FLASHS

Journaux de bord

Journal de bord #4 Mickaël Crispin

Publié le 17/01/2019 12:49

Retrouvez le quatrième numéro du journal de bord de Mickaël Crispin. Malchanceux lors du championnat de France, le Breton est en forme et prépare activement la fin de la saison avec l'équipe de France.

Podium Flamanville 2018Podium Flamanville 2018 | © Maelys Relet

Fin décembre en l’espace d’une semaine tu as enchainé trois cyclo-cross, avec les Coupes du Monde de Namur et Zolder puis la Coupe de France à Flamanville. Ce bloc intensif t’a permis d’hausser ton niveau de forme ?  

Oui c’était un bon bloc intensif complété par un programme d’entrainement assez lourd. Je pense que ça m’a aidé à élever encore un peu mon niveau. Je devrais le ressentir après avoir bien récupéré.  

Tu sembles en forme ascendante en terminant aux portes du top 15 à Namur puis à la troisième place à Flamanville. Comment te sens-tu actuellement ? 

La forme est bonne en ce moment, je me sens mieux après chaque week-end. 

Début janvier tu as réalisé une très belle course sur le circuit de La Mézière en prenant la sixième place au milieu des élites. Le moral est au beau fixe ?  

Après une grosse semaine d’entrainement j’étais plutôt content de ma forme, les jambes répondaient bien. Le moral est très bon alors tout va bien, j’espère que ça va durer.  

Mickaël Crispin à BesançonMickaël Crispin à Besançon | © Audrey Waltispergere

Malheureusement sur une course d’un jour tout peut arriver et la chance n’était pas de ton côté lors du championnat de France le week-end dernier. Peux-tu nous raconter ta course ?  

Malheureusement sur un championnat tout peut arriver, c’est une course de 50 minutes, il peut y avoir de très bonnes choses comme de moins bonnes, et c’est ce qui s’est passé. Ma course a été très compliquée, 20 secondes après que le départ soit donné je tombe dans les filets en essayant d’éviter un coureur qui fait un écart juste devant moi. Je repars dernier, j’attaque alors une longue remontée. Puis je suis victime d’un souci avec ma pédale et ma chaussure, j’ai dû m’arrêter changer de chaussure, ce qui a été une perte de temps de plus. Je suis quand même reparti pour finir 14ème. Ce n’était pas du tout mon objectif mais ça aurait pu être pire, ma saison pouvait se terminer là. 

La victoire de ton coéquipier Antoine Benoist te remonte-t-elle le moral ?    

En effet la victoire d’Antoine m’a remonté le moral, il le méritait vraiment ce titre de champion de France. Le maillot est dans le team Chazal-Canyon, c’est vraiment top. 

Quel sera la suite de ton programme jusqu’à la fin de saison ?  

Pour la suite ça se passe avec l’équipe de France. Nous sommes cette semaine en stage, où on s’entend tous bien. Il y a une bonne ambiance, tout en préparant au mieux les prochains objectifs. Il y aura la Coupe du Monde de Pontchâteau ce week-end, puis celle d’Hoogereide, avant le mondial au Danemark.  

Quelles seront tes ambitions dimanche sur la Coupe du Monde de Pontchateau ? 

J’aimerais rentrer dans le top 10, j’espère qu’il m’en restera après cette grosse semaine d’entraînement. Dans tous les cas, je suis dans l’optique de bien finir la semaine de préparation.  

Avec son entraineurAvec son entraineur | © Le Studio de Com

Quelle relation entretiens-tu avec ton entraîneur ? Vous-êtes en contact tous les jours ? 

J’ai une très bonne relation avec mon entraineur Copif. On s’entend super bien, nous sommes plutôt complices et je pense que ça m’aide beaucoup. C’est un plaisir d’être entrainé par Mathieu. On est en contact tous les jours par messages ou au téléphone, il est très présent pour moi alors c’est cool. 

En ce début d’année, as-tu pris de bonnes résolutions ?    

Je n’ai préféré ne pas prendre de résolution, je vis chaque jour à fond. 

Par Maëlle Grossetête 

KTM

Sport 101 Facebook V4

INSTAGRAM

Sport pulsion astana

La Drômoise