FLASHS

Pros

Dernières brèves de la Vuelta

Publié le 31/08/2009 10:07

Dernières brèves de la Vuelta : Ciolek avec le vent, l'erreur de Boonen, Cancellara leader, Sanchez perd 18 secondes.
Dernières brèves de la Vuelta : Gerald Ciolek avec le vent, l'erreur de Tom Boonen, Cancellara reste leader, Sanchez perd 18 secondes.

Les brèves :

C'est le vent, hier soir à Emmen, qui a permis à l'ancien champion du monde Espoirs Gerald Ciolek (Team Milram) de remporter sa première victoire d'étape dans le Tour d'Espagne. Dans les derniers mètres de la course, le vent soufflait en effet trop fort. En lançant le sprint de loin, le champion de Belgique Tom Boonen (Quick Step) s'est brûlé les ailes, arrêté net à 150 mètres de la ligne. Resté dans les roues jusqu'au dernier instant, Gerald Ciolek en a profité pour décrocher une inattendue victoire d'étape. "Pour un sprinteur, il est toujours important d'avoir confiance en soi et je l'étais aujourd'hui pour obtenir la victoire, a déclaré le sprinteur allemand. Il y avait un violent vent de côté qui a rendu la course très dure dans le final. Mais sans la nervosité de cette fin d'étape je n'aurais sans doute jamais pu gagner." Gerald Ciolek fêtera ses 23 ans le 19 septembre.
Le champion de Belgique Tom Boonen (Quick Step) a commis une erreur hier dans le final de la deuxième étape du Tour d'Espagne. Probablement mis sous pression par le train de la formation Columbia-HTC, qui travaillait pour André Greipel, le Belge s'est extirpé du peloton beaucoup trop tôt. A plus de 300 mètres de la ligne d'arrivée, il a lancé le sprint. Un effort insensé quand on sait avec quelle force soufflait le vent latéral dans la dernière ligne droite. Dès lors, Boonen s'est rangé à une centaine de mètres du but, sacrifiant par la même occasion les meilleurs sprinteurs du peloton qui avaient cherché à prendre sa roue. Dans ces conditions particulières, le sprint a ravi les outsiders restés bien plus sages dans le final, l'Allemand Gerald Ciolek (Team Milram) s'étant imposé devant Fabio Sabatini (Liquigas) et Roger Hammond (Cervélo TestTeam).

Le Suisse Fabian Cancellara (Team Saxo Bank) ne s'attendait certainement pas à conserver son Jersey Oro hier soir. Avec trois sprinteurs de talent situés à moins de 20 secondes de lui au classement général, le rouleur helvétique pensait devoir céder la première place au jeu des bonifications. Mais l'échec des meilleurs sprinteurs à Emmen lui permettra de parader à nouveau en Jaune aujourd'hui sur les routes du plat-pays. "C'était une étape très agitée et typiquement nordique avec du vent, des routes étroites et un long secteur-pavé, a commenté le champion de Suisse. Ca constituait naturellement un facteur additionnel de stress pour beaucoup de coureurs. Je m'attendais à ce que Farrar ou Boonen me prenne le maillot mais ils n'y sont pas parvenus. Je suis donc très heureux de rester le leader du général un jour de plus."
Le chiffre... 18

18, en secondes, c'est le temps concédé hier soir par l'Espagnol Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi) et le Kazakh Alexandre Vinokourov (Astana) à la première partie du peloton. Ce dernier s'est en effet fissuré à la suite d'une chute survenue avant la banderole des 3 kilomètres. Dès lors, ce sont les temps réels qui ont été pris en compte. "18 secondes, c'est toujours précieux et ça me contrarie de les avoir perdues parce que j'ai été bien entouré par mes équipiers tout au long de la journée, a regretté le champion olympique la ligne franchie. Je ne m'attendais pas à cette désagréable surprise au dernier moment." D'autres coureurs ont concédé du temps sur la ligne d'arrivée, à l'image de Damiano Cunego (Lampre-NGC), Frank et Andy Schleck (Team Saxo Bank), Joaquin Rodriguez (Caisse d'Epargne) ou José-Angel Gomez Marchante (Cervélo TestTeam).

Le road-book :

3ème étape : Zutphen-Venlo (189,7 km). Le peloton du Tour d'Espagne met aujourd'hui le cap vers le sud des Pays-Bas dans une troisième étape qui reliera Zutphen à Venlo. La course traversera le pays des tulipes, franchira la frontière allemande le temps d'une trentaine de kilomètres pour revenir en Hollande. Cette étape n'offrira pas la moindre difficulté aux concurrents, qui devront se méfier du vent dans la perspective d'une nouvelle arrivée au sprint dotée de bonifications. Une nouvelle chance de ravir le Jersey Oro.