FLASHS

Pros

Tour # 14 : Gonzalez pour trait d'union

Publié le 18/07/2004 20:09

L'Espagnol Aïtor Gonzalez s'impose dans la 14ème étape du Tour de France. Thomas Voeckler reste en Jaune.
L'Espagnol Aïtor Gonzalez s'impose dans la 14ème étape du Tour de France. Thomas Voeckler reste en Jaune.

L'année dernière à la même époque, Lance Armstrong (US Postal-Berry Floor) était en Jaune. Il occupait la tête du classement général depuis la fin de la première semaine de course mais, affaibli par une avalanche de petits soucis et persécuté par ses adversaires, on ne voyait plus la couleur du maillot. C'était un jaune pâle, que nos consciences avaient presque rendu imperceptible. Etrangement, cette année, c'est l'inverse qui se produit. Lance Armstrong n'est pas en Jaune mais c'est tout comme. Nos yeux ont beau essayé de persuader notre esprit que Lance Armstrong court en bleu, il n'y a rien à faire : on le voit jaune. On le percevait ambré après son prologue quasi-victorieux à Liège, doré après le fabuleux travail de son équipe sur les pavés puis dans le contre-la-montre collectif, jauni après une traversée du Massif Central aussi agitée que les volcans d'Auvergne.Alors, comment voir Lance Armstrong autrement que Jaune après son écrasante victoire dans les Pyrénées, où ses plus coriaces adversaires s'appellent désormais Ivan Basso (Team CSC), Andreas Klöden (ALL, T-Mobile) et Francisco Mancebo (Illes Balears-Banesto) ?

Ullrich, Hamilton, Heras et Mayo sont passés à la trappe dans les cols pyrénéens et du coup, le nombre d'équipes déconfites au terme de la seconde semaine de Tour s'est alourdi. Après treize étapes et un prologue, seules huit équipes ont remporté une étape, la plupart ayant doublé. C'est le cas d'Ag2r Prévoyance, Cofidis, Fassa Bortolo, Lotto-Domo, Quick Step-Davitamon et US Postal-Berry Floor tandis que Crédit Agricole et CSC ont également obtenu une victoire. Ajoutons à ces huit formations l'équipe Brioches La Boulangère, gâtée par le port du Maillot Jaune depuis la cinquième étapes, et cela laisse un bon paquet de formations dans l'attente de résultats. Mais enfin, où sont donc les Domina Vacanze, les Euskaltel, les FDJeux.com, les Liberty Seguros, les Saeco ou encore les RAGT Semences ? Ca laisse beaucoup de monde sur le carreau et il est clair, au départ ce matin de Carcassonne, que cette quatorzième étape du Tour de France sonne comme l'une des dernières occasions de s'illustrer avec l'étape de Lons-le-Saunier vendredi prochain et celle des Champs-Elysées dans une semaine.

Pas besoin d'en dire davantage, vous aurez compris que cette étape de transition, trait d'union entre les Pyrénées et les Alpes, revêt un enjeu capital. C'est en fin de compte de tradition, mais avec la masse d'équipes dans le besoin, cela promet un début d'étape animé. Et en effet, le drapeau est tout juste baissé que les hostilités sont ouvertes. Cette fois, aucune équipe n'a l'intention de laisser filer la bonne échappée sans elle. Alors, sans relâche, les rescapés du Tour de France s'attaquent. Après deux jours difficiles, les abonnés du gruppetto rangent leur solidarité dans la musette pour sortir leur agressivité. Que le meilleur gagne ! Mais pour ne rien arranger, les quelques équipes sorties grandies des deux premières semaines de course trouvent elles aussi un intérêt à rouler. Tous les échappés n'ont pas le droit au bon de sortie. Ainsi, plusieurs tentatives de fugues capotent. A cause d'un Stuart O'Grady (Cofidis) trop dangereux au classement par points, à cause d'un Axel Merckx (Lotto-Domo) un peu trop près au classement général ou encore à cause d'un Thomas Voeckler (Brioches La Boulangère) un peu trop en vue aux yeux des coéquipiers de Lance Armstrong.

Sur ordre de Lance Armstrong, le groupe décisif se forme à 90 km de Nîmes.

C'est d'ailleurs l'US Postal-Berry Floor, l'équipe du patron, qui finit par mettre les pouces. Après cent kilomètres à bloc, l'équipe américaine laisse filer une dernière échappée puis ralentit le rythme du peloton. Sur ordre de Lance Armstrong, le groupe décisif vient enfin de se former. Les coureurs du peloton poussent un soupir de soulagement. Brisés par l'effort, ils s'offrent alors une belle balade de 90 bornes, sous le soleil enivrant de l'Hérault, puis du Gard. La bagarre n'est en revanche pas finie pour les dix hommes ayant attrapé la bonne échappée. Parmi eux, ce n'est pas un hasard de retrouver trois coureurs cités au rang d'outsider il y a encore deux semaines, et aujourd'hui réduits à sauver leur Tour dans une étape de transition. Santiago Botero (T-Mobile), Igor Gonzalez de Galdeano (Liberty Seguros) et Aïtor Gonzalez (Fassa Bortolo) roulent vers Nîmes aux côtés des Français Pierrick Fédrigo (Crédit Agricole), Nicolas Jalabert (Phonak Hearing Systems) et Christophe Mengin (FDJeux.com), des Basques Iñigo Landaluze et Egoi Martinez (Euskaltel-Euskadi), du Néerlandais Marc Lotz (Rabobank) et de l'Autrichien Peter Wrolich (Gerolsteiner).

Les dix élus du jour acceptent de collaborer et de prendre un avantage substantiel sur le peloton afin de décourager pour de bon les équipes de sprinters à se mêler au combat dans le final. La coopération des hommes de tête permet en effet de repousser le peloton, qui perdra constamment du terrain jusqu'à l'arrivée. Désintéressé, le peloton terminera l'étape à 14'12" du vainqueur. Et ce lauréat, il est temps de le déterminer à moins de 10 km de l'arrivée à Nîmes. Peu de concurrents peuvent réellement compter sur leur pointe de vitesse dans ce groupe de tête. Il est ainsi écrit que les dix hommes du jour ne rentreront pas ensemble à Nîmes. C'est Igor Gonzalez de Galdeano qui, le premier, met un terme à la bonne entente du groupe. Un pétard mouillé allumé sans conviction, mais qui a le don de déclencher une bombe au sein de l'échappée. La fièvre du matin, calmée pendant 80 km, reprend de la vigueur. A son tour, à 9 km du but, Aïtor Gonzalez tente sa chance, mais ses adversaires sont dans sa roue, encore une fois.

Sur l'accélération qui suit, lancée par Pierrick Fédrigo, Aïtor Gonzalez est d'ailleurs victime d'une petite cassure et perd quelques longueurs sur ses compagnons d'échappée. Heureusement, ceux-ci temporisent et Gonzalez recolle. Il décide alors de jouer sur l'effet de surprise et passe de nouveau à l'attaque. Il reste 7500 mètres à parcourir jusqu'à la ligne d'arrivée. Ses poursuivants embraient aussitôt. Ils reviennent même à deux petits mètres mais, à la faveur d'un rond-point, Aïtor Gonzalez insiste et fait définitivement le trou. Dans sa position de rouleur, l'ancien vainqueur du Tour d'Espagne s'en va conquérir sa première victoire d'étape sur le Tour de France, bouclant ainsi la boucle sur les grands tours. Nicolas Jalabert dispute la 2ème place à Christophe Mengin tandis que Pierrick Fédrigo termine 4ème. Le cyclisme français ne peut pas gagner tous les jours ! Thomas Voeckler, lui, est radieux. Il s'apprête à savourer une nouvelle journée de repos en Jaune, même s'il se sait en sursis. Car dès mardi, on entame la remontée vers Paris, via les Alpes. Et si Lance Armstrong semble le mieux armé pour se vêtir (officiellement) de Jaune, rien ne dit qu'Ivan Basso ne sera pas en mesure de surprendre son monde tout près de l'Italie. Histoire de préserver le suspense...

Classement 14ème étape :

1. Aïtor Gonzalez (ESP, Fassa Bortolo) les 192,5 km en 4h18'32" (44,7 km/h)
2. Nicolas Jalabert (FRA, Phonak Hearing Systems) à 25 sec.
3. Christophe Mengin (FRA, FDJeux.com) m.t.
4. Pierrick Fédrigo (FRA, Crédit Agricole) à 29 sec.
5. Peter Wrolich (AUT, Gerolsteiner) à 31 sec.
6. Marc Lotz (PBS, Rabobank) m.t.
7. Igor Gonzalez de Galdeano (ESP, Liberty Seguros) m.t.
8. Santiago Botero (COL, T-Mobile) à 37 sec.
9. Iñigo Landaluze (ESP, Euskaltel-Euskadi) à 41 sec.
10. Egoi Martinez (ESP, Euskaltel-Euskadi) à 43 sec.
[Classement complet]

Classement général :

1. Thomas Voeckler (FRA, Brioches La Boulangère) en 62h33'11"
2. Lance Armstrong (USA, US Postal-Berry Floor) à 22 sec.
3. Ivan Basso (ITA, Team CSC) à 1'39"
4. Andreas Klöden (ALL, T-Mobile) à 3'18"
5. Francisco Mancebo (ESP, Illes Balears-Banesto) à 3'28"
6. Georg Totschnig (AUT, Gerolsteiner) à 6'08"
7. José Azevedo (POR, US Postal-Berry Floor) à 6'43"
8. Jan Ullrich (ALL, T-Mobile) à 7'01"
9. Pietro Caucchioli (ITA, Alessio-Bianchi) à 7'59"
10. Sandy Casar (FRA, FDJeux.com) à 8'29"
[Classement complet]

Classement par points :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Domo) 225 pts
2. Erik Zabel (ALL, T-Mobile) 212 pts
3. Thor Hushovd (NOR, Crédit Agricole) 209 pts

Classement de la montagne :

1. Richard Virenque (FRA, Quick Step-Davitamon) 128 pts
2. Christophe Moreau (FRA, Crédit Agricole) 78 pts
3. Francisco Mancebo (ESP, Illes Balears-Banesto) 77 pts

Classement des jeunes :

1. Thomas Voeckler (FRA, Brioches La Boulangère) en 62h33'11"
2. Sandy Casar (FRA, FDJeux.com) à 8'29"
3. Vladimir Karpets (RUS, Illes Balears-Banesto) à 14'05"

Classement par équipes :

1. T-Mobile (ALL) en 185h25'00"
2. Team CSC (DAN) à 5'28"
3. US Postal-Berry Floor (USA) à 11'20"

CAMPAGNOLO

INSCRIPTION EN LIGNE