FLASHS

Pros

Dopage : dernières infos

Publié le 19/05/2002 00:05

Dopage : Castellano, Leblanc réagissent, Sgambelluri positif, Garzelli veut raccrocher, Mapei transgresse le pacte.
Dopage : Castellano et Leblanc réagissent, Sgambelluri positif, Garzelli veut raccrocher, Mapei transgresse le pacte.

Suite aux affaires de dopage qui ont une nouvelle fois éclaboussé sa course, le directeur du Giro Carmine Castellano a réagi. Il a d’une part condamné les déclarations de l’équipe Mapei-Quick Step de Stefano Garzelli, qui insinuait que le contrôle positif de son coureur était dû à un complot. "Je ne peux pas me prononcer mais, à la place de l'équipe Mapei, je serais prudent. Ou bien on a des preuves, ou bien l'on se tait. Mapei pouvait choisir l'option de ne rien dire avant la contre-expertise. Elle a choisi la voie de la clarté." D’un point de vue personnel, Carmine Castellano, qui avait déjà dû faire face au "blitz" du Giro l’an passé, a reconnu vivre "un moment très dur. J'aurais préféré évidemment qu'on parle seulement de sport. Malheureusement, certains n'ont pas encore compris que les temps avaient changé."

De son côté, le directeur du Tour de France Jean-Marie Leblanc a regretté "que cela concerne un grand champion qui fait partie d'une grande équipe, la Mapei, laquelle avait proclamé, haut et fort, il y a quelques années, qu'elle était en dehors de tout cela. Je note qu'elle avait passé un pacte selon lequel, si un coureur était positif dès la première analyse, elle s'engageait à le retirer de la course. Les pactes sont faits pour être respectés. Les contrôles antidopage marchent, contrairement à ce que prétendent certains. Mais je constate qu'il y a encore des coureurs, des médecins, des équipes et je ne sais pas qui à jouer inconsidérément avec la santé des coureurs et la réputation du cyclisme, si longue à remettre en place".

Le nom du second coureur déclaré positif à la Nesp a été révélé hier dans la journée. Il s’agit de l’Italien Roberto Sgambelluri (Mercatone Uno). L’équipier de Marco Pantani a néanmoins décidé de poursuivre le Giro jusqu’à ce que les résultats de la contre-expertise ne soient dévoilés. Le premier coureur déclaré positif à la Nesp était le Russe Faat Zakirov (Panaria-Fiordo), rentré chez lui après l’annonce de sa positivité.

Contrôlé positif au Probenicide, le vainqueur du Giro 2000 Stefano Garzelli (Mapei-Quick Step) a abandonné son Maillot Rose à Jens Heppner hier, attendant maintenant dans "l’anonymat" les résultats de la contre-expertise, qui devraient être communiqués mardi. Au cours d’une conférence de presse tenue hier matin, l’Italien a prévenu que "si mardi, la contre-analyse confirme la positivité, je dirai adieu au cyclisme la conscience en paix. Il serait ridicule de prendre ce produit. Je ne sais pas comment il a pu arriver dans mes analyses."

Beaucoup de personnes se sont posées cette question hier : Stefano Garzelli avait-il le droit de disputer la 6ème étape du Giro alors qu’il venait d’être contrôlé positif au probenicide ? Selon le règlement de l’Union Cycliste Internationale, tout coureur déclaré positif peut attendre la contre-expertise avant de se retirer de la course. En revanche, le pacte officieux mis en place en 2001 par l'Association Internationale des Groupes Sportifs (AIGCP), à la tête de laquelle on retrouve Manolo Saiz, a bel et bien été transgressé par l’équipe Mapei-Quick Step (Stefano Garzelli) puis par Mercatone Uno (Roberto Sgambelluri). Ce pacte stipule que tout coureur déclaré positif doit quitter la compétition sur le champ afin de ne pas troubler le déroulement de la course.
INSCRIPTION EN LIGNE