FLASHS

Pros

Portrait du vainqueur de la 6ème étape : Tom Boonen

Publié le 09/07/2004 20:25

Le portrait du vainqueur du jour : Tom Boonen, lauréat de la 6ème étape du Tour de France à Angers.
Vélo 101 vous dresse, chaque soir, le portrait du vainqueur du jour. Aujourd'hui, Tom Boonen, victorieux à Angers.

Le "plat pays", si bien chanté par le Grand Jacques, en a bien sûr trop connu, des espoirs, si vite montés en flèche, et tels des comètes, redescendus pour x raisons. Ils ont fait la joie des chroniques "le retour de ...", "quel gâchis pour un si grand talent", "encore blessé" ou voir même des faits divers. Le plus significatif demeure Franck Vandenbroucke, mais les Dave Bruylandts, Mario Aerts ou Rik Verbrugghe, ne sont pas en reste. Et beaucoup d'observateurs de se demander si Tom Boonen, puisque c'est lui dont il s'agit, n'allait connaitre chemin parallèle. Or depuis janvier, le géant de Mol (1,92 m pour 80kg) est en train de faire taire tous ses détracteurs.

Revenons sur une carrière professionnelle débutée sous la tunique américaine de l'US Postal en 2002. Tom, qui vient d'avoir 21 ans (il est né le 15 octobre 1980), est littéralement couvert par le DS belge du team, Johan Bruyneel. Le garçon, bouffi de classe, fait parler sa puissance de tout-terrain flandrien, dès le printemps. Après une sixième place lors de la Classic Haribo, "Tommy" enchaine sur une série flamande, rarissîme à un tel âge. Septième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne puis des Trois Jours de La Panne, vingt-quatrième du Ronde , septième de Gand-Wevelgem, c'est sur les pavés du Nord qu'il éclabousse l'écran. A la chasse derrière Museeuw, en compagnie de son coéquipier d'alors, George Hincapie, Boonen impressionnera le monde entier ce 14 avril. Dans le final, il y laissera un peu de jus, mais montera sur la troisième place du podium, en dessous de Steffen Wesemann et son exemple Johan Museeuw. En juillet suivant, il remporte sa première victoire pro, lors d'un sprint massif à Rabenstein en Autriche, sur l'Uniqa Classic.

A l'intersaison, Boonen défraye pourtant la chronique, en lâchant l'US Postal pour rejoindre Museeuw et la dream-team des Flandriennes, la Quickstep-Davitamon. Beaucoup l'auront mal digèré, et désormais, le garçon est attendu au coin du bois. Légèrement en retrait dans les classiques, il s'y classe tout de même : cinquième du Het Volk, vingt-cinquième du Tour des Flandres, troisième à Wevelgem, ou vingt-quatrième à Roubaix. Il regoûte au succès sur les routes nationales du Tour de Belgique lors de la troisième étape à Haacht. Lefévère et le staff de la Quickstep tentent de l'initier spécifiquement aux sprints massifs. Les tests grandeur nature auront lieu sur les routes du Tour d'Espagne. Si Tom n'y ramène aucun bouquet, il terminera tout de même troisième à Santander devancé par Zabel et Petacchi, puis second à Cuenca battu par le Berlinois.

Durant l'hiver suivant, la Quickstep croit en son planning et en sa tactique. On met les bouchées doubles, et le champion prend un peu plus d'envergure. Les fruits se récoltent rapidement. Le 3 février, Tom fait dans l'exotisme en enlevant l'étape de Doha Hyatt Plaza sur le Tour du Qatar. Un sprint massif totalement maîtrisé. Il remet cela en Andalousie sur la Ruta del sol. Ensuite, Boonen s'affaire à domicile, et des "grosses" tombent dans la besace. La semi-classique d'Harelbecke, le GP E3, s'offre à Tom, après un déboulé massif dans lequel Stefano Zanini lui a mâché la tâche. Dix jours plus tard, dans le Gand-Wevelgem, ils ne sont pas moins de six Quickstep dans le groupe des vingt-cinq meilleurs. Bodrogi, Cretskens, Nuyens, Knaven, et Museeuw se déchirent pour Boonen. Le roi des Flandres lui lance même le sprint. Boonen n'a pas le droit de se rater. Il s'impose facilement sous la pluie. Tom pousuit sa série avec le GP de l'Escaut à Schoten, terre par excellence des sprinters. Les McEwen, Cipollini, ou un peu plus loin Van Poppel s'y sont imposés. Ce "ScheldePrijs" demeuré comme un symbole, puisqu'il signait la fin officiel de la carrière de Museeuw. Comme une passation. Depuis, Boonen court régulièrement mais pas intensément. Ses épreuves sont sélectionnées et les résultats n'en sont que plus impressionnants. En deux mois, Tom l'emporte encore à huit reprises : deux étapes plus le classement final du Tour Picardie, trois étapes sur des Tours Nationaux, une en Belgique et deux en Allemagne, et enfin deux escales aux Pays Bas lors du Ster Elektro Toer.

Pour cette édition du Tour de France, les autres finisseurs étaient prévenus. Tom Boonen ne s'y alignait pas que pour découvrir.

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE