FLASHS

Pros

Interview de Franck Bouyer

Publié le 03/05/2007 00:04

Interview de Franck Bouyer : "mon souhait est de remonter très vite sur le vélo, il va falloir que la décision vienne très vite."
Interview de Franck Bouyer : "mon souhait est de remonter très vite sur le vélo, il va falloir que la décision vienne très vite."

La carrière de Franck Bouyer s'est arrêtée brusquement au début de la saison 2006. Souffrant de narcolepsie, le Choletais avait besoin d'une justification thérapeutique pour utiliser un médicament interdit par le règlement antidopage. Mais l'Union Cycliste Internationale s'est acharnée sur le cas particulier du coureur de Bouygues Telecom, l'interdisant de courir pendant plusieurs mois entre 2004 et 2005. Un court retour à la compétition avant une nouvelle attaque de l'instance internationale. Tous les recours ou presque ont été épuisés par Franck Bouyer, contraint de se retirer du monde du cyclisme dans l'attente d'une dernière décision qui tarde à venir. A 33 ans, l'ancien vainqueur de la Coupe de France n'a pas été conservé au sein de l'équipe Bouygues Telecom mais demeure très proche du groupe de Jean-René Bernaudeau.
Franck, vous avez arrêté votre carrière de coureur cycliste en fin d'année 2006 suite à votre problème de santé, que devenez-vous ?
"Aujourd'hui, je suis toujours dans l'attente d'une réponse. J'espère avoir une réponse très bientôt. Je continue à croiser les doigts avec un peu d'espoir. Il faudrait que cette situation se décante rapidement car il ne me reste pas beaucoup de mois devant moi."

Si vous arrêtiez le métier de coureur cycliste, vers quoi vous tourneriez-vous ?
"Je possède un BEP/CAP de maintenance et cela ne m'intéresse pas du tout. Actuellement, la seule chose que je souhaite, c'est de remonter sur mon vélo. Autrement, j'ai une autre passion, qui est l'élevage canin. Pourquoi ne pas m'orienter vers cette direction."

Quelles sont vos ambitions aujourd'hui ?
"Mon souhait est de remonter très vite sur le vélo. Il ne faut pas se masquer les yeux, j'ai 33 ans et il va falloir que la décision vienne très vite, même si je ne roule que de temps en temps."

Comment avez-vous perçu le Tour de Vendée, sachant que vous y avez participé et que vous l'avez gagné en 1993 chez les amateurs et en 2002 avec l'équipe Bonjour ?
"La course fut très très rapide, surtout dans la première heure, avec une moyenne de 48 km/h. Pour ma part, j'avais dit qu'il y aurait soit un groupe qui partirait et qui irait jusqu'au bout, soit une arrivée au sprint. Et c'est ce qui s'est passé. Malheureusement pour nous, l'équipe Bouygues Telecom n'avait pas de sprinter et dommage pour Thomas Voeckler, car il a fait tout ce qu'il pouvait."

Comment expliquez-vous le début de saison médiocre de l'équipe Bouygues Telecom ?
"Il y a peut-être des mauvais jours. Vous savez, le facteur chance y fait beaucoup. Je me rappelle il y a quelques années, nous n'avions rien gagné jusqu'aux mois d'avril-mai, et après nous avions enchaîné victoires sur victoires. La saison est encore longue et il suffit de peu pour en gagner une belle et le Tour n'est pas encore passé. Je pense qu'il faut arrêter de broyer du noir et de parler, laisser les gars faire leur métier, comme ils savent le faire."

Propos recueillis à La Roche-sur-Yon par Pascal Linget le 1er mai 2007.

Sport 101 Facebook V4

INSTAGRAM

La Drômoise
INSCRIPTION EN LIGNE
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES