FLASHS

Pros

EPO et insuline trouvés sur la CSC-Classic

Publié le 08/05/2002 17:01

Un sac contenant des seringues d'EPO et d'insuline a été retrouvé sur les routes du Grand Prix d'Aarhus, dimanche.
Un sac contenant des seringues d'EPO et d'insuline a été retrouvé sur les routes du Grand Prix d'Aarhus, dimanche.


© CSC Classic
L'Affaire Festina (1998) a été jugée, l'Affaire Lavelot-Sainz (1999) le sera bientôt, le "blitz" du Giro (2001) commence à voir le bout du tunnel. Il fallait donc bien qu'une nouvelle affaire éclate pour donner à nouveau du travail aux légistes, devenus aussi familiers dans le monde du cyclisme que les coureurs, les directeurs sportifs et les soigneurs. Mais si nous nous étions accoutumés ces derniers temps aux procureurs français, italiens ou belges, il faudra maintenant prendre l'habitude de lire des noms danois.

Quelques-uns pour commencer : monsieur et madame Andersen, Bengt Saltin, Jyllands-Posten, Herskind. Mais que signifie donc tout cela ? Venons-en aux faits, rapportés aujourd'hui par nos confrères de Procycling. Nous sommes le dimanche 5 mai, à Herskind, bourgade danoise située à l'ouest d'Aarhus, où se déroule traditionnellement en ce jour le Grand Prix cycliste. Depuis cette année, on ne parle plus de Grand Prix d'Aarhus mais de CSC-Classic. C'est d'ailleurs Laurent Jalabert, chez de file de l'équipe CSC-Tiscali, qui a pris le meilleur au sprint sur ses compagnons d'échappée à l'arrivée.

Le bourdonnement de la course s'éteint donc en cette fin de journée, fraîche mais ensoleillée, et monsieur et madame Andersen profitent des doux rayons du soleil de cette fin de week-end pour promener leur chien. Ils lézardent sur le bord de la route, là-même où se tenait dans la journée le ravitaillement de la CSC-Classic. Les voitures des soigneurs ont disparu, les spectateurs sont rentrés chez eux, certains avec des musettes récupérées dans l'aire de ravitaillement. Et seul un sac plastique déposé dans le fossé rappelle au couple Andersen le brouhaha de l'après-midi.

Un sac plastique ? Non, une armoire à pharmacie !

L'histoire ne dit pas si monsieur Andersen est passionné de cyclisme. Mais toujours est-il que le Danois, intrigué, s'approche du sac et l'ouvre. Surprise ! Ce sac a des allures d'armoire à pharmacie ! Plusieurs boîtes de médicaments y sont entreposées et les rares écritures sont polonaises. Trois seringues figurent également dans le sac. Supporter ou non, le couple Andersen n'est pas sans savoir les problèmes de dopage qui gravitent autour du cyclisme. Prenant le sac avec eux, ils l'emmènent tout de suite au journal Jyllands-Posten, lequel expédie la "pièce à conviction" au comité antidopage de la Fédération Danoise des Sports.

Le premier examen établi par les spécialistes est terrifiant. Le sac contient des pastilles, de la créatine, des acides aminées, des ampoules de glucoses et trois seringues : une d'EPO et deux d'insuline. Effroyable ! Bien entendu, le sac n'est pas signé et il est impossible de déterminer à quelle équipe, si toutefois il provient d'une équipe, il appartient. Dix-huit groupes sportifs étaient au départ : les danois CSC-Tiscali et EDS-Fakta, les néerlandais Bankgiroloterij-Batavus, Van Hemert Groep, Axa-VVZ et Bert Story-Piels, les suisses Phonak, les allemands Team Lamonta, les italiens Mapei-Quick Step Espoirs, les belges Collstrop-Palmans et RDM-Flanders, les slovènes Perutnina-Ptuj-KRKA-Telekom, les polonais Mroz-Supradyn et CCC-Polsat, ainsi que des formations amateurs danoises.

"Il est difficile d'imaginer qu'un coureur venait juste de prendre cela, a immédiatement réagi Bengt Saltin, à la tête de la commission antidopage danoise. Ce sac a probablement été utilisé plusieurs jours avant et ensuite déposé ici. Il n'est cependant pas impossible qu'un coureur ait pu prendre de l'insuline avec du glucose dans la soirée ou le matin. En combinant insuline et glucose, il est possible de doubler la quantité de sucre qui est emmagasinée dans les muscles." Cette nouvelle affaire sera, souhaitons-le, rapidement éclaircie. Le ministre danois de la culture, Brian Mikkelsen, a déjà exprimé son souhait de voir "l'Union Cycliste Danoise et l'Union Cycliste Internationale mener l'enquête".
INSCRIPTION EN LIGNE