FLASHS

Pros

Tour # 3 : Mayo plonge en Enfer

Publié le 06/07/2004 19:18

Jean-Patrick Nazon gagne la 3ème étape du Tour de France. McEwen prend le Maillot Jaune et Mayo perd le Tour.
Jean-Patrick Nazon gagne la 3ème étape du Tour de France. Robbie McEwen prend le Maillot Jaune et Iban Mayo perd le Tour.

Il les haïra pendant longtemps, ces fichus pavés ! Trois jours après le départ d'un Tour de France dont il prenait le départ avec des ambitions affichées, Iban Mayo (Euskaltel-Euskadi) s'est incliné. Il a baissé pavillon dans l'étape du Nord, tant redoutée pour ses secteurs-pavés. Pour sa rentrée au pays, après un formidable accueil en Belgique, le Tour de France ne pouvait assurément pas éviter de rendre visite à ce patrimoine du cyclisme, symbole de Paris-Roubaix certes, mais aussi de la Grande Boucle. Il fut un temps en effet, où plusieurs étapes pavées marquaient les premières journées du Tour. C'est là notamment que Bernard Hinault écrivit les premières lignes de sa légende, n'hésitant pas à désigner les pavés de "cochonneries" tant il éprouvait de l'aversion pour ce genre de parcours. Il est vrai aussi qu'à l'époque, l'étape pavée comportait une douzaine de secteurs.A côté de cela, les deux secteurs au programme de la troisième étape du Tour 2004 avaient pâle allure.

Mais pâle, telle était aussi la couleur des visages ce matin, au départ de Waterloo. Le peloton n'a jamais traversé l'Enfer du Nord au mois de juillet et tremble à l'idée de devoir franchir les 3900 mètres pierreux, sur des routes étroites et poussiéreuses. Les fronts sont plissés, les regards soucieux et les gestes nerveux. Plus que tout, c'est la peur de chuter qui hante les esprits des coureurs. Les grands favoris du Tour de France ont pris leurs dispositions. La plupart ont reconnu les secteurs empruntés et tous prônent la même tactique aujourd'hui : rouler en tête. C'est aussi, plus que jamais, la tactique choisie par Jens Voigt (Team CSC). L'Allemand, éternel combattant, fait le départ et flingue dès le baisser du drapeau. Seul le Néerlandais Bram De Groot (Rabobank) l'accompagne dans cette folie. Il reste 210 km à parcourir.

Le peloton, sous pression, fait relâche. Conduit par le Crédit Agricole du Maillot Jaune Thor Hushovd, il accorde six minutes d'avance au duo de tête, mais l'écart s'effondre à l'approche du premier secteur-pavé. Sur la route conduisant au secteur d'Erre, les grosses formations prennent les choses en main. L'US Postal-Berry Floor protège Lance Armstrong en tête du peloton mais les T-Mobile de Jan Ullrich, les Phonak Hearing Systems de Tyler Hamilton et les Euskaltel-Euskadi d'Iban Mayo refusent dans un premier temps le diktat américain et puisent dans leurs forces pour tenter de placer leur leader devant l'Américain. Les couleurs se succèdent en tête de peloton. Le ballet est incessant et la nervosité maximale. Soudain, un des favoris manque à l'appel. Débordé, Iban Mayo est englouti au centre du peloton, son tombeau. Et brusquement, à 5 km du secteur d'Erre, soit à 70 km de l'arrivée à Wasquehal, ce qui devait arriver arriva. A force de la craindre, une chute massive flanque à terre l'arrière du peloton.

Mayo a détruit sa roue. Quand le mécanicien intervient, le peloton est déjà loin.

C'est la panique dans la file des directeurs sportifs, angoissés à l'idée de trouver un de leurs hommes à terre. Marco Velo (Fassa Bortolo) est salement touché à l'épaule gauche et reste affalé dans un fossé. Les autres, paniqués, ne s'attardent pas sur les bobos corporels et, très vite debout, s'inquiètent pour leur matériel. Et parmi eux figure Iban Mayo. Touché à la cuisse sans trop de gravité, Iban a détruit sa roue avant. Et quand le mécanicien intervient, le peloton est déjà loin, à plus d'une minute. Sans se soucier de la chute dont viennent d'être victimes bon nombre de coureurs, les US Postal parviennent à s'emparer pour de bon de la pôle position. A vive allure, pour étirer le peloton au maximum et ne plus se faire déborder, Viatcheslav Ekimov et George Hincapie pénètrent dans le secteur-pavé d'Erre, Lance Armstrong en troisième position. Jan Ullrich et Tyler Hamilton sont vigilants et ne lâchent pas le Texan d'une semelle sur l'interminable secteur nordiste.

Beaucoup moins à l'aise sous les secousses, le poids-plume Roberto Heras (Liberty Seguros) perd vite du terrain. Le peloton s'étire toujours et soudain, il craque. Pris à froid sur les pavés cahoteux, les corps les plus tendres cèdent tour à tour. Le peloton explose, toujours sous la conduite du duo d'US Postal. Heureusement bien entouré par une équipe Liberty Seguros homogène, Roberto Heras réintègre assez vite le peloton, dans lequel ne figurent plus que quatre-vingt-dix coureurs. Jens Voigt et Bram De Groot, échappés matinaux, s'inclinent après 160 km d'aventure. La situation de course devient plus claire. En tête, quatre-vingt-dix coureurs circulent dans un peloton conduit sans relâche par les équipiers d'Armstrong, Ullrich et Hamilton. Déjà repoussé de deux minutes, un second peloton, constitué des coureurs pris dans la chute ou lâchés dans le secteur-pavé, est composé de soixante battus, parmi lesquels le Maillot Jaune Thor Hushovd, le Basque Iban Mayo mais aussi Christophe Moreau, Denis Menchov, Haimar Zubeldia, Sandy Casar et Mario Cipollini.

Longtemps, les Euskaltel-Euskadi, les Illes Balears-Banesto et les Crédit Agricole associent leurs efforts pour boucher le trou. Mais c'est désespéré. Découragés, ils finissent par cesser la poursuite après le secteur-pavé de Gruson, franchi sans casse. Un sprint va clore l'étape, en dépit d'une tentative vouée à l'échec de Sylvain Calzati (RAGT Semences-MG Rover) dans les faubourgs de Wasquehal. Les Gerolsteiner lancent donc le rush final mais ce sont les Ag2r Prévoyance qui se montrent plus persuasifs. Emmené par Laurent Brochard et Jaan Kirsipuu, le Vosgien Jean-Patrick Nazon remonte Robbie McEwen (Lotto-Domo) et contient Erik Zabel (T-Mobile) pour s'imposer d'un chouia dans cette première étape française. Troisième, Robbie McEwen hérite du Maillot Jaune de leader. Le groupe Mayo-Moreau-Hushovd franchit la ligne abattu, avec un retard de 3'53". Le plus dur, pour Iban Mayo, sera maintenant de faire son deuil. Et la chose ne sera pas facilitée demain pour le Basque, avec un contre-la-montre par équipes crucial entre Cambrai et Arras (64,5 km).

Classement 3ème étape :

1. Jean-Patrick Nazon (FRA, Ag2r Prévoyance) les 210 km en 4h36'45" (45,5 km/h)
2. Erik Zabel (ALL, T-Mobile) m.t.
3. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Domo) m.t.
4. Tom Boonen (BEL, Quick Step-Davitamon) m.t.
5. Kim Kirchen (LUX, Fassa Bortolo) m.t.
6. Danilo Hondo (ALL, Gerolsteiner) m.t.
7. Jaan Kirsipuu (EST, Ag2r Prévoyance) m.t.
8. Alessandro Bertolini (ITA, Alessio-Bianchi) m.t.
9. Fabio Baldato (ITA, Alessio-Bianchi) m.t.
10. José-Enrique Gutierrez (ESP, Phonak Hearing Systems) m.t.
[Classement complet]

Classement général :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Domo) en 13h42'34"
2. Fabian Cancellara (SUI, Fassa Bortolo) à 1 sec.
3. Jens Voigt (ALL, Team CSC) à 9 sec.
4. Jean-Patrick Nazon (FRA, Ag2r Prévoyance) à 12 sec.
5. Lance Armstrong (USA, US Postal-Berry Floor) à 16 sec.
6. Danilo Hondo (ALL, Gerolsteiner) à 22 sec.
7. Erik Zabel (ALL, T-Mobile) à 23 sec.
8. José-Enrique Gutierrez (ESP, Phonak Hearing Systems) m.t.
9. Levi Leipheimer (USA, Rabobank) à 24 sec.
10. Oscar Pereiro (ESP, Phonak Hearing Systems) à 25 sec.
[Classement complet]

Classement par points :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Domo) 93 pts
2. Jean-Patrick Nazon (FRA, Ag2r Prévoyance) 85 pts
3. Jaan Kirsipuu (EST, Ag2r Prévoyance) 74 pts

Classement de la montagne :

1. Paolo Bettini (ITA, Quick Step-Davitamon) 19 pts
2. Janek Tombak (EST, Cofidis) 14 pts
3. Jens Voigt (ALL, Team CSC) 9 pts

Classement des jeunes :

1. Fabian Cancellara (SUI, Fassa Bortolo) en 13h42'35"
2. Tom Boonen (BEL, Quick Step-Davitamon) à 27 sec.
3. Michele Scarponi (ITA, Domina Vacanze) à 32 sec.

Classement par équipes :

1. US Postal-Berry Floor (USA) en 41h08'56"
2. Fassa Bortolo (ITA) à 4 sec.
3. Team CSC (DAN) à 6 sec.

AVIGNON TOURISME

BIKE SHOW EVENTS

LABORATOIRE FENIOUX
INSCRIPTION EN LIGNE