FLASHS

Pros

Une polémique autour d'Olano

Publié le 19/09/2001 10:32

Polémique : un directeur sportif remet en cause le titre de champion du monde d'Abraham Olano en 1995.
Polémique sur la Vuelta. Un directeur sportif remet en cause le titre de champion du monde d'Abraham Olano en 1995.

L'affaire remonte à octobre 1995. Les championnats du monde étaient organisés à Duitama, en Colombie, et l'Espagnol Abraham Olano remportait la course après avoir attaqué dans le dernier tour de circuit. Dans le groupe pousuivant, Miguel Indurain jouait le jeu et empêchait ses compagnons d'échappée de revenir sur Olano. On découvrait ici le jeune Espagnol, vainqueur plus tard des championnats du monde contre-la-montre puis de la Vuelta.

On en serait resté là aujourd'hui si José Maria Perez, directeur sportif de l'équipe Relax-Fuenlabrada, n'avait récemment prétendu à la radio : "C'est une honte qu'un coureur gagne un championnat du monde avec 61 % de taux hématocrite. Maintenant, il est autour des 50 et non seulement il ne grimpe plus, mais il n'a plus aucune qualité contre-la-montre". Avant d'ajouter : "Le budget pharmaceutique de l'équipe ONCE est de 18 millions de francs (2,7 millions d'euros) tandis que le notre est de 80 000 francs (12 000 euros). Quand quelqu'un dans notre équipe achète de l'aspirine, ONCE a les moyens d'en acheter 15 fois plus".

De telles déclarations ont donné à la Vuelta un climat malsain. Et Perez s'est vu accusé de nuisance envers l'équipe ONCE. "Je suis désolé, a-t-il alors déclaré. Je n'ai peut-être pas bien exprimé ce que je voulais dire. Je ne voulais pas donner de noms. Cette tension agit aussi au détriment de mes coureurs, croyez-le. La seule idée que je voulais faire passer était que le cyclisme, Dieu merci, est en train de changer".

Mais le manager de la ONCE, Pablo Anton, a immédiatement réagi : "En cyclisme, on a beaucoup parlé, mais trop ces temps-ci... On essaie de salir le palmarès d'un coureur. Ce n'est pas élégant. Perez a donné des noms et des chiffres. Cela me blesse vis-à-vis d'Olano car c'est un coureur qui fait son travail avec dignité".

José Miguel Echavarri, le directeur sportif de l'équipe iBanesto.com, à laquelle a appartenu Olano, déclarait à son tour : "Je ne peux pas dire quels étaient les taux hématocrites de mes coureurs. Ca relève du domaine des médecins. Tout ce que je sais, c'est que quand Olano et Zülle étaient chez nous, ils couraient normalement, dans la continuité de leurs performances. Les qualités d'Olano et de Zülle sont reconnues. Elles n'ont pas à être discutées. Le seul qui ait été pris est Pantani, le reste est juste spéculation. Il est nécessaire d'être prudent face à de telles déclarations. Cela peut être la source de nombreux dommages".

Cependant, Maximo Perez, le frère de José Maria et manager de l'équipe Relax-Fuenlabrada, a présenté ses excuses à l'équipe ONCE hier. "Je demande pardon à l'équipe ONCE et je respecte des coureurs comme Olano. Mon frère paiera pour ses excès verbaux. Il est assis dans son hôtel, en pleine dépression. Il ne participera pas à la 10ème étape de la Vuelta".

Sur cette polémique, la course continue.

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE