FLASHS

Pros

Interview de Florian Morizot (Auber 93)

Publié le 28/10/2006 00:01

Interview de Florian Morizot : "je n'aurais pas progressé de la même manière si j'étais resté une année de plus en Elite 2."
Interview de Florian Morizot (Auber 93) : "je n'aurais pas progressé de la même manière si j'étais resté une année de plus en Elite 2."

A l'issue d'une première année professionnelle sous le maillot d'Auber 93, ponctuée d'un titre de champion de France Espoirs à Ussel, une 2ème place sur le chrono et un excellent Tour de l'Avenir, Florian Morizot a réintégré les terres ingrates du plateau de Langres. En cet endroit parfois venteux et froid, en cette période de l'année, le Casteldrésien trouve le terrain idéal pour cultiver sa résistance. Les routes de la région, où il y croise plus de tracteurs que de peloton cycliste, l'amènent parfois à traverser Maâtz, village de résidence de l'ex-champion de France 1982, Régis Clere. Il ne reste plus au jeune poulain de Stéphane Javalet qu'à élargir son registre pour tenter d'égaler les performances de son glorieux aîné, vainqueur par ailleurs de trois étapes du Tour de France et porteur du maillot amarillo du Tour d'Espagne 1981, neuf jours durant.
Florian, à l'heure des bilans, êtes-vous satisfait de votre première année professionnelle ?
"Somme toute très satisfait de ma première saison chez les pros. J'ai conscience d'avoir progressé dans beaucoup de domaines. Les résultats ont été au rendez-vous avec un titre de champion de France Espoirs en ligne, une non moins belle place de 5 sur une étape très difficile du Tour de l'Ain, et un bon Tour de l'Avenir. Ma progression a été crescendo tout le long de la saison tout en ne négligeant pas le travail collectif au sein du groupe. C'est vrai que les résultats peuvent toujours être meilleurs, mais dans mon cas je regarde plutôt vers le long terme, c'est-à-dire les années à venir. Je franchis en outre désormais la barre des 200 kilomètres avec plus de facilités qu'auparavant. Signe que ma résistance s'est renforcée. Je n'aurais pas progressé de la même manière si j'étais resté une année de plus en Elite 2, j'en ai conscience."

Avez-vous l'impression d'avoir pris du volume ?
"C'est vrai que cette saison chez les pros, passée sans pépins, m'a permis de prendre de la caisse. J'ai accompli des charges de travail beaucoup plus importantes que l'année passée à l'entraînement comme en course. Il faut voir aussi que j'ai parcouru 28000 kilomètres dans la saison contre 20000 l'année passée, d'où une progression logique. Je pense avoir une marge de progression non négligeable. La saison 2007 devrait selon toute logique concrétiser le travail réalisé avec pourquoi pas une première victoire dans une course chez les pros."

Retirez-vous un grand bénéfice d'avoir participé au Tour de l'Avenir ?
"C'est sûr que mon bon Tour de l'Avenir m'a permis d'acquérir une bonne expérience pour le futur. Le fait d'avoir été un équipier qui jouait le général, Julien Mazet, en est sans doute une raison. C'est en effet dans les courses par étapes comme celle-là que le travail d'équipier prend toute son importance. Dans cette belle course par étapes, j'ai bien passé la montagne tout en aidant au maximum Julien. Dans la mesure où je ne suis pas ressorti cramé au final de ces dix jours de course, c'est plutôt encourageant pour l'avenir. J'ai l'espoir de mieux figurer encore dans la prochaine édition."

En somme, vous ne regrettez pas d'avoir signé à Auber 93 ?
"Bien sûr que non. Je pense même que c'est le type de structure idéale pour faire ses premières armes chez les pros. On peut y progresser sans pression. Stéphane Javalet et Stéphane Gaudry font preuve de beaucoup de pédagogie et de soutien lors des moments difficiles traversés parfois par leurs coureurs. C'est très important pour un jeune athlète. A Auber, le coureur en forme peut gagner des courses en obtenant des responsabilités offertes nulle part ailleurs. On peut faire la course devant sans être bridé par je ne sais quelle stratégie nébuleuse. Chacun des coureurs peut, à un moment ou à un autre de la saison, jouer sa carte pour la gagne. C'est ça, la philosophie d'Auber 93."

Une troisième sélection d'affilée pour les Mondiaux après Bardolino et Madrid, mais cette fois sur la route. Un choix personnel ou une autre orientation ?
"J'avais plus ou moins raté mes deux premiers rendez-vous mondiaux sur le chronomètre. A partir de là et au vu de mes résultats d'Ussel et du Tour de l'Avenir, Bernard Bourreau et Patrick Cluzaud ont vu l'utilité à m'aligner sur la route."

Possédez-vous des objectifs particuliers pour la prochaine saison ?
"Je vais essayer de me fixer comme objectif les belles courses par étapes et faire en sorte d'arriver en condition dans ces périodes. J'ai remarqué que chez les pros, il valait mieux frapper fort, deux ou trois fois dans l'année, plutôt qu'être régulier sans résultats probants."

Conservez-vous toujours autant de feeling pour le chronomètre, votre domaine de prédilection à l'origine ?
"Je ne vais pas négliger les chronos. Et pour cela y consacrer une dose de travail aux moments opportuns. J'ai accordé moins d'attention à cette spécialité cette saison que les années précédentes par le fait qu'il y avait assez peu d'exercices chronométrés dans notre programme de course. J'espère être néanmoins au rendez-vous des prochains Championnats de France fin juin 2007."

Avez-vous des dispositions particulières pour les cyclo-cross, auxquels vous participez à l'intersaison ?
"Pas vraiment. Je n'ai pas de prédispositions particulières pour
cette belle discipline. Je m'aligne à certains cyclo-cross pour améliorer mon agilité et travailler l'intensité l'hiver."

Avez-vous déjà eu l'occasion de vous entretenir avec votre glorieux voisin Régis Clère, champion de France professionnel à Bailleul et vainqueur de trois étapes du Tour dans les années 80 ?
"Bien sûr. Régis fait partie des hôtes de la maison. Il lui arrive de manger à la table familiale et de me faire profiter d'anecdotes de son époque. Je serais heureux de compter un jour un palmarès comme le sien."

Propos recueillis par Jean-François Modery le 27 octobre 2006.

Groupama picto-nov18

Instagram Vélo101

Tacx semaine 3et4 nov18

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 09 décembre 2018
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES