FLASHS

Pros

Interview de Jeannie Longo

Publié le 04/12/2003 08:19

Interview de Jeannie Longo : "prendre du recul, forger son corps, son mental, tout ça s'acquiert avec le temps".
Interview de Jeannie Longo : "prendre du recul, forger son corps, son mental, tout ça s'acquiert avec le temps".

Jeannie, envisagez-vous de reprendre le record du monde de l'heure, si oui où et quand ?
(sourire) "J'aurais été tentée de dire oui, d'autant plus que Jean-Pierre de Benoist (NDLR : CTR avec qui elle a écrit son livre "Performances et records") est allé à Mexico il y a 10 jours. Après avoir vu la piste, il a reconnu que c'était un miroir donc rien qu'avec cette nouvelle piste, on gagne plusieurs centaines de mètres. Toutes les époques ne sont pas bonnes à Mexico, la meilleure c'est début octobre, donc dans un an ou presque, il peut se passer des choses. C'est une hypothèse mais sans certitudes."

Quoiqu'il en soit, pour vous la date importante en 2004, c'est août ?
"A chaque fois que l'on rentre dans l'hiver, sur ces dernières
années, j'ai toujours eu du mal à me remotiver. J'ai tendance à me rétracter avec le froid, je me demande si je serai assez solide pour tenir encore, serrer les dents."

Avec un tel nombre de succès, comment faites-vous pour retrouver la motivation à chaque fois ?
"J'essaie d'avoir des objectifs, des choses nouvelles, 2/3 petites étincelles qui me donnent envie de me ré-entraîner, des petits challenges qui vont me motiver. Je parlais du froid, de l'hiver, mais dès qu'il fait beau, j'ai envie de faire du vélo. Sinon, je vais sur le vélodrome ou carrément au Sud."

En 2003, combien de kilomètres avez-vous parcouru ?
"Cette année, j'ai commencé la saison en pensant sincèrement que je n'allais pas faire grand chose. En effet, j'ai fait peu de courses, peu de déplacements, j'ai peu couru, des inter-régions, une Coupe du monde, 2/3 cyclosportives, et puis le championnat du monde qui m'a replacé dans le contexte de la performance et du haut niveau. J'avais peut-être un peu perdu confiance en moi, car aux Mondiaux 2002, on m'a fait rater mon championnat du monde."

Un regret comme celui des championnats du monde 2003, cela disparaît vite avec l'expérience ?
"Il m'a fallu quand même une dizaine de nuits pour ne plus en rêver. Donc, vite c'est relatif !"

A vos débuts, qui vous faisait rêver ?
"Je serai tentée de dire que personne ne me faisait rêver dans le vélo puisque j'étais skieuse où là, j'avais des modèles de style contrairement au vélo."

Et maintenant, quel est le sportif que vous admirez ?
(longue hésitation) "Je ne saurais pas dire, j'ai toujours apprécié Alain Prost, c'est presque un ami, même si on se voit très peu, il est intelligent, sobre et, avec tout ce qu'il a fait, il n'a absolument pas disjoncté."

A une jeune fille qui veut se lancer dans le vélo, quels conseils lui donneriez-vous ?
"Récemment sur mes tests de VO2, j'ai croisé une sauteuse en hauteur de 19 ans qui se donne deux ans pour réussir. Je lui ai indiqué que j'avais eu mes meilleurs résultats entre 30 et 35/37 ans. Il ne faut pas se limiter, avoir des cadres, des entraîneurs qui aient en tête cette notion de durée. On met trop la pression, on ne laisse pas le temps aux jeunes, y compris à l'école. Prendre du recul, forger son corps, son mental, tout ça s'acquiert avec le temps."

Si vous étiez élue présidente de la FFC, quelle serait la première mesure pour le cyclisme féminin et en général ?
"Sur le cyclisme en général, la FFC a raté le cyclisme de masse. Dès l'instant où il y a eu la FFCT, il y avait un truc qui était faux. Je ferais le maximum pour renouer avec toutes les catégories d'âges et de pratiques, sans mettre l'accent uniquement sur le cyclisme pro, l'élite. En ce qui concerne les femmes, il faudrait faire un gros travail au niveau de la détection régionale, les filles sont esseulées, pas encadrées, sans ouverture. Et j'irai aussi voir du côté du sport scolaire parce que là, il n'y a rien. Avant, il y avait un championnat scolaire, maintenant plus rien !"

Quel est votre meilleur et plus mauvais souvenir ?
"Malgré tout, ma plus grande déception restera Los Angeles 1984 où je perds le titre ou au moins une médaille, je pensais que c'était mes premiers et derniers Jeux Olympiques. Après, j'ai eu un trou noir, horrible. Les grandes satisfactions, ce sont les records de l'heure, Mexico, et puis certainement Atlanta, mes 4èmes Jeux."

Vous êtes dans une tranche d'âge où il est plus facile de prendre du poids que d'en perdre, comment faîtes-vous pour vous maintenir aussi affûtée, voire plus que certaines années ?
"J'ai été plus affûtée que maintenant, plus maigre et à certaines périodes, je manquais de puissance. Je fais très attention, quand j'ai envie de revenir à mon poids de forme, je sais ce qu'il faut faire, sans perdre en masse musculaire. J'ai écrit un livre où je l'explique, je ne fais pas énormément de volume. Quand un championnat est dur, comme Lisbonne ou la Colombie en 1995, là je fais très attention mais je ne grossis pas trop, perdre un ou deux kilos, c'est facile. En ce moment, j'ai deux kilos de plus que mon poids de forme, c'est limite."

Quelle question souhaiteriez-vous que l'on vous pose ?
(rires puis longue réflexion) "Il y a des questions à poser au niveau de la parité, c'est limite. Il y a des mesures à prendre, on est dans une société de goujats, dans le sport, dans le cyclisme bien sûr mais dans la société en général."

Vous êtes la marraine de la "Cuvée du Cycliste" des Côtes du Ventoux, qu'est-ce qui vous a convaincu de vous rapprocher de Bedoin ?
"Ils m'ont contacté mais je ne souhaite pas m'associer à n'importe qui. Je suis donc venue, j'ai posé des questions, ils ont des soucis de qualité, en permanence, presque comme pour les vins bio. L'environnement est très naturel, très sain, pas pollué, la fabrication est écologique. On voit qu'ils ne recherchent jamais la quantité mais toujours le qualitatif, en plus ils vont sortir un vin bio donc ça me va bien !"

Vous êtes plutôt rouge, rosé, blanc ?
"Plutôt rouge, un bon rouge pas trop dur, ni trop fruité."

Propos recueillis le 28 novembre 2003.

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

La Drômoise
INSCRIPTION EN LIGNE
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES