FLASHS

Pros

Interview de Luca Mazzanti (Panaria-Navigare)

Publié le 26/04/2006 00:10

Interview de Luca Mazzanti : "le Giro est le rendez-vous le plus important pour un groupe comme celui de la Panaria-Navigare."
Interview de Luca Mazzanti (Panaria-Navigare) : "le Giro est le rendez-vous le plus important pour un groupe comme celui de la Panaria-Navigare."

Doté d'une bonne pointe de vitesse et de qualités de gagneur qui lui ont permis de se construire un palmarès riche de neuf victoires, Luca Mazzanti assume le rang de capitaine de route de la formation italienne Panaria-Navigare, lauréate du classement par équipes de l'UCI Europe Tour en 2005. Le coureur Emilien fut conduit, dans le passé, à enfiler trois années durant le bleu de chauffe de gregario au service de Francesco Casagrande d'abord, puis de Marco Pantani, avant de se voir proposer par Bruno Reverberi un statut plus conforme à sa combativité et à ses ambitions dans une formation tournée vers l'offensive.

Luca, comment est la condition à quelques jours du départ du Giro ?
"Elle est au top. La tête aussi est bien, c'est important de le souligner. Les jambes tournent bien également."

Sur le Tour du Trentin, vous avez crevé l'écran, l'histoire recommence. Les ambitions seraient-elles plus importantes que les années précédentes ?
"Il faut d'abord savoir que j'ai toujours comme objectif de faire mieux. C'est dans mon tempérament. Je ne me laisse jamais aller en me disant que c'est arrivé. Je ne vis pas sur les acquis. Le Tour d'Italie est le rendez-vous le plus important pour un groupe comme celui de la Panaria-Navigare. Nous avons été tous les jours présents l'an dernier, et cette année ce sera encore le cas, c'est notre intention."

Auriez-vous eu plaisir à vous essayer sur une classique comme Liège-Bastogne-Liège ?
"J'aurais bien aimé, surtout avec ma condition physique actuelle."

Avez-vous la sensation d'avoir bien négocié votre carrière de sportif professionnel jusqu'à présent ?
"Il faut d'abord se rappeler que je promettais beaucoup à mes débuts. Pas seulement dans les rangs professionnels, mais aussi chez les amateurs. Il m'a fallu obéir à des impératifs et des objectifs fixés par mes employeurs."

Comment assumez-vous votre statut de capitaine de route d'une formation comportant pas mal de jeunes espoirs ?
"C'est un plaisir pour moi d'apporter mon expérience à tous ces jeunes. Emanuele Sella et Paride Grillo se construisent déjà une renommée et un palmarès."

Votre victoire d'étape à Frosinone, l'an dernier sur le Giro, demeure-t-elle aujourd'hui la plus belle ligne de votre palmarès ?
"Assurément. Mais il faut aussi se souvenir que j'ai quand même accroché aussi à mon palmarès, dans ma deuxième année pro, une épreuve bien classée organisée chez vous à Fourmies. J'avais devancé ce jour là un coureur de chez vous dont j'ai oublié le nom (NDLR : il s'agissait d'Anthony Langella, qui courrait au Crédit Agricole). J'ai espoir d'en remporter encore une autre plus belle. Pourquoi pas ?"

Quel est votre favori pour le Tour d'Italie 2006 ?
"Si vous me demandez un seul nom, je répondrai sans hésitation Ivan Basso."

Après le Giro, aurez-vous des ambitions pour le prochain Championnat d'Italie ?
"Je verrai à la sortie du Tour d'Italie comment sera ma condition. Dans la mesure où j'aurai bien figuré, les ambitions seront là, sinon je ne viserai pas le maillot."

Propos recueillis par Jean-François Modery à Novi Ligure le 23 avril 2006.

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE