FLASHS

VTT

Interview de Loana Lecomte :

Publié le 17/11/2017 08:00

Loana Lecomte du team Look-Beaumes- de-Venise revient sur sa saison 2017 et évoque son avenir.

Loana LecomteLoana Lecomte | © Vélo101Avec quelles ambitions es-tu venue sur le Roc d’Azur ?

Pour me faire plaisir, c’est la fête du vélo et aussi pour faire du mieux possible.

Quand est-ce que tu es venue sur le Roc d’Azur pour la première fois ?

C’était en pupille avec mon club de l’époque les Carros. Je devais avoir huit ans.

Si on revient sur ta saison, est-ce qu’il y a des choses à améliorer ou alors c’était une saison que tu n’aurais jamais espérée ?

J’espérais, mais je ne pensais pas faire autant de résultats. Après ce que je pourrais améliorer, c’est les quinze secondes qui me manquent aux championnats du monde, elles étaient presque imprenables. Pour moi, j’ai réussi tous mes objectifs cette année.

Qu’est-ce qui a été le déclic pour réussir ta saison ?

C’est d’avoir été encadrée toute l’année par le team et le pôle. Après, c’est d’avoir été la plus sérieuse possible tout au long de l’année. Ensuite avec le team on n’a pas la pression. On oublie presque qu’on est sur une compétition, c’est ce dont j’avais besoin. Je pars le week-end et je suis super contente de les retrouver à chaque fois.

Loana Lecomte et Isaure MeddeLoana Lecomte et Isaure Medde | © Vélo 101

Le fait d’être avec Isaure Medde, ça a été un élément important ?

Oui, au moins nous étions deux dans la même catégorie. Même pour le team je pense que ça a été plus simple pour nous encadrer. On a eu toutes les deux un bon niveau donc c’était bien.

Qu’est-ce qui a fait la différence entre la championne du monde l'Autrichienne Laura Stigger et toi ?

Déjà, elle a un an de moins que moi donc elle avait peut-être moins de pression, mais on a un gabarit totalement différent. Je pense que techniquement j’étais meilleure qu’elle même si elle est forte, mais c’est surtout physiquement qu’elle était au-dessus. Dans les montées et sur le plat, elle allait très vite.

Comment se sont passés tes championnats du monde à Cairns en Australie ? Et comment s’est passée ton intégration au groupe France ?

Déjà c’est le meilleur souvenir que j’ai, partir en Australie c’était génial. Après, on était tous unis. Tout le monde était très ouvert. Pauline, Julien et tous les élites étaient ouverts avec nous, c’était top, ils nous ont apporté leurs expériences.

Comment gères-tu ta coupure ?

Après les Championnats du monde, on était en quelque sorte en coupure. Pendant une semaine et demie, je n’ai vraiment rien fait. Maintenant, on roule tranquille, on ne se prend pas la tête avant de reprendre les entraînements plus sérieux. En attendant, je vais faire d’autres sports comme de la course à pied, du ski et de la natation. 

Le team Look-Beaumes-de-VeniseLe team Look-Beaumes-de-Venise | © Vélo 101

Qu’est-ce que t’apporte le pôle Espoirs de Besançon ?

Il m'apporte une structure stable et du réconfort. Dès que j’ai une question, je vais en parler à Philippe mon entraîneur.

Quel va être ton avenir ?

 

Pour l’instant je reste au team Look. Après je verrai l’an prochain en fonction des résultats comment ça évolue. En 2018, ça sera une année de découverte, je change de catégorie donc tout va être différent. C’est pour ça que je préfère rester dans une structure que je connais et qui en plus est vraiment familiale.

Le cyclo-cross est-ce que tu vas en faire cet hiver si certains organisateurs te sollicitent ?

Si on me propose pourquoi pas, mais pour l’instant rien n’est prévu. Si j’en fais, c’est pour le plaisir sans me prendre la tête, mais le fait de faire des intensités l’hiver ça ne m’enchante pas trop.

Est-ce que Tokyo 2020 te traverse l’esprit ?

Ça reste un objectif assez lointain, mais si c’est possible pourquoi pas. Après on verra comment j’évolue sur les Coupes du monde et au niveau mondial.

Sena sept18

EvoluCycle

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 29 septembre 2018
dimanche 30 septembre 2018
dimanche 07 octobre 2018
dimanche 14 octobre 2018
samedi 20 octobre 2018

VOIR TOUTES LES EPREUVES