FLASHS

Pros

Retour sur les championnats de France de Cyclisme

Publié le 02/07/2019 09:00

Les Championnats de France route ont donné tort aux absents. Parfaitement organisée, la course des pros aura été haletante jusqu'au bout avec un vainqueur inattendu : Warren Barguil.

Retour en trois temps sur la course avec les coureurs performants, ceux qui se sont montrés au bon moment et ceux qui auront mis à côté de leur cible tricolore.

CDF route-1© Photo News

Qui a réussi ?

Sans conteste, celui qui a réussi ses championnats de France, c'est Warren Barguil. Le Morbihannais n'avait plus gagné depuis sa victoire en haut du col de l'Izoard en 2017 avec le maillot à pois sur son dos. Lors des deux dernières saisons, Wawa n'est pas parvenu à performer avec l'équipe bretonne Arkéa Samsic à cause de chute et d'une méforme dans les grands rendez-vous. De ce fait, ce changement d'équipe a été beaucoup critiqué par bon nombre d'observateurs depuis deux ans.

CDF route-2 © Team Arkea Samsic

Dimanche, présent dans la bonne échappée, répondant à de nombreuses attaques dans le dernier tour, le Breton a décroché son premier titre de Champion de France en professionnel au sprint devant deux coureurs de la formation nordiste Cofidis. Le Breton a déclaré à la fin de la course que cette victoire « prouve qu'il n'est pas mort. » Il aura à cœur de gagner une étape sur le Tour de France avec le maillot bleu-blanc-rouge sur le dos.

Benjamin Thomas avec son titre de champion de France de contre la montre jeudi dernier aura lui aussi accompli de beaux Championnats de France. Il aura été celui qui a su supporter le mieux la canicule sur le parcours au cœur du vignoble nantais.

null© Marie Greneche - Photos

Alexis Gougeard a également réalisé de bons championnats de France en décrochant l'ultime place dans la sélection pour le Tour de France. Le coureur originaire de Barentin était présent dans la bonne échappée. Il n'a cependant pas pu suivre l'allure dans le final, terminant à la 52e place.

Qui a existé ?

Thibaut Pinot n'était pas dans l'échappée du jour qui s'est jouée la victoire. Malgré cela, le Franc-Comtois a pointé le bout de son nez dans les trois derniers tours du Championnat de France. Parti en chasse patate derrière l'échappée, le protégé de Marc Madiot n'aura jamais réussi à revenir sur le groupe de tête où deux de ses coéquipiers (David Gaudu et Valentin Madouas) étaient présents. Il a été ensuite repris dans le dernier tour. Le prétendant à la victoire au Tour de France a dû se rassurer et montrer à bon nombre de ses adversaires qu'il était en forme à une semaine du début de la Grande Boucle. Plus que jamais, il faudra compter sur Thibaut Pinot durant le mois de Juillet.

CDF route-3© L’Orne combattante

Autre homme fort de ces Championnats, le Normand Guillaume Martin. Présent dans la bonne échappée, il a su répondre à toutes les tentatives d'écrémage et était parmi les 7 de devant pour acter un rêve en bleu-blanc-rouge. Son attaque peu avant la flamme rouge était parfaite, il y a cru, nous aussi. La forme est là, un bon signe pour l'atout numéro un des Belges de Wanty-Gobert, vivement les étapes de montagne pour lui.

Qui est passé à côté ?

Malade, Pierre Latour a fini 13e du contre la montre jeudi ne pouvant pas participer à la bataille pour défendre son maillot bleu-blanc-rouge. Dimanche, le coureur d'Ag2r La Mondiale était présent dans l'échappée mais n'a pas pu là non plus prendre part à la bagarre comme il l'a expliqué en après course « J'ai passé la journée à l'avant. C'est une bonne chose, plutôt que de subir à l'arrière, malheureusement, j'ai été distancé à environ deux tours de l'arrivée. Je ne pouvais plus suivre. ». Il ne participera pas au Tour de France, remplacé par Alexis Vuillermoz.

CDF route-4© AG2R La Mondiale

Ensuite, trois équipes n'ont pas réussi leurs championnats de France. Tout d'abord, l'équipe Vital Concept-B§B hôtels qui misait sur un sprint et le coureur de Pontchâteau Bryan Coquard. Jérôme Pineau avait placé plusieurs de ses protégés dans la bonne échappée dont Pierre Rolland. L'Orléanais a été très tôt lâché, son coéquipier et ami de longue date, Cyril Gautier a quant à lui céder dans le final. Il manquait Arthur Vichot, malade, l'homme qui met au fond sur les Championnats de France, et ça s'est vu.

C'est Quentin Pacher qui a réussi à être le dernier rescapé de l'équipe bretonne. Malheureusement, le coureur originaire de la Gironde a dû à chaque fois aller chercher ses compagnons d'échappée (Warren Barguil, Guillaume Martin et Valentin Madouas) qui ont coup sur coup tenter de lui fausser compagnie. Il a réussi à ramener le groupe mais n'a pas eu les jambes pour faire le sprint. 6e, le coureur de Vital Concept n'a pas caché sa déception, « Je m'attendais à taper la tête à un moment donné, mais j'étais au top. Je sais que dans une carrière, on n'a pas souvent l'occasion de jouer le titre et de le voir si près, mais aussi si loin. C'est à la fois excitant et frustrant. »

CDF route-5© Vital Concept B&B Hotels

En surnombre, la Groupama-FDJ a aussi mal couru que les filles de la FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope avaient, dans une situation de force également, super bien manœuvré. Entre soucis matériels, pour David Gaudu au plus mauvais moment, et mauvais choix tactiques (accélération qui élimine Marc Sarreau "la" seconde chance au sprint derrière A Démare, mais présent dans la bonne échappée), et contres à contretemps comme celui de T Pinot, les hommes de Marc Madiot ont très mal géré l'absence d'oreillettes. Cette absence d'oreillettes d'ailleurs, aura montré tout son intérêt et, à contrario, la dépendance des coureurs à ces radios qui les robotisent. C'est sûrement une bonne partie de l'explication du loupé des hommes en rouge, ceux de Cofidis dans le final.

L'équipe Cofidis enfin est la grande perdante du jour. Unique équipe, avec deux coureurs, Damien Touzé et Julien Simon dans l'échappée durant le final, la formation nordiste de Cédric Vasseur n'est pas parvenue à glaner le maillot bleu-blanc-rouge. Surtout qu'on le sait, Julien Simon est plutôt un bon sprinteur. Ça ne sera pas encore cette année que Cofidis ramènera le titre de champion de France, 23 années de disette qui vont durer encore un an. Avec deux coureurs parmi les 7 échappés, Cofidis devait mettre au fond, il semble que la communication, la concertation n'ait pas été optimale, faire deux et trois, c'est à minima que l'un des deux n'est pas allé au bout de son effort pour emmener l'autre. L'explication de texte a dû être sévère.

CDF route-6© Equipe Cofidis

Le vice-champion de France, Julien Simon sera du Tour de France pour emmener les sprints de Christophe Laporte, la bonne occasion de passer à autre chose pour les Cofidis qui auront fait 3 avec Jésus Herrada, 2 avec Julien Simon et premiers en Erythrée avec Natnael Behrane.

Nelson Emane

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE