FLASHS

Pros

2013 dans le rétro : un Tour de légende

Publié le 26/12/2013 10:23

En juillet, le Tour tient toutes ses promesses. Le chemin vers une première victoire à Paris pour Chris Froome fut pourtant moins facile qu'il n'y parait.

Le Tour de France au pied de l'Arc de TriompheLe Tour de France au pied de l'Arc de Triomphe | © ASO/P.BalletSa présentation officielle en octobre 2012 nous avait mis l'eau à la bouche. Son déroulement ne nous a pas déçus. On veut bien sûr parler du Tour de France 2013. Le 100ème. Un Tour historique qui rentrera dans les annales, comme le fut celui du centenaire en 2003, quoi qu'on en dise. Au départ de ce Tour en Corse, l'équation est simple : Chris Froome peut-il être battu, tant sa saison se déroule jusqu'ici sans accroc, exception faite de Tirreno-Adriatico ? À ce stade de l'année, on imagine aisément que vous connaissez déjà tous la réponse. Elle est bien évidemment négative et le Britannique va très vite tuer tout suspense en archi-dominant cette Grande Boucle, malgré de nombreux adversaires de talent.

Pourtant, on ne s'est pas souvent ennuyés en juillet dernier ! Et le Tour (qui débutait certes le 29 juin) commençait en fanfare avec l'épisode rocambolesque du bus d'Orica-GreenEdge et la prise de pouvoir inattendue de Marcel Kittel là où tout le monde voyait déjà Mark Cavendish troquer son maillot de champion de Grande-Bretagne fraichement acquis pour le jaune. Un condensé du Tour 2013 qui a oscillé entre surprises et déroulé quasi prévisible. Froome devait profiter des contre-la-montre pour asseoir sa domination. Il l'a fait au Mont-Saint-Michel, mais pas à Chorges où les écarts sont minimes avec les purs grimpeurs. En revanche, le natif de Nairobi a écrasé le Tour dès la première arrivée au sommet à Ax-3-Domaines, repoussant ses adversaires à plus d'une minute. Même chose au Ventoux où sa pédalée endiablée lui permet de s'imposer comme le patron du Tour 2013.

Mais le chemin qui menait Froome en jaune vers Paris était semé d'embuches. Il y a d'abord eu ce dimanche noir dans les Pyrénées au lendemain de sa prise de la tunique de leader. Le Team Saxo-Tinkoff mène un rythme d'enfer dès l'entame de l'étape et provoque la perte des équipiers du Maillot Jaune, Richie Porte en tête. Le Britannique ne panique pourtant pas et profite d'une offensive des Movistar pour se retrouver dans une position favorable. Il y eut aussi cette journée rentrée directement dans la légende entre Tours et Saint-Amand-Montrond. L'étape est a priori anodine, mais le vent souffle fort dans l'Indre et l'Indre-et-Loir et provoque des bordures. Alejandro Valverde est le premier piégé, mais le Maillot Jaune se fait lui aussi surprendre par un Alberto Contador fermement décidé à ne pas rendre les armes. L'Espagnol tentera souvent, mais perdra tout lors de l'avant-dernière étape en étant éjecté du podium au Semnoz.

Christophe Riblon jubileChristophe Riblon jubile | © SirottiCe Tour fut aussi celui des belles surprises. Comment passer à côté de la victoire de Christophe Riblon à l'Alpe d'Huez ? Dans l'échappée en compagnie de Tejay Van Garderen et Moreno Moser, le Français ne part pas favori. Ses espoirs semblent anéantis quand l'Américain démarre dans les premiers lacets de la montée aux 21 virages. Mais le Picard s'accroche et comble son retard sur l'ancien Maillot Blanc en perdition dans les trois derniers kilomètres. Une fois rentré, Riblon attaque son adversaire et s'envole vers un succès de prestige.

Ce sera comme en 2011, la seule victoire d'étape française sur ce Tour de France, mais les Bleus ne sont jamais passés très loin. La veille de la fête nationale, il a manqué un kilomètre à Julien Simon pour qu'il ne s'impose en costaud à Lyon. Même chose pour Pierre Rolland vers Le Grand Bornand où il est repris par un Rui-Alberto Faria Da Costa survolté sous la pluie froide des Alpes. Plus globalement, cette 100ème ne fut pas celle des Français, particulièrement pour Thibaut Pinot et Nacer Bouhanni, malades et pour Jean-Christophe Péraud dont le courage vers Chorges n'a pas été récompensé. Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour des Bleus qui avaient connu un Tour 2012 d'excellente facture. De bon augure pour la 101ème ? On ne peut que l'espérer.

Ça s'est passé en juillet :

• mardi 2 juillet : hors délais sur le contre-la-montre du Tour, Ted King, victime d'une chute en Corse, n'est pas repêché par les commissaires. Le peloton se mobilise, en vain.
• jeudi 4 juillet : le Tour de France perd son premier outsider. Jurgen Van Den Broeck chute à Marseille et abandonne le lendemain, incapable de tourner les jambes sur le home-trainer.
• vendredi 5 juillet : Cannondale réalise un coup de force entre Montpellier et Albi. L'équipe de Peter Sagan mène un train d'enfer pendant toute l'étape. Dans le Tarn, le maillot vert est déjà joué.
• samedi 6 juillet : dès la première arrivée en altitude à Ax-3 Domaines, Chris Froome repousse tous ses adversaires à plus d'une minute et endosse un maillot jaune qu'il ne quittera plus jusqu'à Paris.
• dimanche 7 juillet : mais le lendemain dans les Pyrénées son équipe se montre fébrile. Isolé, il est pour la première fois mis à mal par le Team Saxo-Tinkoff de Contador.
• mercredi 10 juillet : le contre-la-montre du Mont-Saint-Michel remporté par Tony Martin permet à Chris Froome de repousser son plus proche poursuivant, Alejandro Valverde à plus de trois minutes.
• vendredi 12 juillet : sur une étape a priori anodine, le Tour s'emballe ! Un coup de bordure des Omega Pharma, repris par Saxo-Tinkoff en fin d'étape, provoque la perte d'Alejandro Valverde.
• vendredi 12 juillet 2013 : le XC Eliminator ouvre les Championnats de France VTT à Auron. Les premiers titres nationaux sur le format court échouent à Cécile Ravanel et Titouan Perrin-Ganier.
• samedi 13 juillet : vers Lyon, on passe tout près de la première victoire française sur le Tour. Mais Julien Simon est repris dans le dernier kilomètre. La victoire revient finalement à Matteo Trentin.
• samedi 13 juillet : Julie Bresset et Julien Absalon. Pas de surprise sur l'identité des deux champions de France XC. Petite sensation chez les Espoirs où Julien Trarieux s'impose.
• dimanche 14 juillet : le jour de la fête nationale, Chris Froome frappe un nouveau grand coup en archi-dominant l'étape du Mont Ventoux. Plus rien ne peut empêcher le succès du Britannique.
• dimanche 14 juillet : l'ancien champion du monde Junior Loïc Bruni crée la sensation aux Championnats de France DH. Il s'impose à l'âge de 19 ans chez les Elites.
• lundi 15 juillet : Jean-René Bernaudeau profite de la journée de repos pour annoncer qu'Europcar renouvelle son partenariat avec sa structure pour deux années supplémentaires.
• lundi 15 juillet : le même jour, Ag2r La Mondiale annonce elle aussi qu'elle poursuivra son soutien de l'équipe de Vincent Lavenu jusqu'en 2016. Un soutien qui dure depuis seize ans.
• lundi 15 juillet : l'imposture n'aura même pas duré trois mois. Vainqueur surprise du Tour de Turquie en avril, Mustafa Sayar est annoncé positif à l'EPO sur le Tour d'Algérie. Ses résultats sont annulés.
• mercredi 17 juillet : seul espoir de Top 10 pour les tricolores, Jean-Christophe Péraud se fracture la clavicule à l'entraînement, prend le départ malgré tout, mais chute dans le dernier virage. Il abandonne.
• jeudi 18 juillet : comme en 2011, un Français s'impose à l'Alpe d'Huez. Christophe Riblon met du baume au cœur à l'équipe Ag2r La Mondiale. Ce sera la seule victoire d'étape française du Tour.
• samedi 20 juillet : le Mont Semnoz rend le verdict final de la Grande Boucle. Nairo Quintana prend la 2ème place, Joaquim Rodriguez monte sur le podium, et Chris Froome paradera en jaune à Paris.
• mardi 23 juillet : Grâce à sa victoire sur le Tour de France, Chris Froome devient numéro un mondial. Une position qu'il occupera jusqu'au Tour de Lombardie, et la victoire Joaquim Rodriguez.
• mardi 23 juillet : Juste après la fin du Tour de France, John Lelangue quitte ses fonctions de directeur sportif principal du BMC Racing Team, officiellement pour des "raisons personnelles".
• mercredi 24 juillet : La commission d'enquête sur le dopage du Sénat rend son rapport. Les échantillons "révèlent" les pratiques dopantes des trois premiers du Tour 98 et d'autres coureurs.
• mercredi 24 juillet : mécontent des résultats d'Alberto Contador, Oleg Tinkov claque la porte de la structure de Bjarne Riis. Il lui rachètera sa formation en décembre et en devient le partenaire principal.
• samedi 27 juillet : Tony Gallopin frappe un grand coup en remportant avec panache la Clasica San Sebastian, sa première course WorldTour. C'est sa première victoire depuis 2011.
• samedi 27 juillet. La 4ème manche de Coupe du Monde XC à Vallnord échoue à Nino Schurter. Victime de la casse de son guide-chaîne au départ, Julien Absalon prend la 8ème place.
• samedi 27 juillet. Quatre Français terminent dans le Top 10 de la Coupe du Monde Elite, mais la relève est déjà là. Hugo Dréchou s'impose chez les Espoirs et Jordan Sarrou est 3ème.
• dimanche 28 juillet. Invaincu en Coupe du Monde jusque-là, Gee Atherton trouve plus fort que lui à Vallnord. Rémi Thirion est le premier Français vainqueur d'une Coupe du Monde depuis 2009.
• mercredi 31 juillet : Pour succéder à Laurent Jalabert, la Fédération choisit l'expérience de Bernard Bourreau. Celui qui avait en charge les Espoirs devient sélectionneur national pour les Élites.

INSCRIPTION EN LIGNE