FLASHS

Pros

Interview de Roger Legeay, manager de Crédit Agricole

Publié le 02/08/2007 09:49

Interview de Roger Legeay : "dans ce Tour chahuté, le Crédit Agricole a donné une belle image, saine et entreprenante."
Interview de Roger Legeay : "dans ce Tour de France chahuté, le Crédit Agricole a donné une belle image, saine et entreprenante."

Roger, quel bilan faites-vous des prestations de l'équipe Crédit Agricole au terme du Tour de France ?
"On a rempli nos objectifs donc je suis très content. L'équipe avait pour objectif une victoire d'étape, elle l'a rempli avec Thor Hushovd. Elle avait pour objectif le Maillot Vert, elle ne l'a pas rempli, mais Thor fait tout de même 2ème à Canterbury, 2ème sur les Champs-Élysées. Il a souvent couru très proche de la gagne. Nous avons vu une équipe Crédit Agricole entreprenante. Elle l'a été partout. Avec Halgand à Marseille, Fofonov dans les Alpes, avec Le Mével, avec Botcharov... William Bonnet a également fait un très bon Tour de France. Nous ne pouvons qu'être satisfaits."

Le bilan semble donc plus que positif ?
"Nous avons une victoire d'étape, ce qui n'est pas le cas de toutes les équipes. Il n'y a que onze formations sur vingt-et-une qui ramènent une victoire. On a rempli l'objectif. Je pense qu'on a aussi, dans ce Tour de France un peu chahuté, donné une belle image de l'équipe Crédit Agricole. Une image saine, une image entreprenante. Nous avons je l'espère véhiculé une bonne image de notre sport. Nous n'avons pas le Maillot Vert, nous l'espérions, mais je crois que ça a été foutu dès Gand, avec la grosse chute dans laquelle a été impliqué Thor. Après, il a fallu qu'il récupère un peu de sa chute."

Ce bilan est bon quand on est en train de négocier l'avenir d'une équipe ?
"Ca fait partie du dossier. Je suis à la recherche d'un partenaire pour 2009, pourquoi pas 2008, mais surtout 2009, et il est évident qu'il est important d'avoir un dossier. J'ai un dossier historique depuis vingt-cinq ans, avec Z, Gan, Crédit Agricole. J'ai eu des résultats, avec des Maillots Jaunes, des Maillots Verts, des étapes et tout ça. Des résultats éthiques aussi, car je mène depuis vingt-cinq ans une vraie politique éthique. Nous avons gagné beaucoup de courses. Il est évident que pour un sponsor potentiel, il est important de s'associer à une équipe qui marche et qui véhicule une belle image."

Mais pour l'instant rien n'est fait ?
"Non, rien n'est fait à ce jour. Nous nous sommes d'abord concentrés sur le sport, avec le Tour de France. Je crois que l'important était de faire savoir à des partenaires éventuels que l'équipe Crédit Agricole est à la recherche d'un partenaire pour 2009, et de les inviter à regarder comment nous fonctionnons, comment nous allons. C'était important de faire un bon Tour, c'était important d'avoir une belle image, c'était important que les gens sachent que nous sommes à la recherche d'un partenaire. Nous sommes dans cette période-là."

Tom Boonen ramène le Maillot Vert, qui était votre objectif. Comment l'analysez-vous ?
"Je crois que cette année il a été beaucoup plus présent dans tous les sprints. Il n'a pas eu de pépin, contrairement à d'autres années. Pour ramener le Maillot Vert à Paris, il faut marquer des points tout le temps. Le problème pour Thor Hushvod, c'est qu'il a raté deux sprints sur chute ou sur absence dans le sprint. Il faut être constant. Tom Boonen l'a été. La grande différence, c'est qu'il a passé les cols, les grandes étapes de montagne. Un sprinter de son gabarit qui passe ces étapes de montagne et qui arrive sur les Champs-Élysées avec un grand nombre de points mérite son Maillot Vert."

Thor Hushovd semble en tout cas s'être relancé après un début de saison maussade ?
"Oui, il est reparti. L'an dernier, il avait eu du mal. Son Tour de France avait été un peu malheureux par moments. Ses classiques cette année aussi. C'est sûr que Thor espérait, sur ce Tour de France, rattraper le coup. Il l'a rattrapé. Il est revenu à son niveau. J'aurais seulement aimé qu'il soit plus près dans le sprint des Champs-Élysées..."

Au bout de trois semaines, voir un jeune comme William Bonnet avoir encore la moelle pour emmener le sprint sur les Champs, ça doit vous rendre fier ?
"Oui, je suis fier. Quand j'emmène des jeunes sur le Tour, je les emmène parce que j'ai la certitude qu'ils peuvent faire le Tour, non pas pour aller de Londres à Paris, mais pour avoir une influence sur la course. Je l'ai fait avec Christophe Le Mével, je le fais toujours avec mes garçons. Je pense que Bonnet aura beaucoup appris. Il a bien récupéré. Il était le premier au petit-déjeuner. On peut dire maintenant que c'est un coureur du Tour. Il possède une mentalité exceptionnelle. Dans l'équipe, nous avons une bonne ambiance. Et voir William emmener le peloton sur près d'un kilomètre rue de Rivoli, ça fait plaisir pour le cyclisme français. C'est de bon augure. C'est sain parce qu'il est jeune et qu'il progresse, parce qu'il est solidaire d'une équipe et d'un leader, et qu'un jour ce sera son tour."

D'un point de vue général, comment jugeriez-vous ce Tour de France ?
"Je suis partagé. Je suis frustré parce qu'on a encore eu un Tour chahuté. Mais d'un autre côté, il n'y a que de bonnes nouvelles. On a pris Vinokourov, on a pris Rasmussen... Par des tests d'urine, par des tests sanguins, par des tests inopinés. Ca veut dire que l'argent que l'on met sur la table, la volonté que nous avons de lutter contre le dopage n'est pas vaine. L'an dernier, on a pris Landis, et ça fait selon moi de bonnes nouvelles. Maintenant, ce chahut sur le Tour, surmédiatisé, m'a un peu frustré. A partir de bonnes nouvelles, on a encore eu un Tour chahuté et un résultat discuté. J'espère que l'année prochaine on aura un Tour un peu plus serein, où l'on reparlera enfin de sport, et non plus de coureurs positifs."

Propos recueillis à Paris le 29 juillet 2007.

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES