FLASHS

Pros

Dernières brèves du Tour de France : 6ème étape

Publié le 09/07/2004 00:05

Le coup de maître de Voeckler, le 92 parraineur de la combativité, le doyen du Tour Emile Brichard est décédé.
Le coup de maître de Thomas Voeckler, le 92 parraineur de la combativité, le doyen du Tour Emile Brichard est décédé.

L'info du Tour :

L'Alsacien Thomas Voeckler (Brioches La Boulangère) a réussi un coup de maître hier à Chartes en s'offrant le Maillot Jaune le jour du 48ème anniversaire de Jean-René Bernaudeau. "Tout le monde avait entendu le petit mot d'Armstrong disant qu'il n'était pas contre le fait de laisser le Maillot Jaune à un autre pour se décharger du poids de la course, a-t-il expliqué à la presse au terme de l'étape. A la réunion du matin, la consigne était de sauter dans toutes les échappées. Je me suis retrouvé dans celle qui a pris le plus de champ. Maintenant, je ne me fais pas d'illusions, je sais très bien qu'on ne jouera pas dans la même cour quand les costauds mettront en route. Je n'ai pas leur niveau et je n'irai pas les inquiéter pour le classement général. A la Route du Sud, j'ai gagné l'étape de montagne mais ce n'est pas le niveau du Tour de France et on m'avait laissé prendre du champ parce que j'étais loin au classement général. Je sais qu'on me prendra ce maillot tôt ou tard mais je vais me battre pour le garder le plus longtemps possible, et mes potes de l'équipe aussi."

Le Conseil Général des Hauts-de-Seine est partenaire du Tour de France 2004 et parrain du Prix de la Combativité. Cette distinction est remise à chaque étape en ligne par un jeune et un champion des Hauts-de-Seine, au coureur le plus combatif du jour. Un jury, représentatif du cyclisme et des médias, désigne le lauréat selon les critères que sont le courage, l'audace, l'éthique, la générosité, la combativité et l'esprit sportif. Le jury est composé de sept membres : Philippe Bouvet (L'Equipe), Bernard Hinault (ASO), Jean Montois (AFP), Jean-François Pescheux (ASO), Eddy Pizzardini (RMC), Christian Prudhomme (ASO) et Henri Sannier (France Télévisions). Les spectateurs du Tour peuvent suivre chaque jour le parcours du champion de la combativité qui porte un dossard bleu distinctif pour la durée de l'étape. A la fin du Tour, le jury se réunira une dernière fois pour désigner le coureur le plus combatif de la Grande Boucle.

Le doyen des participants au Tour de France, Emile Brichard, est décédé hier à Gerpinnes, chez lui en Belgique. Né le 20 décembre 1899 à Arsimont, le coursier Belge avait participé au Tour de France en 1926, alors qu'il courait pour l'équipe belge Alcyon. Son expérience avait été de courte durée puisqu'il avait abandonné dès la 1re étape, disputée entre Evian et Mulhouse. Coureur amateur et mineur de profession, Emile Brichard était également le dernier "poilu" belge encore en vie. Il avait participé à la fin de la Première Guerre Mondiale. Le plus vieux participant du Tour de France avait 104 ans.

Le road-book : 6ème étape Bonneval-Angers.

La 6ème étape du Tour de France se déroule entre Bonneval et Angers, préfecture du département de Maine-et-Loire, sur un parcours de 196 km. Située sur les bords de la Maine, Angers reçut le Tour de France pour la première fois en 1936 (victoire de Paul Maye) et pour la dernière fois en 1979 (victoire de Jan Raas). Avis aux sprinters, un bon faux-plat marque le dernier kilomètre, avant les 370 mètres de ligne droite.
  • L'avis de Nicolas Portal (Ag2r Prévoyance) : "là, arrivée au sprint et domination de Petacchi. Après le contre-la-montre par équipes, tout le monde sera plus détendu, et là il va y avoir des opportunités pour les attaquants."


    Les télégrammes :

    Incertain. L'Italien Alessandro Petacchi (Fassa Bortolo) est incertain pour la suite du Tour. Tombé hier, il souffre de l'épaule gauche et a terminé attardé.

    Blessure. Victime d'une lourde chute à mi-course, Manuel Beltran (US Postal-Berry Floor) souffre du coude gauche. Il a dû être soigné en cours d'étape.

    Pénalisé. Tombé lui aussi, Michael Boogerd (Rabobank) souffrait d'une douleur à l'avant-bras gauche. Il a été pénalisé de dix secondes pour rétro-poussette sur véhicule.

    Déception. Le Sarthois Maryan Hary (Brioches La Boulangère) est arrivé hors-délai à Chartres. Il ne roulera pas chez lui aujourd'hui aux côtés du Maillot Jaune.


    Derrière le 101 : Virenque fait sa pub.

    Après Zinedine Zidane et Fabien Barthez pendant l'Euro, c'est Richard Virenque qui fait sa star à la publicité. Plusieurs fois par jour, le Varois apparaît à l'écran, assis sur un parquet Quick Step, pour vanter les mérites de son sponsor, une entreprise de sols stratifiés. Or, tandis que Zizou multiplie les prouesses footballisitques dans ses spots, Richard apparaît bien moins à l'aise dans un studio publicitaire que dans une étape alpestre. Les qualités d'acteurs du sextuple meilleur grimpeur laissent un peu à désirer. On ne s'improvise pas comédien ! Hier, Richard Virenque était plus à sa place dans le peloton où, malgré la pluie et le vent, il est parvenu à passer une journée tranquille, en dépit d'une crevaison. A Chartres, le dossard 101 a terminé en queue de peloton, aux côtés de son ami Laurent Dufaux. Dans une semaine, il retrouvera sa chère montagne.

    101 ans de légende : retour en grâce d'Ocaña.

    C'était il y a 31 ans, le lundi 9 juillet 1973. Les organisateurs du Tour de France offraient un plat inconsommable aux concurrents mais tellement succulent pour les suiveurs. Au menu de la 8ème étape du 60ème Tour de France figuraient les ascensions des cols de la Madeleine, du Télégraphe, du Galibier et de l'Izoard. Toute la légende des Alpes était réunie en une seule et même journée de course. Depuis la veille au matin, Luis Ocaña arborait le Maillot Jaune de leader. Le Grand d'Espagne devait impérativement contrôler ses adversaires sur les 237,5 km séparant Méribel-les-Allues des Orres. Mais au lieu de cela, il écrasa le Tour. Il s'échappa à 150 km du but en compagnie de José-Manuel Fuente, qu'il largua ensuite à 38 km de l'arrivée, son compatriote étant victime d'une crevaison. Désireux de creuser des écarts, Luis Ocaña réalisa son retour en grâce et élimina tous ses opposants. Bernard Thévenet concéda 6'59", Joop Zoetemelk 20'24". Conforté en tête du classement général, en l'absence d'Eddy Merckx, l'Espagnol remporta le Tour deux semaines plus tard devant Thévenet, Fuente et Zoetemelk.
  • Maillon_Octobre 2019

    Sport 101 Facebook V4

    INSCRIPTION EN LIGNE