vélo urbain. En outre, je ne supporte pas ce mimétisme visuel avec tous les grands noms du dopage cyclisme. Ces gens-là ne font pas de vélo, ce sont avant tout des supports publicitaires humains pour tous les grands sponsors du Tour de France.

Personnellement, quand je les vois passer devant chez moi le dimanche, je ne pense pas « vélo » mais « dopage ». D’ailleurs, je ne comprends absolument pas comment un « sport » qui est désormais de notoriété publique une activité de drogués peut porter les « valeurs » traditionnelles de « fair-play » ou de « corps sain ».

Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

Et que veut dire « se la jouer comme Armstrong » pour les cyclistes? Est-ce la volonté d’écraser les autres? Ou plutôt l’idée de gagner plein de médailles pour devoir les rendre au bout du compte quand tout le monde aura compris que vous les avez obtenu en trichant?  Que reste-t-il d’un sport qui n’a plus de valeurs, plus d’honneur et plus de héros?

En fait, il reste juste un peloton de draculas qui passent leurs journées à se sucer la roue et pisser dans des flacons et leurs nuits à changer leur sang.

Il reste aussi la souffrance de milliers de « petits jeunes » qui veulent eux aussi leur quart d’heure de gloire et qui vont s’arracher les mollets à pédaler 7 jours sur 7 et qui vont se bousiller la santé à coup de produits dopants pour espérer gagner un jour l’étape du Tour qui passe près de chez eux.

Vous me direz, ils ne dérangent pas grand monde et au moins, tant qu’ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins, ils ne polluent pas avec leur bagnole! Oui, mais leur seule présence sur la chaussée est de mon point de vue une pollution publicitaire et une agression visuelle.

Par ailleurs, certains cyclistes trouvent quand même le moyen de polluer! C’est le cas par exemple de tous ceux qui mettent leur VTT sur le toit de leur bagnole et qui vont faire 10 ou 20 bornes en voiture pour aller « pédaler en forêt ».

Ils sont moches, tels des panneaux publicitaires, dans leur accoutrement moulant ridicule et avec leurs marques de bronzage au cordeau. Je défie quiconque d’avoir envie de se mettre au vélo pour aller au boulot en les voyant foncer en groupe à se tirer la bourre et en passant leurs « relais ».

Et le pire, ce sont sans doute les vieux cyclistes sur le retour, qui se la pètent dans leur panoplie complète du Tour et dont la bedaine déborde largement du lycra moulant. Ils passent la semaine assis dans leur bagnole et frôlent la crise cardiaque tous les dimanches pour essayer désespérément de diminuer leur tour de taille.

En plus, avec leur casque et leurs lunettes de soleil, les cyclistes donnent réellement une image négative du vélo. Quand on les voit, on a vraiment l’impression que le vélo est un sport de combat hyper dangereux, c’est-à-dire l’inverse de ce qu’est réellement le vélo en tant que mode de déplacement.

D’ailleurs, même Mikael Colville-Andersen, le gourou danois du vélo, le dit: « A Copenhague, il n’y a pas de cyclistes, seulement des gens qui font du vélo ». Disons-le autrement, il ne s’agit pas de faire du vélo pour faire du vélo, mais pour se déplacer.

C’est pourquoi, je pense que le cycliste est l’ennemi du vélo

Sa seule source d'information doivent être les pages Foot de l'Equipe et la seule licence qu'il connaisse la Licence IV

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 11:40

Oh Marcel !!! Vient te tester sur une montée du Ventoux au lieu de faire l'homme en étalant, affalé derrière un clavier  tes états d'âme de beauf spécialiste chips/canapé...smiley cool

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 11:41

''En plus, avec leur casque et leurs lunettes de soleil, les cyclistes donnent réellement une image négative du vélo. Quand on les voit, on a vraiment l’impression que le vélo est un sport de combat hyper dangereux, c’est-à-dire l’inverse de ce qu’est réellement le vélo en tant que mode de déplacement.''

 

J'espérais que ça sorte du Gorafi (site parodique) ou un truc de ce genre histoire de me rassurer, mais c'est clairement une honte de sortir de telles inepties,quand on est lu par des milliers d'internautes en sachant que certains seront daccord avec ses idées c'est navrant.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 12:14

Bah, un peu de dérision, ça ne fait pas de mal, il y a du vrai dans les descriptions, notamment sur nos accoutrements !!!

Il y  a de l'humour, peut être et probablement du second degré, à chacun de juger.

c'est ca qui est intéressant

Ca m'a fait sourire !!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 12:40

Bah, un peu de dérision, ça ne fait pas de mal, il y a du vrai dans les descriptions, notamment sur nos accoutrements !!!

Il y  a de l'humour, peut être et probablement du second degré, à chacun de juger.

c'est ca qui est intéressant

Ca m'a fait sourire !!

Il y a une grosse différence entre l'auto-dérision et se moquer des autres

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 14:13

Bah, un peu de dérision, ça ne fait pas de mal, il y a du vrai dans les descriptions, notamment sur nos accoutrements !!!

Il y  a de l'humour, peut être et probablement du second degré, à chacun de juger.

c'est ca qui est intéressant

Ca m'a fait sourire !!

pour faire du vélo , on va dire un peu sportif , pas le vélo avec la sacoche devant pour faire les commissions ,la sonnette ,et le porte bagage , nous n 'avons pas trop le choix de nos "accoutrements" , est ce que l 'on dirai la même chose d 'un joggeur ? ou alors courir avec une doudoune pour ne pas avoir l 'air d'un plouc...et d'un faux coureur a pied ....

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 14:33

Bah, un peu de dérision, ça ne fait pas de mal, il y a du vrai dans les descriptions, notamment sur nos accoutrements !!!

Il y  a de l'humour, peut être et probablement du second degré, à chacun de juger.

c'est ca qui est intéressant

Ca m'a fait sourire !!

Moi aussi,j'adore ce pavé dans la marre smiley mr-green.Mais on doit être ultra minoritaire,l'autodérision,ce n'est pas trop le genre de la maison ici...

Le plus jubilatoire,c'est le passage:

"Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

 

C'est tellement vrai !!! Le pire c'était à l'époque Festina, après le scandale,on continuait quand même à voir des "négationnistes" ou  "jusqu'au boutistes"avec le maillot de leur Virenque chéri.

Un vrai régal smiley lol

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 15:22

Moi aussi,j'adore ce pavé dans la marre smiley mr-green.Mais on doit être ultra minoritaire,l'autodérision,ce n'est pas trop le genre de la maison ici...

Le plus jubilatoire,c'est le passage:

"Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

 

C'est tellement vrai !!! Le pire c'était à l'époque Festina, après le scandale,on continuait quand même à voir des "négationnistes" ou  "jusqu'au boutistes"avec le maillot de leur Virenque chéri.

Un vrai régal smiley lol

Toi aussi tu sembles ne pas savoir ce qu'est l'autodérision

Il m'arrive de parler de vélo avec des copains qui n'en font pas, et de me moquer de ma tenue, par exemple les chaussures à cales, le cuissard moulant, là c'est de l'autodérision

Ici le gars écrit quoi ? "Je trouve leur accoutrement ridicule", "Tant qu'ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins", "Ils sont moches", etc ...

Où est l'autodérision ? Ce gars là critique juste de manière violente une façon de faire du vélo qui n'est pas la sienne, avec un total manque d'empathie, je trouve ça très pénible

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 15:29

Je déteste les cyclistes

C’est un coming out, je l’avoue sur Carfree France, je n’aime pas les cyclistes. Entendons-nous bien, je ne parle pas de tous ceux qui font du vélo pour se déplacer, mais des cyclistes habillés de manière ridicule qui se tapent des centaines de kilomètres à vélo le week-end.

Certains diront qu’il ne faut pas taper sur la « grande famille du vélo », vu qu’on est déjà pas nombreux face à l’armée des automobilistes. Certes, mais pour moi, cycliste et automobiliste, même combat!

En règle générale, le cycliste du dimanche, qu’on appelle parfois aussi cyclotouriste, est essentiellement un automobiliste de la semaine. Bien sûr, il y a toujours des exceptions et certains cyclistes du dimanche sont aussi parfois des gens normaux qui font du vélo tous les jours de la semaine pour se déplacer… Je pense ainsi à quelqu’un comme Vélomaxou par exemple, mais c’est un cas à part. D’ailleurs, dans sa présentation, on voit bien le côté « honteux » du cyclotourisme:

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme « la tête dans le guidon », je me dirige vers le déplacement doux de l’écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire. »

Mais de manière générale, les cyclotouristes du dimanche qui avalent les kilomètres sont à peu près aussi éloignés de ma conception du vélo qu’un Sébastien Loeb au Rallye d’Alsace.

La tête dans le guidon, ils avalent les kilomètres sans trop se poser de questions. La caricature des cyclistes présente dans Les Triplettes de Belleville n’est pas très loin de la réalité.

Déjà, je trouve leur accoutrement ridicule. Le style lycra-jambières est à la base un puissant répulsif pour le vélo urbain. En outre, je ne supporte pas ce mimétisme visuel avec tous les grands noms du dopage cyclisme. Ces gens-là ne font pas de vélo, ce sont avant tout des supports publicitaires humains pour tous les grands sponsors du Tour de France.

Personnellement, quand je les vois passer devant chez moi le dimanche, je ne pense pas « vélo » mais « dopage ». D’ailleurs, je ne comprends absolument pas comment un « sport » qui est désormais de notoriété publique une activité de drogués peut porter les « valeurs » traditionnelles de « fair-play » ou de « corps sain ».

Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

Et que veut dire « se la jouer comme Armstrong » pour les cyclistes? Est-ce la volonté d’écraser les autres? Ou plutôt l’idée de gagner plein de médailles pour devoir les rendre au bout du compte quand tout le monde aura compris que vous les avez obtenu en trichant?  Que reste-t-il d’un sport qui n’a plus de valeurs, plus d’honneur et plus de héros?

En fait, il reste juste un peloton de draculas qui passent leurs journées à se sucer la roue et pisser dans des flacons et leurs nuits à changer leur sang.

Il reste aussi la souffrance de milliers de « petits jeunes » qui veulent eux aussi leur quart d’heure de gloire et qui vont s’arracher les mollets à pédaler 7 jours sur 7 et qui vont se bousiller la santé à coup de produits dopants pour espérer gagner un jour l’étape du Tour qui passe près de chez eux.

Vous me direz, ils ne dérangent pas grand monde et au moins, tant qu’ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins, ils ne polluent pas avec leur bagnole! Oui, mais leur seule présence sur la chaussée est de mon point de vue une pollution publicitaire et une agression visuelle.

Par ailleurs, certains cyclistes trouvent quand même le moyen de polluer! C’est le cas par exemple de tous ceux qui mettent leur VTT sur le toit de leur bagnole et qui vont faire 10 ou 20 bornes en voiture pour aller « pédaler en forêt ».

Ils sont moches, tels des panneaux publicitaires, dans leur accoutrement moulant ridicule et avec leurs marques de bronzage au cordeau. Je défie quiconque d’avoir envie de se mettre au vélo pour aller au boulot en les voyant foncer en groupe à se tirer la bourre et en passant leurs « relais ».

Et le pire, ce sont sans doute les vieux cyclistes sur le retour, qui se la pètent dans leur panoplie complète du Tour et dont la bedaine déborde largement du lycra moulant. Ils passent la semaine assis dans leur bagnole et frôlent la crise cardiaque tous les dimanches pour essayer désespérément de diminuer leur tour de taille.

En plus, avec leur casque et leurs lunettes de soleil, les cyclistes donnent réellement une image négative du vélo. Quand on les voit, on a vraiment l’impression que le vélo est un sport de combat hyper dangereux, c’est-à-dire l’inverse de ce qu’est réellement le vélo en tant que mode de déplacement.

D’ailleurs, même Mikael Colville-Andersen, le gourou danois du vélo, le dit: « A Copenhague, il n’y a pas de cyclistes, seulement des gens qui font du vélo ». Disons-le autrement, il ne s’agit pas de faire du vélo pour faire du vélo, mais pour se déplacer.

C’est pourquoi, je pense que le cycliste est l’ennemi du vélo

Tout ça pour dire ça !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 15:29

Toi aussi tu sembles ne pas savoir ce qu'est l'autodérision

Il m'arrive de parler de vélo avec des copains qui n'en font pas, et de me moquer de ma tenue, par exemple les chaussures à cales, le cuissard moulant, là c'est de l'autodérision

Ici le gars écrit quoi ? "Je trouve leur accoutrement ridicule", "Tant qu'ils sont sur leur vélo à pédaler comme des bourrins", "Ils sont moches", etc ...

Où est l'autodérision ? Ce gars là critique juste de manière violente une façon de faire du vélo qui n'est pas la sienne, avec un total manque d'empathie, je trouve ça très pénible

ça manque aussi de finesse et d'élégance, on est loin d'Edmond Rostand.

"c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule !"

Ah que la langue française peut être savoureuse dans la bouche d'un érudit, et laide dans celle d'un hussard.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 16:49

Beaucoup se sont reconnus dans cette description c'est pourquoi nous réagissons si violemment.

Soyez un tant soit peu honnêtes et avouez que l'on a vraiment l'air con avec nos tenues de club souvent très moches.

 Le pire c'est de croiser un "ancien" avec un maillot d 'une équipe pro (le comble du ridicule ); il est parfaitement compréhensible qu'un minot veuille s'identifier à un grand champion et achète la même tenue que celui  .

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 16:54

ça manque aussi de finesse et d'élégance, on est loin d'Edmond Rostand.

"c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule !"

Ah que la langue française peut être savoureuse dans la bouche d'un érudit, et laide dans celle d'un hussard.

Bonjour Michel,

C'est vrai, mais si on attend le nouveau Rostand pour rire d'une prise de position tellement transgressive qu'elle en devient suspecte, on va attendre longtemps !!!

A mon humble avis, ce n'est pas sur le site "carfree" qu'on va trouver le génie littéraire du 21eme siècle...

L'auteur doit quand même bien rigoler en nous lisant...smiley cool

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 17:20

Moi aussi,j'adore ce pavé dans la marre smiley mr-green.Mais on doit être ultra minoritaire,l'autodérision,ce n'est pas trop le genre de la maison ici...

Le plus jubilatoire,c'est le passage:

"Par ailleurs, il faut se rendre compte du ridicule de la situation: si les coureurs professionnels sont payés pour porter ces accoutrements ridicules couverts de logos et de marques, les cyclistes du dimanche quant à eux ne touchent même pas un rond! Pire, ils payent souvent à prix d’or tout ce fatras commercial pour « se la jouer comme Armstrong ».

 

C'est tellement vrai !!! Le pire c'était à l'époque Festina, après le scandale,on continuait quand même à voir des "négationnistes" ou  "jusqu'au boutistes"avec le maillot de leur Virenque chéri.

Un vrai régal smiley lol

smiley mr-green

Je connaissais déjà ce joli pavé et après relecture j'apprécie .

Se sentir visé , ridiculisé ? bof ! chacun d'entre nous  peut en prendre une part , il y en a pour tous .

Et en rire.

L'auteur fait dans la provocation , il le sait qu'il va provoquer de l'urticaire et en jouit .

Et en plus je le soupçonne d'être un faux méchant plein d'amour et d'admiration pour les cyclistes qui se la pètent et qui croient voir de l'admiration dans les yeux énamourés des miss Monde croisées à chaque carrefour.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 17:21

moi je pratique  LOTTO  DERISION mais je n'ai jamais gagné

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 17:23

smiley mr-green

Je connaissais déjà ce joli pavé et après relecture j'apprécie .

Se sentir visé , ridiculisé ? bof ! chacun d'entre nous  peut en prendre une part , il y en a pour tous .

Et en rire.

L'auteur fait dans la provocation , il le sait qu'il va provoquer de l'urticaire et en jouit .

Et en plus je le soupçonne d'être un faux méchant plein d'amour et d'admiration pour les cyclistes qui se la pètent et qui croient voir de l'admiration dans les yeux énamourés des miss Monde croisées à chaque carrefour.

 

j'ai trouvé ! l'auteur est notre Bernard Vaillant, ressucité !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 19:06

j'ai trouvé ! l'auteur est notre Bernard Vaillant, ressucité !

J'avoue y avoir pensé , mais l'auteur avec la dérision ne parle pas d'éducation , de puer des aisselles , ni d'accueillir toute la misère du monde  . Etre un tueur et être descendu c'est une fin pitoyable pour un génie .

Joyeux Noël !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 19:39

Beaucoup se sont reconnus dans cette description c'est pourquoi nous réagissons si violemment.

Soyez un tant soit peu honnêtes et avouez que l'on a vraiment l'air con avec nos tenues de club souvent très moches.

 Le pire c'est de croiser un "ancien" avec un maillot d 'une équipe pro (le comble du ridicule ); il est parfaitement compréhensible qu'un minot veuille s'identifier à un grand champion et achète la même tenue que celui  .

Ce n'est pas (plus) mon style de me vêtir avec un maillot d'équipe professionnelle, mais loin de moi de me moquer du gars qui en fait son ordinaire... Il y a bien des gens qui se tatouent, se percent, se laissent pousser les cheveux, la barbe; pas de quoi en faire une pendule.

Le fait de rouler la tête dans le guidon dérangent surtout ceux qui ne sont pas ou plus capables de le faire. Il y a toujours eu dans les hautes sphères du cyclotourisme, des vieux moralisateurs, casques à pointe, qui pourfendent ceux qui ont un œil sur la moyenne, arguant qu'un cyclo doit forcément rouler lentement.

Enfin concernant la référence au coureurs pros qui seraient automatiquement, selon les dires de ce triste sire dopés d'office, et bien je viens de lire dans le Cycle une étude qui prouve le bienfondé de rouler la tête dans le guidon et le plus longtemps possible. Selon cette étude les cyclistes professionnels français qui ont terminé le TDF depuis 1947, ont, par rapport à la moyenne de la population 6,3 ans d'espérance de vie en plus, 44% de risque en moins de développer un cancer, 33% en moins de risques cardiaques et 72% en moins par rapport à la mortalité respiratoire. Pas mal pour des ex dopés, non ?

Rouler la tête dans le guidon accoutrés dans des tenues bariolées, c'est pas si bête dans le fond...

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 20:56

Beaucoup se sont reconnus dans cette description c'est pourquoi nous réagissons si violemment.

Soyez un tant soit peu honnêtes et avouez que l'on a vraiment l'air con avec nos tenues de club souvent très moches.

 Le pire c'est de croiser un "ancien" avec un maillot d 'une équipe pro (le comble du ridicule ); il est parfaitement compréhensible qu'un minot veuille s'identifier à un grand champion et achète la même tenue que celui  .

C'est de la jalousie. En arrivant au taf en velo les filles me font des remarques sur mes fesses, et de face elles ont du mal à me regarder dans les yeux.

Ceci dit, c'est peut être lui qui m'a doublé cet après-midi. Je suis à l'hosto. Double fracture du poignet et billard demain matin

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/12/2018 23:27

C'est de la jalousie. En arrivant au taf en velo les filles me font des remarques sur mes fesses, et de face elles ont du mal à me regarder dans les yeux.

Ceci dit, c'est peut être lui qui m'a doublé cet après-midi. Je suis à l'hosto. Double fracture du poignet et billard demain matin

Tu vas réveillonner avec les infirmières alors smiley rolleyes

Bon courage smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/12/2018 10:13

Tu vas réveillonner avec les infirmières alors smiley rolleyes

Bon courage smiley wink

Elles sont toutes super sympa et bienveillantes. En plus je peux être nu devant elles (douche pré opératoire) sans me prendre un metoo ????

Billard dans la matinée pour pose d'une broche. La coupure va être plus longue que prévue

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/12/2018 10:34

Elles sont toutes super sympa et bienveillantes. En plus je peux être nu devant elles (douche pré opératoire) sans me prendre un metoo ????

Billard dans la matinée pour pose d'une broche. La coupure va être plus longue que prévue

Mince, mauvaise nouvelle. Tu es tombé tout seul?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/12/2018 10:53

Elles sont toutes super sympa et bienveillantes. En plus je peux être nu devant elles (douche pré opératoire) sans me prendre un metoo ????

Billard dans la matinée pour pose d'une broche. La coupure va être plus longue que prévue

Billard dans la matinée pour pose d'une broche. La coupure va être plus longue que prévue

Bon courage...

Même cause et pas le même effet pour moi, séquelles à l'épaule, les tendons ont bien morflés, d'après mon kiné je m'en remettrais jamais mais je suis tout de même remonté à vélo, je stresse lorsque je vois un véhicule qui veut tourner face à moi, peur qu'il me coupe la route...

Michel il écrit " Ceci dit, c'est peut être lui qui m'a doublé cet après-midi. Je suis à l'hosto."

Il s'est peut-être un peu trop fait coller par une voiture, à moins que le gars en question se soit pas arrêté après qu'il ait chuté, ça arrive aussi, pour un chien on s'arrête mais pas pour un cycliste (vécu) smiley rolleyes

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Général Haut de page

Sport 101 Facebook V4

Sea Otter

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 07 avril 2019
samedi 13 avril 2019
dimanche 14 avril 2019
lundi 22 avril 2019
dimanche 28 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES