FLASHS

Pros

Tour des Flandres : Tom Boonen sur tapis rouge

Publié le 02/04/2006 17:47

La 90ème édition du Tour des Flandres revient au Belge Tom Boonen. Il bat Leif Hoste au terme d'un match grandiose.
La 90ème édition du Tour des Flandres revient au Belge Tom Boonen. Il bat le Belge Leif Hoste et George Hincapie au terme d'un match grandiose.

Tom Boonen (Quick Step-Innergetic) est décidément un sacré champion ! Donné grandissime favori du Tour des Flandres un an après une première victoire à Meerbeke, le champion du monde a fait honneur à son maillot arc-en-ciel en remportant sans trembler la 90ème édition du Ronde. Depuis le début de l'année, le porteur de la tunique irisée a laissé tout le monde béat d'admiration. Le public n'aime généralement pas les coureurs qui gagnent tout mais Tom Boonen, c'est différent ! Le Belge de 25 ans ne laisse personne insensible. Sa classe, son style, son élégance en font un champion exemplaire. Et puis, il y a ce petit truc en plus qui ne s'explique pas.Cette attirance que le grand public éprouve pour un coureur simple et tellement respectueux de l'Histoire de son sport. Oui, Boonen a quelque chose que les autres n'ont pas. Il suffit pour cela de l'observer au départ du Tour des Flandres, tôt ce matin sur la magnifique place du Grand Marché de Bruges, devant la somptueuse cathédrale noyée dans la brume.

Il pleut au départ de Bruges et le ciel est bouché. Les mines sont grises également malgré l'ambiance incomparable propre au départ du Ronde. Seul Tom Boonen affiche une sérénité déconcertante. Pas l'ombre d'une préoccupation sur le jeune visage du champion du monde, qui joue ici une partie de sa saison. Le champion s'élance en toute quiétude à la conquête des 258 kilomètres du Tour des Flandres jonchés de dix-sept monts pavés ou asphaltés. Il y a quelque chose de divin dans l'attitude de Tom Boonen et le soleil tient à honorer son champion. Il se fraie donc une place entre les nuages pour chasser la pluie et assécher la chaussée. Le pavé est sec mais les bas-côtés, si prisés par les coureurs en détresse, restent boueux. Malgré tout, la classique va se disputer dans d'excellentes conditions climatiques. Les premières heures sont disputées à un bon tempo. Quelques chutes viennent ralentir la progression du peloton et l'échappée matinale ne se dégage que sur le tard, au kilomètre 95.

Six coureurs s'isolent : Michael Albasini (Liquigas), Ludovic Auger (Française des Jeux), David Boucher (Unibet.com), Thierry Marichal (Cofidis), Rik Reinerink (Skil-Shimano) et Bram Schmitz (T-Mobile). Ces six éclaireurs creusent l'écart. Rien de très significatif, quatre minutes tout au plus, mais ça suffit pour leur permettre d'attaquer en tête les premiers monts pavés, étroits et noirs de monde. La sélection est rigoureuse. David Boucher et Rik Reinerink sont lâchés dans le Molenberg, à 110 kilomètres du but, puis Michael Albasini et Ludovic Auger sont décramponnés à leur tour dans le Vieux-Quarémont, à 80 kilomètres de l'arrivée. Thierry Marichal et Bram Schmitz restent donc seuls devant et ont l'honneur d'ouvrir la route du Tour des Flandres sur les pentes impitoyables du Koppenberg. Réintroduit sur le parcours du Ronde en 2002, le Koppenberg est un mur pavé de 600 mètres à 11,6 % présentant une portion à 22 %. Situé à 73 kilomètres de l'arrivée, il va permettre une très grosse sélection.

Le peloton à pied dans le Koppenberg, Tom Boonen fait la différence.

Déjà réduit à une cinquantaine d'unités après l'ascension du Vieux-Quarémont, le peloton entame le Koppenberg à vive allure sous l'impulsion des coureurs de Quick Step. Baguet, Bettini et Cretskens entourent Tom Boonen mais le champion du monde préfère aborder le mont en tête et c'est au sprint qu'il s'attaque à la montée impossible. L'effort du Belge est tel qu'il se détache aisément du peloton. Une dizaine de coureurs grimpent les mâchoires serrées dans le dos du maillot arc-en-ciel, mais derrière, plus rien ! Un coureur à la dérive a fait un écart à mi-pente du Koppenberg avant de poser pied à terre. Un zigzag fatal à l'ensemble du peloton, subitement à l'arrêt. L'image est épique. Alors qu'une quinzaine de concurrents ont franchi le mont à vélo, tous les autres sont contraints de monter à pied, les vélos poussés à la force des bras. Ceux qui ont eu la chance de passer le sommet à vélo sont déjà loin. A 70 bornes de l'arrivée, il n'y a donc plus qu'une quinzaine de coureurs toujours en lice pour la victoire.

Dans le sillage de Tom Boonen sont revenus tour à tour Baguet, Bettini, Pozzato (Quick Step-Innergetic), Hincapie, Hoste (Discovery Channel), Ballan (Lampre-Fondital), Cancellara, Kroon (Team CSC), Flecha (Rabobank), Hushovd (Crédit Agricole), Klier (T-Mobile), Petito (Tenax-Salmilano), Van Petegem (Davitamon-Lotto) et Zabel (Team Milram). Ces quinze hommes rejoignent et dépassent les deux échappés matinaux, Marichal et Schmitz, et abordent ainsi les 50 derniers kilomètres de course aux avant-postes. Avec quatre représentants dans ce peloton de tête, les Quick Step prennent les choses en main. Baguet, Bettini et Pozzato réalisent un travail exceptionnel pour Tom Boonen, bien protégé. Mais on sait bien dans le camp du champion du monde que la configuration de course ne se maintiendra pas de la sorte jusqu'au bout. Aussi, Tom Boonen est prêt à réagir au premier mouvement. Et c'est Leif Hoste, vainqueur des Trois Jours de La Panne cette semaine, qui bouge le premier dans le Valkenberg, à 34 kilomètres du but.

Aussitôt, Boonen saute dans sa roue. En équipier modèle, Bettini coupe son effort en tête de peloton, ce qui permet à Boonen et Hoste de faire le trou. Il n'y a pas grand chose, tout juste 50 mètres, mais Tom Boonen insiste de toutes ses forces, relayé par Leif Hoste. L'effort des deux échappés est magistral tandis que Paolo Bettini casse le rythme dans le groupe poursuivant. Boonen et Hoste sortent de la ligne de mire du peloton et l'écart augmente subitement. Les deux Belges peuvent alors monter sans encombre le Mur de Grammont puis le Bosberg pour se présenter roue dans roue à Meerbeke. Sous la flamme rouge, Boonen inviteHoste à passer devant lui mais le Belge refuse obstinément. Finalement, le champion du monde consent à occuper la pôle position en vue du sprint. L'observation dans les derniers hectomètres est digne d'un tournoi de vitesse mais le démarrage de Leif Hoste à 300 mètres de la ligne ne surprend pas Tom Boonen, qui se cale dans sa roue pour le déborder à 100 mètres du but et remporter son deuxième Tour des Flandres au terme d'une course tactique exceptionnelle. La troisième place revient à George Hincapie une minute plus tard.

Classement :

1. Tom Boonen (BEL, Quick Step-Innergetic) les 258 km en 6h24'26" (40,4 km/h)
2. Leif Hoste (BEL, Discovery Channel) m.t.
3. George Hincapie (USA, Discovery Channel) à 1'17"
4. Peter Van Petegem (BEL, Davitamon-Lotto) m.t.
5. Alessandro Ballan (ITA, Lampre-Fondital) m.t.
6. Fabian Cancellara (SUI, Team CSC) m.t.
7. Paolo Bettini (ITA, Quick Step-Innergetic) à 1'50"
8. Karsten Kroon (PBS, Team CSC) m.t.
9. Andreas Klier (ALL, T-Mobile) m.t.
10. Roberto Petito (ITA, Tenax-Salmilano) m.t.
Classement complet

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES