FLASHS

Pros

Giro # 7 : Verbrugghe venge l'affront

Publié le 19/05/2002 17:42

Vainqueur en solitaire de la 7ème étape du Giro, le Belge Rik Verbrugghe se rapproche d'Heppner au classement.
Vainqueur en solitaire de la 7ème étape du Giro, le Belge Rik Verbrugghe se rapproche d'Heppner au classement.

Au lendemain d'une journée morose que beaucoup de coureurs souhaitaient chasser de leur esprit, le peloton du Giro devait s'attaquer à un circuit de 53 km à parcourir trois fois autour de Versilia (159 km), sur les bords de la Méditerranée. Mais déjà, après une semaine de course, le peloton semblait squelettique. Vingt abandons avaient été répertoriés depuis le départ de Groninguen, quelques-uns sur chute, d'autres sur dopage (contrôle positif ou implication dans une affaire), et l'équipe Panaria-Fiordo n'y était pas pour rien dans ce chiffre faramineux.

En effet, l'équipe italienne ne comptait déjà plus que quatre coureurs en course, Nicola Chesini ayant été arrêté pour son lien avec l'affaire Varriale, Domenico Romano ayant disparu avant le transfert vers l'Italie de peur d'être arrêté par la police, Faat Zakirov ayant été exclu sur contrôle positif à la Nesp, et Graeme Brown et Serhiy Matveyev étant arrivés au-delà des délais dans l'étape d'hier.

Autant dire que l'ambiance était encore lourde au départ de la 7ème étape du Giro, la solidarité dans le peloton n'étant plus d'actualité. Les déclarations de certains coureurs vis-à-vis d'autres jetaient un froid dans ce peloton et des groupes se formaient. Certains coureurs, loin d'avoir la conscience tranquille, craignaient aussi de voir débarquer prochainement les policiers, Antonio Varriale n'hésitant plus, de sa prison, à dénoncer ses camarades.

Les débats étaient donc houleux dans les premiers kilomètres de la 7ème étape et le public toscan découvrait un peloton extrêmement bavard. Aucune échappée ne se dessinait dans le premier des trois tours de 53 km, ce qui permettait aux sprinters Alessandro Petacchi (Lotto-Adecco) et Mario Cipollini (Acqua e Sapone) de s'arrêter pour saluer leurs proches, venus les encourager sur le bord de la route. Mais après une heure et demie de course, les bavarderies cessaient et la course commençait véritablement. Le circuit de Versilia comportait une côte étroite et raide, classée en 3ème catégorie par les organisateurs.

Descendeur casse-cou, Rik Verbrugghe arrive seul à Versilia

Cette côte n'échappait pas aux attaquants, sa longue descente périeuse non plus. Et ce sont dix coureurs qui se détachaient à 59 km de l'arrivée, laissant derrière eux un peloton morcelé. On notait en tête la présence de Rik Verbrugghe (Lotto-Adecco), Alessandro Bertolini et Cristian Moreni (Alessio), Matteo Tosatto (Fassa Bortolo), Gianni Faresin (Gerolsteiner), Max Sciandri (Lampre-Daikin), Dario Cioni (Mapei-Quick Step), Oscar Pereira (Phonak), Raphaël Schweda (Team Coast) et Denis Lunghi (Team Colpack). Le peloton, conduit par les Telekom du Maillot Rose Jens Heppner, laissait l'échappée prendre jusqu'à 1'40" d'avance.

Rien n'était encore joué à l'approche de la dernière ascension, mais une chose était certaine : l'échappée comptait trop de coureurs. Les hommes de tête, conscients de cela, essayaient donc de se départager sur les pentes de la côte du jour, à 25 km de l'arrivée, et c'est finalement dans la descente que se fit la décision. Mettant en pratique ses qualités de descendeur casse-cou, le Belge Rik Verbrugghe lâcha ses compagnons d'échappée pour renforcer son avance au fil des kilomètres.

Ses poursuivants tentaient tant bien que mal de s'organiser mais la poursuite était molle et sans espoir. Réalisant un véritable contre-la-montre, Rik Verbrugghe échappait par trois fois à la chute, se rattrapant à deux reprises après avoir manqué un virage et évitant de justesse un chien hasardeux. Déterminé, le vainqueur du prologue du Giro 2001 maintenait une minute d'avance jusqu'à Versilia, où il ne se relevait qu'au dernier moment pour lever les bras et venger l'affront de sa défaite dans le prologue, samedi dernier.

Ses poursuivants en terminaient 59 secondes plus tard, réglés par Raphaël Scwheda. Le peloton se présentait à Versilia 1’46" après Verbrugghe, emmené par Alessandro Petacchi. L'Allemand Jens Heppner n'avait rien à craindre et il conservait ses trois minutes et demie d'avance au classement général pour endosser le second Maillot Rose de sa carrière. Un maillot que certains le voient conserver pendant encore une semaine. Le temps de nous prouver qu'il en est capable, demain lundi, dans la 8ème étape. De Capannori à Orvieto, 224 km seront à couvrir, avec un final en côte (2 km).

Classement 7ème étape :

1. Rik Verbrugghe (BEL, Lotto-Adecco) les 159 km en 4h04'00" (39,1 km/h)
2. Raphaël Scwheda (ALL, Team Coast) à 59 sec.
3. Cristian Moreni (ITA, Alessio) m.t.
4. Max Sciandri (GBR, Lampre-Daikin) à 1'02"
5. Gianni Faresin (ITA, Gerolsteiner) m.t.
6. Oscar Pereiro (ESP, Phonak) m.t.
7. Denis Lunghi (ITA, Team Colpack) m.t.
8. Dario Cioni (ITA, Mapei-Quick Step) à 1’08"
9. Alessandro Petacchi (ITA, Fassa Bortolo) à 1’46"
10. Fabrizio Guidi (ITA, Team Coast) m.t.

Classement général :

1. Jens Heppner (ALL, Telekom) en 35h25’30"
2. Stefano Garzelli (ITA, Mapei-Quick Step) à 3’33"
3. Yaroslav Popovych (UKR, Landbouwkrediet-Colnago) à 3’43"
4. Pietro Caucchioli (ITA, Alessio) à 3’45"
5. Eddy Mazzoleni (ITA, Tacconi Sport) à 3’57"
6. Angel Vicioso (ESP, Kelme-Costa Blanca) à 4’09"
7. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) à 4’16"
8. Paolo Savoldelli (ITA, Index-Alexia Alluminio) à 4’27"
9. Gilberto Simoni (ITA, Saeco-Longoni Sport) à 4’33"
10. Santiago Perez (ESP, Kelme-Costa Blanca) à 4’36"

Classement par points :

1. Mario Cipollini (ITA, Acqua e Sapone) 78 pts
2. Massimo Strazzer (ITA, Phonak) 73 pts
3. Fabrizio Guidi (ITA, Team Coast) 56 pts

Classement de la montagne :

1. Stefano Garzelli (ITA, Mapei-Quick Step) 19 pts
2. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) 10 pts
3. Santiago Perez (ESP, Kelme-Costa Blanca) 10 pts
INSCRIPTION EN LIGNE