FLASHS

Pros

Affaire Vandenbroucke : les réactions

Publié le 01/03/2002 09:52

Après la découverte de produits dopants chez Frank Vandenbroucke, le monde du cyclisme a vivement réagi.
Après la découverte de produits dopants chez Frank Vandenbroucke, le monde du cyclisme a vivement réagi.

Depuis l’annonce de la découverte de produits dopants (EPO, morphine, clenbutérol) au domicile de Frank Vandenbroucke, le monde du cyclisme est sur le pied de guerre. Depuis hier matin, chacun y va de son avis. Certains refusent de croire VDB coupable, d’autres prétendent n’y avoir jamais douté, et des rumeurs circulent sur l’étrange coïncidence d’un contrôle de Bernard Sainz sur l’autoroute (les mêmes rumeurs qui avaient découlé de l’arrestation de Willy Voet par des douaniers en juillet 1998). Libre à chacun de choisir son camp :

Laurent De Backer (président de la Royale Ligue Vélocipédique Belge) : "C'est très grave. Pas seulement pour l'image du vélo belge, mais pour le sport cycliste en général. Nous avions espéré pouvoir débuter le week-end d'ouverture de la saison belge avec une image propre et voilà que survient cette affaire. C'est un coup en-dessous de la ceinture. Nous devons attendre l'enquête judiciaire, mais pour moi VDB ne sera plus jamais coureur cycliste. Cela signifie la fin de sa carrière. Sa crédibilité est anéantie. Qui va encore lui donner une chance? Personne. VDB n'est plus un coureur cycliste". (Belga)

José De Cauwer (sélectionneur de l’équipe de Belgique) : "C’est un vrai désastre. Non seulement pour Vandenbroucke, mais aussi pour son équipe et pour le cyclisme belge en général. VDB a fauté de lui-même. On ne peut pas jeter la responsabilité sur Domo-Farm Frites ou sur les gens qui l’ont entouré. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient pour l’aider. C’est de sa faute. Sa carrière va très certainement s’arrêter là". (Belga)

La Dernière Heure (quotidien belge) : "Pour nous, il est difficile de croire à une rechute. Avouez que la coïncidence de cette arrestation au hasard sur l'autoroute est bien difficile à avaler. On aurait pu vous arrêter vous, ou nous, mais c'est Bernard Sainz qu'on appréhende. Drôle de hasard…"

Paul de Geyter (manager de Frank Vandenbroucke) : "C’est une étrange histoire. Combien de personnes sont arrêtées sur les routes ? C’est tout de même une drôle de coïncidence que ce conducteur ait transporté des stupéfiants dans sa voiture et, comme par hasard, qu’ils soient destinés à VDB. Je ne peux pas y croire. C’est un sale coup pour Frank car cela va lui apporter beaucoup de douleur. Je vais néanmoins essayer d’arranger les choses du mieux possible. Bien sûr, VDB s’expose à de graves problèmes avec Domo-Farm Frites et l’UCI".

Walter Godefroot (manager de l’équipe Telekom) : "Nous devons relativiser. A une époque où l'on légalise les drogues douces et où chaque jour des gens meurent d'usage de la drogue, il ne faut pas exagérer. C'est avant tout Frank Vandenbroucke qui a des problèmes, pas le cyclisme. Physiquement Frank est superbement bâti pour faire du cyclisme, mais mentalement il n'est pas capable de lutter face à la pression du sport de haut niveau. Le travail qu'il était occupé à effectuer pour retrouver sa place dans les pelotons était déjà extrêmement difficile. Les nouveaux faits rendent cela désormais pratiquement impossible. Mais il ne faut bien entendu jamais dire jamais. Chez moi en tout cas il ne doit pas téléphoner". (L’Equipe)

Patrick Lefévère (manager de l’équipe Domo-Farm Frites) : "Je suis tombé de la lune en apprenant la nouvelle. Nous n'avions alors pas le choix. Le règlement de l'équipe précise que tout coureur trouvé en possession de produits dopants ou qui en a fait usage est automatiquement licencié. C'est un coup très dur pour le cyclisme. Les sponsors étaient déjà réticents, cela ne va rien arranger. Pourtant, le suivi médical de Frank, ces derniers mois, a toujours été parfait. Ces derniers temps, il était plus souvent avec nous que chez lui. Tout le monde pensait qu'il allait revenir". (AFP)

Madame Vandenbroucke (mère de Frank Vandenbroucke) : "Nous sommes évidemment abattus par ce que nous avons appris. D'autant plus abattu que ces derniers mois Frank semblait reparti sur de nouvelles bases axées sur le travail et la préparation. Tout avait l'air d'aller bien ces dernières semaines. Trop bien même. C'est à chaque fois comme cela. Quand cela va trop bien, c'est qu'une catastrophe va vous surprendre". (L’Equipe)

Jean-Luc Vandenbrouke (oncle de Frank Vandenbroucke) : "Je ressens beaucoup de tristesse. Pour moi, le drame de Frank, c'est qu'il a été très mal entouré. Son entourage lui a toujours été nuisible. Je déplore le choix de ses amis, car ce sont eux qui l'ont amené là où il se trouve maintenant. Il avait tous les atouts. S'il avait pu bénéficier plus longtemps de mes conseils et de ceux de son père, il n'en serait pas là. Il a voulu voler de ses propres ailes. Et voilà le résultat". (L’Equipe)

Ivan Vanmol (médecin de l’équipe Domo-Farm Frites) : "Je suis très perplexe. Je ne peux pas croire que Frank ait pu faire des choses aussi stupides que cela. Je l’ai suivi de près tout l’hiver. Il allait vraiment très bien".

Webmaster (site officiel de Frank Vandenbroucke) : "Domo-Farm Frites vient de me donner l'ordre de retirer toutes les photos sur lesquelles Frank portait le maillot Domo".

Johan Museeuw (coureur de Domo-Farm Frites) a pour sa part exprimé son énorme déception au micro d’une télé belge. Mais afin d’honorer son statut de meilleur coureur belge, il s’est dit sentir la responsabilité d’aider Vandenbroucke.

BIKE SHOW EVENTS