FLASHS

Pros

Interview d'Ivan Basso (Team CSC)

Publié le 06/04/2006 00:05

Interview d'Ivan Basso : "les Français ont pu juger de ma condition physique et de ma motivation. Je serai prêt pour le Tour."
Interview d'Ivan Basso (Team CSC) : "les Français ont pu juger de ma condition physique et de ma motivation. Je serai prêt pour le Tour."

A 28 ans, l'Italien Ivan Basso (Team CSC) s'est lancé deux grands objectifs cette année : gagner à la fois le Tour d'Italie et le Tour de France. Aussi à l'aise contre la montre que dans la montagne, le dernier dauphin de Lance Armstrong a les moyens de réaliser ses rêves, mais il n'a pas attendu le printemps pour cumuler des résultats. Ivan Basso est au top depuis le début de la saison. Vainqueur du Critérium International et de son étape en côte, il s'est classé 7ème de Tirreno-Adriatico avant de poursuivre sa préparation au Circuit de la Sarthe, où il s'est imposé hier dans le contre-la-montre d'Angers, sur la courte distance de 8 kilomètres. Courtois, aimable et disponible, Ivan Basso possède déjà une belle cote de popularité auprès du public français, avec lequel il est devenu très complice cesderniers jours. Son seul défaut, la barrière de la langue, qui devrait bientôt être résolue. Hier en tout cas, il a répondu avec politesse et en anglais à chacune des questions de la presse.

Ivan, que ressentez-vous après cette victoire dans le chrono et allez-vous maintenant viser le classement général ?
"Je suis vraiment content. L'objectif, pour moi et pour l'équipe, est de continuer comme ça même si je pense que ce sera difficile pour moi de gagner le classement général du Circuit de la Sarthe. Pour cela, il me faudrait être constant dans les sprints-bonifications et j'aurais besoin de me mettre beaucoup trop de pression. Et puis, avec Brian Vandborg en Jaune, nous essaierons de donner le meilleur afin de lui permettre de conserver la tête jusqu'à vendredi soir. Mais honnêtement, je pense que ce sera difficile pour moi de gagner ce classement général car je ne suis pas encore tout à fait au top et je pense surtout que cette course se décidera avec les bonifications."

Pensez-vous que le vent, qui était variable sur le contre-la-montre, vous ait favorisé ?
"Il y avait beaucoup de vent, bien sûr, mais c'était comme ça pour tout le monde. Sur le Circuit de la Sarthe, nous ne sommes pas beaucoup d'engagés. C'est différent des courses où il y a beaucoup de coureurs. Nous sommes tous partis dans un laps de temps très court. Je pense que tout le monde a couru dans les mêmes conditions météorologiques et que ça n'a pas eu d'influence sur le résultat de la course."

Comment vous êtes-vous senti sur ce contre-la-montre ? Comme vous l'espériez ?
"Je me sens bien. Il faut bien voir quand même que ce genre d'effort n'est pas mon truc habituellement. Les contre-la-montre de 8 kilomètres, une distance de prologue en somme, ce n'est pas ma spécialité. Encore moins quand c'est tout plat et encore moins après une première demi-étape de plaine tôt le matin. Mais je commence à m'y faire et je progresse bien dans ce genre d'exercice. Il y a dix jours, j'ai perdu la victoire dans le contre-la-montre du Critérium International pour deux petites secondes, terminant deuxième, et aujourd'hui je gagne."

La seconde place de Brian Vandborg à 93 centièmes de votre performance est-elle une surprise pour vous ?
"Non, Brian est un bon coureur et il roule bien. Il a déjà réalisé de très bonnes performances à plusieurs reprises sur de courts contre-la-montre comme celui-ci. Dans l'équipe, c'est l'un des meilleurs rouleurs. Je pense qu'il aura encore la possibilité de s'expliquer avec les meilleurs dans l'étape de vendredi. Son objectif, maintenant, sera de conserver le Maillot Jaune jusqu'au bout. Pour moi, il n'y aura pas de problème pour Brian Vandborg. Il restera en tête jusqu'à l'arrivée finale."

Quel était l'objectif du Team CSC au départ du Circuit de la Sarthe ?
"L'objectif de notre équipe sur cette course est de se préparer en vue du Giro, physiquement mais aussi mentalement. Et je pense que nous avons toutes les raisons d'être contents car l'équipe travaille bien, l'équipe est complète et nous sommes prêts à courir le Tour d'Italie pour viser une place sur le podium."

Vous êtes actuellement en très grande forme. Que répondez-vous à ceux qui estiment que votre excellente condition est trop précoce en vue du Tour de France ?
"J'ai 28 ans et je sais ce que je fais, c'est tout ! Bjarne Riis est proche de moi pour m'aider à préparer du mieux possible mes objectifs que sont le Tour d'Italie et le Tour de France. Je le répète, je sais ce que je fais. Et tous les gens en France ont pu avoir une idée au Critérium International comme au Circuit de la Sarthe de ma condition physique et de ma motivation. Je pense leur avoir démontré que je serai prêt pour le Tour de France. J'aime cette course. Pour moi, le Tour de France, c'est toute ma vie. Quand je cours en France en préparation du Tour, je sais que je serai prêt à l'heure. Le Tour de France m'apporte beaucoup de motivation. Quand je viens sur une course, je viens pour bien faire. Aujourd'hui, il n'y avait que 8 kilomètres. Les faire à fond ou les faire en dedans n'aurait pas changé grand chose. Autant se livrer à fond."

Vous vous exprimez très bien en anglais. Quand aurons-nous la joie de dialoguer avec vous en français ?
"Je commence à étudier. J'espère pouvoir être capable de m'exprimer un peu en français pour le Tour de France !"

Propos recueillis à Angers le 5 avril 2006.

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE