FLASHS

Pros

Procès Festina : l'audition d'Hein Verbruggen

Publié le 01/11/2000 00:00

Hein Verbruggen a déclaré lors du procès Festina que l'UCI avait dépensé moins de 1% de son budget total pour lutter contre le dopage.
Hein Verbruggen, président de l'Union Cycliste Internationale, a déclaré lors du procès Festina que l'UCI avait dépensé moins de 1% de son budget total pour lutter contre le dopage.

Depuis 1995, l'UCI a consacré 1,8 million de francs pour la lutte antidopage, sur un budget global de 250 millions de francs.

Par ailleurs, la quote-part que chaque sponsor d'équipe doit régler pour financer les prélèvements sanguins pour les contrôles anti-dopage s'élevait en 1998 à 16 000 francs par an.
"16000 francs pour un budget annuel, par exemple comme celui de Festina, de 40 millions de francs, c'est ridicule", a rétorqué le président du tribunal, Daniel Delegovet.

Interrogé sous serment à sa demande pendant cinq heures dans le cadre du procès Festina, Hein Verbruggen a plaidé la bonne foi de l'UCI, tout en ajoutant "qu'il ne savait pas".

"Je ne me sens nullement coupable, nullement responsable si un coureur se dope. Il a le choix, personne ne décide pour lui" s'est justifié le président de l'UCI.

Lors de son audition au Tribunal de Lille, Hein Verbruggen a toutefois reconnu que le dopage était présent dans le cyclisme. "J’ai la conviction qu’il existe un petit groupe de tricheurs invétérés, un groupe beaucoup plus important qui se sent obligé d’en faire autant pour ne pas se laisser dépasser, d’autres qui se bourrent de médicaments autorisés, et enfin, très peu qui ne prennent rien" a t-il indiqué.