FLASHS

Pros

Interview de David Fornès, manager d'Agritubel

Publié le 02/08/2006 00:10

Interview de David Fornès : "après son bon Tour de France, je pense qu'Agritubel a déjà gagné son invitation pour 2007."
Interview de David Fornès : "après son bon Tour de France, je pense qu'Agritubel a déjà gagné son invitation pour 2007."

David, trois semaines plus tôt, à Strasbourg, à quoi vous attendiez-vous sur le Tour ?
"L'objectif était une victoire d'étape. On savait que ce serait difficile, on l'a réussi. Dès lors, c'est un Tour de France réussi."

A part la victoire d'étape, retenez-vous d'autres moments forts?
"La cohésion de l'équipe, la bonne ambiance entre les assistants, l'encadrement et les coureurs, l'arrivée à Strasbourg. Il y a beaucoup de bonnes choses qui vont nous servir dans le futur."

Pour vos premiers pas dans le Tour, vous êtes plus que satisfaits ?
"Oui, car je pense qu'on a déjà gagné notre invitation pour l'année prochaine. On a satisfait nos partenaires, les gens d'ASO. On dira que les gens qui étatient dubitatifs vis-à-vis de nous, on leur a répondu sur le terrain."

Diriez-vous aussi que c'était un Tour à dimension humaine, comme vous l'éspériez ?
"Oui, même s'il y a encore des gens qui vont très, très vite. Maintenant, du ménage a été fait, c'est positif pour nous, pour le vélo. Après, il faut voir ce qui va se passer, les dossiers sont en cours."

En interne, comment a été vécue votre épopée ?
"D'abord, l'entreprise avait prévu de fermer l'usine, c'est un coup de chance, le jour de la victoire de Juan-Miguel Mercado à Pau. Un écran géant avait été disposé dans l'usine et les ouvriers ont pu suivre la victoire. Les gens ont vu la victoire de Mercado, ils ont pu voir que l'argent était bien investi."

Pas trop de regrets pour le Maillot Blanc que vous avez approché ?
"Non, car tout le monde a été malade lors de la dernière semaine : l'encadrement, les coureurs... On s'est défendu comme on a pu. On voulait ramener au moins six coureurs à Paris, sans trop puiser dans les organismes."

Quelles seront vos ambitions pour la suite ?
"Maintenant, on va préparer le Tour de l'Avenir, avec les jeunes. C'est dans un mois. Et puis on a le Tour du Poitou-Charentes. C'est chez nous, et c'est un gros objectif."

Pour le recrutement, resterez-vous dans une dynamique franco-espagnole ?
"Pas forcément. On va essayer de recruter français. Malheureusement, les coureurs français sont omnibulés par le ProTour et on a du mal à les attirer. Il nous faudra des coureurs, donc on ira les chercher là où ils sont. S'ils sont Français, c'est mieux. Notre objectif est d'avoir une équipe compétitive, quelles que soient les nationalités."

Au final, vous avez les avantages du ProTour sans les obligations ?
"Le programme nous convient tout à fait. Si on fait Paris-Nice, Paris-Roubaix, le Tour, Paris-Tours, ça nous suffit et on n'a pas les moyens de faire plus. Donc, on est contents avec ce qu'on a et on s'en contente."

Globalement, les neuf coureurs présents au départ du Tour vous ont tous donné satisfaction ?
"La sélection était faite depuis très longtemps. Ceux qui sont restés à la maison n'auraient pas fait mieux, je ne le crois pas."

Vous avez côtoyé les Jeunes Reporters du Tour, que pensez-vous du projet ?
"C'est toujours intéressant. Nous, on prend des stagiaires dans le vélo, donc ça leur permet de faire les débuts dans le journalisme, sur le Tour en plus, c'est toujours bien."

Propos recueillis à Paris le 23 juillet 2006.

Fulcrum Speed 40 DB_Novembre 2019

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 07 décembre 2019
dimanche 15 décembre 2019
dimanche 08 mars 2020
dimanche 05 avril 2020
dimanche 12 avril 2020
dimanche 10 mai 2020
samedi 23 mai 2020

VOIR TOUTES LES EPREUVES