FLASHS

Pros

2005 en 101 brèves

Publié le 01/12/2005 12:14

2005 en 101 brèves : Péraud devient champion d'Europe, Caisse d'Epargne rejoint Balears, fin du cauchemar pour Bouyer.
2005 en 101 brèves : Péraud devient champion d'Europe, la Caisse d'Epargne rejoint Balears, fin du cauchemar pour Bouyer.

La saison 2005, sur Vélo 101, ce fut plus de 2000 articles pour des milliers d'informations diffusées dans les rubriques Elites 1, Elites 2, VTT, Cyclo-cross, Piste et Cyclosport. A l'heure des bilans, nous avons retenu les 101 infos qui ont marqué l'année 2005. Jusqu'au 31 décembre, revivez l'actualité cycliste 2005 en 101 brèves.

Jean-Christophe Péraud, la tête dans les étoiles

Un mois avant les Championnats du Monde de Livigno, les meilleurs pilotes Européens ont rendez-vous sur le circuit boisé de Kluisbergen, en Belgique, pour se disputer le titre européen tout au long d'un parcours de 5,8 kilomètres présentant un dénivelé positif de 205 mètres par tour, et à boucler à sept reprises. Julien Absalon (Bianchi-Agos) fait partie des favoris, mais c'est un autre Français qui fait la course en tête au cours du tour de chauffe. Jean-Christophe Péraud (Lapierre International) s'échappe dès le départ en compagnie du Suédois Fredrik Kessiakoff (Siemens-Cannondale), tenant tête à un peloton d'une vingtaine d'unités. Cette entreprise est suicidaire. Les deux fuyards bouclent le premier tour avec 29 secondes d'avance sur leurs poursuivants puis 54 secondes après deux tours. Julien Absalon prend alors ses responsabilités et se lance à la poursuite du tandem franco-suédois en compagnie de l'Italien Marco Bui (Full Dynamix). Jean-Christophe Péraud ne veut pas voir ses poursuivants revenir et il attaque dans le quatrième tour, lâchant Fredrik Kessiakoff. Il perd du terrain dans le final mais résiste néanmoins pour devenir champion d'Europe avec 30 secondes d'avance sur Julien Absalon et 56 secondes d'avance sur Marco Bui. Le Français Jérôme Chevallier (Gitane-Spectra) se classe 4ème. Quel exploit !

La Caisse d'Epargne se joint aux Illes Balears

Début mars, un nouveau sponsor français décide de s'engager dans le cyclisme. La Caisse d'Epargne rejoint le vélo mais... en Espagne. En effet, elle s'engage en tant que cosponsor des Illes Balears pour les saisons 2005 et 2006, avant de devenir sponsor principal de 2007 à fin 2010. Troisième entité bancaire française, avec plus de 4800 succursales et 26 millions de clients, la Caisse d'Epargne s'associe pour la première fois à une équipe cycliste avec l'objectif de renforcer sa campagne d'expansion et d'élargir ses valeurs de marque. L'engagement du groupe français reflète son ambition d'asseoir son image de large réseau de banque de détail, implanté régionalement, et ouvert au plus grand nombre. Et dès ses débuts sur Paris-Nice, l'écureuil se fait une réputation avec les victoires d'étape de Vicente Reynes à Craponne-sur-Arzon et d'Alejandro Valverde à Nice dans un Paris-Nice que Valverde achève sur la seconde marche du podium.

La fin du cauchemar pour Franck Bouyer

Vainqueur de la Coupe de France 2002 et auteur d'un excellent début de saison en 2004, Franck Bouyer (Bouygues Telecom) ne s'est pas endormi sur ses laurriers depuis son succès dans Paris-Camembert. Il est tout simplement interdit de courir en raison de sa narcolepsie, qui l'oblige pour se soigner à utiliser des médicaments que d'autres emploient pour se doper. L'UCI refuse de lui accorder une justification thérapeutique et, depuis un an, le coureur du Maine-et-Loire se bat pour que ce cauchemar prenne fin. Début mars, il défend son cas devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Malheureusement, le TAS estime que Franck Bouyer n'est pas parvenu à démontrer que l'utilisation de ce médicament, le Modafinil, n'améliorerait pas ses performances, et refuse à son tour de lui accorder cette dérogation. Soutenu et déterminé à ne pas s'incliner ainsi, Franck Bouyer monte un nouveau dossier. Et enfin, fin août, l'Agence Mondiale Antidopage lui accorde l'autorisation de courir à nouveau. Après seize mois d'inactivité forcée et absurde, Franck Bouyer peut faire son grand retour dans les pelotons sur les routes du Tour du Poitou-Charentes. Mais l'UCI revient à la charge en fin d'année en contestant cette décision, s'obstinant à gâcher les rêves du coureur Français.

MAURIENNE TOURISME 3

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 29 août 2020
dimanche 30 août 2020
samedi 05 septembre 2020
dimanche 06 septembre 2020
dimanche 13 septembre 2020
vendredi 18 septembre 2020
samedi 19 septembre 2020
dimanche 20 septembre 2020

VOIR TOUTES LES EPREUVES