FLASHS

Pros

2005 en 101 brèves

Publié le 10/12/2005 00:05

2005 en 101 brèves : Martinez s'adjuge la Coupe de France, l'incroyable retour de Popovych, Bettini en colère.
2005 en 101 brèves : Miguel Martinez s'adjuge la Coupe de France, l'incroyable retour de Yaroslav Popovych, Paolo Bettini en colère.

La saison 2005, sur Vélo 101, ce fut plus de 2000 articles pour des milliers d'informations diffusées dans les rubriques Elites 1, Elites 2, VTT, Cyclo-cross, Piste et Cyclosport. A l'heure des bilans, nous avons retenu les 101 infos qui ont marqué l'année 2005. Jusqu'au 31 décembre, revivez l'actualité cycliste 2005 en 101 brèves.

Miguel Martinez champion du calendrier français

Si Julien Absalon écume les courses internationales, c'est l'ancien champion olympique Miguel Martinez (Commençal-Oxbow) qui se démarque dans les épreuves de la Coupe de France. Quatre manches sont au programme en 2005. Celle de Lons-le-Saunier se dispute dans d'effroyables conditions. Déluge et boue sont au programme d'une course raccourcie par les intempéries et finalement dominée par Peter Pouly. Miguel Martinez termine 2ème. Cette position, le Français la conserve à Breles, au terme d'une course remportée par Jean-Christophe Péraud grâce à un démarrage du pilote de Lapierre avant le dernier tour de circuit. Cela permet en attendant à Miguel Martinez de s'emparer de la tête du classement de la Coupe de France, qu'il ne lâchera plus. L'ancien champion du monde conforte son avance dans la troisième manche, à Montgenèvre. Il accomplit un cavalier seul sur la piste des Hautes-Alpes, après avoir lâché Cédric Ravanel. A La Bresse, fin août, Julien Absalon rappelle qui est le patron du VTT français. Mais Miguel Martinez remporte la Coupe de France devant Cédric Ravanel et Jérôme Chevallier. De quoi le relancer et lui permettre d'aborder 2006 avec des objectifs revus à la hausse.

L'incroyable retour de Popovych

Nouveau venu dans la garde rapprochée de Lance Armstrong, l'Ukrainien Yaroslav Popovych (Discovery Channel) connaît un mauvais début de saison. Il chute dans Paris-Nice et ne peut participer aux classiques ardennaises en raison de douleurs à un genou. En manque de compétition, on craint que le coureur ne puisse épauler Lance Armstrong sur les routes du Tour de France. Après deux mois sans courir, Yaroslav Popovych reprend au Tour de Catalogne fin mai, à six semaines du départ de la Grande Boucle. Troisième du Giro en 2003, il ne faut pas beaucoup de temps à l'Ukrainien pour retrouver ses sensations. Bien que privé du rythme de la compétition pendant deux longs mois, il met tout le monde KO sur le Tour de Catalogne. Il s'empare du Maillot Blanc de leader dans la grande étape de montagne qui s'achève dans la station de Pal, en Andorre, avant d'accroître son avance au classement général dans le contre-la-montre en côte d'Ordino-Arcalis. Yaroslav Popovych contrôle la situation avec son équipe et remporte contre toute attente le Tour de Catalogne devant Leonardo Piepoli et David Moncoutié.

Sur le Giro, Bettini menace de claquer la porte

Le porteur du Maillot Rose du Giro est en colère, et ça ne lui ressemble pas. Coureur attachant, le Toscan Paolo Bettini (Quick Step-Innergetic) est scandalisé par son déclassement au terme de la quatrième étape, qu'il a remportée au sprint à Frosinone. Malheureusement, dans le Latium, le coureur s'est malencontreusement déporté pendant son sprint, causant bien involontairement la chute du casse-cou Baden Cooke. L'Australien a tenté l'impossible en essayant de passer dans un trou de souris mais s'est fait surprendre en voyant Bettini se rabattre sur lui. La chute est sans conséquence pour Baden Cooke mais Paolo Bettini est déclassé au profit de Luca Mazzanti. Porteur du Maillot Rose, le Toscan grimpe sur le podium pour recevoir la tunique sacrée mais proteste ouvertement contre la décision du jury des commissaires en déversant sa bouteille de champagne sur la chaussée. Puis il s'engouffre dans sa voiture, les larmes aux yeux, menaçant de ne pas prendre le départ le lendemain. Il sera pourtant bel et bien là dans la cinquième étape, réagissant en champion puisqu'il mettra le feu aux poudres une bonne partie de la journée.