FLASHS

Pros

Journal de bord de Julien Guiborel (Crédit Agricole Espoirs)

Publié le 01/07/2004 10:56

Journal de bord de Julien Guiborel sur le Het Volk : "nous avons participé à une belle et difficile classique belge."
Journal de bord de Julien Guiborel sur le Het Volk : "nous avons participé à une belle et difficile classique belge."

Quel championnat de France ! Ca avait l’air d’être un vrai "chantier" et Thomas Voeckler en est sorti en beau vainqueur. Il mérite sa victoire car il marche très fort ces derniers temps. Bien sûr, j’étais plutôt en faveur de Benoît Salmon dans les derniers kilomètres (eh oui, l’esprit d’équipe !), mais je pense que Voeckler était tout simplement le plus costaud ce jour-là ! Avant de refermer la page "championnat national", j’aimerais particulièrement féliciter Yannick Talabardon pour sa très belle course (6ème). Ce n’est pas donné à tout le monde ce qu’il a fait et ça m’a fait plaisir… BRAVO YANNICK !

De notre côté (le GS3 Espoir), nous étions toute la semaine dernière en Belgique pour participer à deux classiques : Bruxelles-Ingooigem et le Het Volk "amateur". Mais avant ça, revenons quelques lignes sur les belles prestations de mes équipiers lors du Tour du Tarn et Garonne et des Boucles de la Mayenne. Personnellement, je n’ai participé qu’à la première course et je peux seulement vous exprimer mon impuissance lors des trois étapes. J’étais à bloc du début à la fin (si on peut dire car je n’ai pas terminé la dernière étape !) et ma frustration est plus venue de mon impossibilité à aider les copains que de ne pouvoir m’exprimer pleinement. La condition n’était pas encore là et je pense avoir subi le contrecoup de l’entraînement des deux semaines précédentes. Heureusement, les autres ont assuré comme des chefs lors de la dernière étape avec un doublé signé Lemoine-Duclos. Les voir arriver tous les deux main dans la main reste un très bon souvenir pour toute l’équipe et j’espère pouvoir vivre ça un jour. En ajoutant une place dans les dix au général de notre infatigable Julien Mazet, le bilan n’est pas si mal.

Après le sud, les Boucles de la Mayenne étaient au programme du week-end suivant (sans moi cette fois ci). Le niveau montait d’un cran mais cela ne décourageait en rien l’équipe. Surtout pas Cyril Lemoine qui, après un très bon prologue, enchaînait avec une superbe 2ème place au général derrière Duret, de Jean Floch. C’est notre coureur en forme du moment et, après sa tendinite de début de saison, il mérite amplement… de pouvoir faire mal aux adversaires !

Nous étions donc la semaine dernière chez les Belges et, faute de pouvoir manger des moules-frites, nous nous sommes "bouffés" du vent ! Une vraie tempête pour Bruxelles-Ingooigem, le mercredi, où nous retrouvions quelques prétendants au titre national Belge (Ludo Diercksens, Ludovic Capelle, Marc Streel…) le dimanche suivant. Nous étions bien entourés et c’est parti sur des bases plutôt élevées avec une grosse averse en prime (pourquoi faire les choses à moitié ?). Les jambes répondaient bien et j’essayais de faire la course. Seulement, après avoir fait un effort (dont j’ai eu du mal à m’en remettre d’ailleurs !), je me suis fait contrer et la bonne est partie avec notre "homme fort du moment". Je veux bien sûr parler de Cyril. Malheureusement, après avoir réussi à choper un groupe de contre, je l’aperçois tout seul dans la pampa : il a en fait été "remarquablement" dépanné après une crevaison dans un secteur pavé ! La poisse ! Toutes les grosses équipes étant représentées (Chocolade Jacques, Lotto, Landbouwkrediet), et les réserves des gars étant bien entamées avec ce vent terrible, la course était jouée. Il ne restait plus qu’à convaincre les autres à poursuivre quelques tours de plus (pas si évident que ça ! il faut vraiment un grand pouvoir de persuasion dans ce genre de situation !) sur le circuit final pour accumuler un peu de bornes…

Le temps était redevenu clément pour le samedi suivant. Le circuit était annoncé dur sur les routes du Het Volk. Nous avions fait une reconnaissance la veille afin de repérer une partie du parcours comprenant la montée du mur de Grammont. C’est vraiment un lieu mythique et j’étais heureux de pouvoir gravir ce mont décisif du Tour des Flandres. Seulement, la surprise fut que le jour de la course, c’est une autre bosse que nous avons montée. Celle-ci n’étais pas pavée mais ne manquait pas de difficulté. Cependant, j’étais un peu déçu… Faudra-t-il que j’attende le vrai Ronde ?!

Pour revenir à la course, une échappée est partie presque d’entrée avec Hervé et Kylian pour le Crédit Agricole. Ils étaient partis pour une bonne chevauchée. Derrière, le "jeu" consistait à ne pas se laisser endormir et rester concentré pour bien se placer et éviter les chutes. Avant d’arriver au pied d’un mont pavé, ça frottait comme des malades et, je l’avoue, j’ai eu l’appréhension de la chute (je me suis un peu calmé depuis mes chutes de la Navarre !). Malheureusement, un groupe est sorti en haut et je n’ai pas pu y aller. Même si je n’étais pas à la rue concernant le placement, ça ne pardonne pas à ce niveau. Je savais qu’un contre allait partir et je m’en veux. Je n’ai vraiment pas assuré sur ce coup-là. En contrepartie, je n’ai pas loupé le deuxième contre (Ah, quand même ! C’est pas trop tôt !) avec Julien Marcuz.

La fin était dure avec le Berendries à monter à deux reprises et, même si jusque là j’avais de bonnes sensations, je sentais mon manque de repères et de condition dans le final. Le premier groupe de contre est rentré sur les premiers. Nous concernant, nous sommes bien revenus sur quelques coureurs de la première échappée (bravo Kylian pour ta belle course !) mais jamais sur l’avant.

Nous arrivions pour la 20ème place mais, malgré ma volonté de faire le sprint, les forces n’étaient plus là pour résister jusqu’à la ligne… Je me suis fait lamentablement remonter sur les derniers mètres ! Plus de jus… mais j’espère bien que ça paiera plus tard ! Un grand coup de chapeau pour Hervé (encore !) qui a passé toute la journée devant pour échouer à une très belle 8ème place. Nous sommes en tout cas d’accord sur le fait d’avoir participé à une très belle course. Une belle (pour son parcours) et difficile (là c’est un pléonasme !) classique belge tout comme Harelbeke en début de saison. Les sensations commencent à revenir mais il va falloir que je retrouve les bons réflexes tactiques pour faire fructifier tout ça en fin de course. Il ne me reste plus qu’à mettre tout ça en pratique samedi pour la prochaine course prévue : le Tour du Jura, en Suisse.

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

La Drômoise
INSCRIPTION EN LIGNE
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES