FLASHS

Pros

Interview de Maryline Salvetat (Lapierre International)

Publié le 02/12/2005 10:20

Interview de Maryline Salvetat : "Thibaut Vassal et moi, nous ne correspondons plus à l'image que Lapierre veut donner."
Interview de Maryline Salvetat : "Thibaut Vassal et moi, nous ne correspondons plus à l'image que Lapierre veut donner."

Maryline, ta victoire à Athée-sur-Cher, ta première cette saison, doit forcément te réjouir ?
"Le circuit était très beau mais il était plus dur qu'il y a deux ans, à cause du dévers et du passage des planches. C'est le genre de circuit que j'aime bien. Je tenais aussi à me rassurer car mes précédentes épreuves, autant en Coupe du Monde qu'aux Championnats d'Europe, n'ont pas été à la hauteur de mes espérances. J'ai essayé de rectifier le tire à l'entraînement et je commence à avoir de bonnes sensations en cyclo-cross. J'ai peut-être eu du mal à faire la transition entre la fin du Roc d'Azur et la saison de cyclo-cross, où le rythme n'est pas le même. Je commence maintenant à être pas trop mal."

Tu as repoussé Laurence Leboucher de plus d'une minute. T'y attendais-tu ?
"Non, pas du tout. J'ai fait le premier tour à bloc. J'ai vu qu'elle ne suivait pas dans ma roue donc j'ai essayé de creuser l'écart afin de récupérer à certains moments. On va dire que Laurence et moi nous nous valons. Après, ça dépend des circuits. J'ai profité de celui-ci, qui m'allait bien. Maintenant, je préfère le Championnat de France au Challenge National. Un maillot bleu-blanc-rouge, on le porte toute l'année. Le Challenge me permet surtout de voir où j'en suis par rapport à Laurence."

Comment se déroulent tes entraînements ?
"Je m'entraîne quasiment tous les jours. Ca dépend des semaines. Des fois, je fais des journées de repos, d'autres fois je fais deux entraînements matin et soir. Je me partage entre de la technique cyclo-cross, de l'entraînement sur route, des footings, du renforcement musculaire. Un petit peu de tout."

Reçois-tu toujours les conseils de Cyrille Guimard ?
"Jusqu'à l'an dernier oui. Cette année, je dirais que notre collaboration est un peu moins proche mais ses conseils me suivent toujours dans la tête. Il est moins présent que l'an dernier, car je voulais aussi essayer de panacher mon entraînement, faire différemment. Mais je n'oublie pas Cyrille car il m'a donné de très bons enseignements de cyclo-cross."

Comment arrives-tu à concilier ta profession de médecin avec ta passion du cyclisme ?
"Ca, c'est mon gros point fort ! J'ai toujours pratiqué du sport lorsque j'étais à la fac. Maintenant, c'est mon boulot que je concilie avec le sport. J'ai la chance d'avoir un métier où je peux travailler un petit peu comme je veux puisque je suis juste remplaçante. Je n'ai pas mon cabinet personnel. En plus de cette fonction de médecin-remplaçant, je suis médecin-conseil au laboratoire Pierre Fabre. Je suis en train de les aider à élaborer une gamme de produits énergétiques qui devrait sortir en avril-mai. La semaine dernière, j'ai donné des cours de médecine du sport à des pharmaciens. J'interviens aussi auprès de clubs sportifs sur la nutrition, le dopage, la médecine du sport... J'ai une activité variée et ça me plaît vraiment."

Ton contrat avec le Team Lapierre ne sera pas reconduit après 2006, pour quelles raisons ?
"J'ai su le soir du Roc d'Azur (NDLR : épreuve remportée par Maryline Salvetat), que Thibaut et moi, nous ne repartirions pas avec Lapierre. Disons qu'on ne correspond plus à l'image que Monsieur Lapierre veut donner. Jean-Christophe Péraud, Thibaut Vassal et moi, nous avons une image de gens trop bien. Nous formions un team de gens calmes, posés. Or il préfère une image plus fun, en prenant Cécile Rode et Cédric Ravanel. Je suis en contrat avec Lapierre jusqu'en février. J'ai reçu mes nouveaux vélos, qui me vont très bien, mais notre collaboration est terminée. Je suis à la recherche de partenaires et d'un team pour l'an prochain."

Dans l'entourage de Lapierre, on a parlé d'exigences financières trop importantes de votre part à Thibaut et toi ?
"Le problème, c'est qu'entre Thibaut Vassal et moi, nous avions 3000 euros de frais de déplacement pour tous les deux, ce qui n'est pas beaucoup sachant que lui fait les marathons tandis que je dispute les cross-country courts. Au mois de septembre, on avait déjà dépassé le budget. On a quand même dormi une semaine dans la voiture lors des Championnats de France de VTT à Bourg-d'Oisans. On a également dormi dans la voiture pour la Coupe de France Marathon de Montgenèvre, où il neigeait. J'ai dormi dans la voiture sur toutes les Coupes de France. On a aménagé la voiture à cet effet afin de ne pas faire de frais supplémentaires, mais on a dépassé les 3000 euros. On demandait donc un peu plus pour l'an prochain, mais c'est tout. On ne réclamait pas un salaire, nous n'en avons pas chez Lapierre, mais seulement une reconnaissance au vu de notre niveau."

Après tout ce que tu as apporté à Lapierre, cela a du te faire mal ?
"Oui, nous n'avons pas eu la récompense qu'on méritait. J'ai gagné le Roc d'Azur alors que je ne me l'étais pas mis en tête, mais on a quand même eu du mal à venir me féliciter. Il n'y a même pas eu d'apéro juste après, alors que le Roc, c'est quand même une épreuve ! Il y a eu une petite cérémonie le lendemain, nous n'avons même pas été conviés. Ce sont des petites choses qui font mal. Surtout que j'ai apporté un titre de champion de France de cyclo-cross, de champion de France de cross-country marathon, j'ai gagné le Roc, Thibaut a gagné la Coupe de France marathon... Maintenant, on ne s'est pas séparés en mauvais termes. On a juste eu mal de ça le soir du Roc."

Comment s'annonce l'avenir ?
"Thibaut a couru à la Réunion avec Giant. Il est déjà chez Giant. Il n'a pas encore signé mais il a déjà les vélos. Il définira la nature de son contrat plus tard. On est parti avec Giant quand j'ai commencé le VTT il y a trois ans, et l'on repart avec eux. Moi, je ne sais pas trop encore. J'ai des contacts mais on verra. Peut-être que je ferai moins de VTT pour repartir un peu sur la route. Je dois bien avouer qu'il y a eu une grosse déception quand même. Cette histoire m'a vraiment marquée. J'ai eu du mal à me remette dans le rythme du cyclo-cross après le VTT, et de savoir ça trois jours avant la première manche de la Coupe du Monde à Kalmthout, ça m'a fait mal. Jean-Christophe Péraud a lui aussi été très déçu. Il était quand même le leader de Lapierre et on ne lui a pas annoncé que Rode et Ravanel arrivaient dans le team."

C'est la raison pour laquelle tu envisageais d'arrêter ta carrière après la course de Fourmies ?
"Oh oui, à Fourmies, j'étais vraiment au fond du trou. Il y a encore trois semaines, je songeais à m'arrêter après février. Maintenant, c'est bon, je repars. On en a reparlé avec Thibaut et je pense que je vais repartir pour une saison. Et même si je ne suis pas dans un team VTT, je ferai ce que j'ai envie. Si je veux refaire de la route, je referai de la route. J'ai dit non à la nouvelle équipe du Poitou et j'ai des contacts avec les Pruneaux d'Agen, qui me permettraient de faire plus de route, mais je ne sais pas trop encore. J'ai aussi envisagé des choses avec Giant donc je vais voir. Olivier Crouzet, qui gère Giant en France, nous a vraiment aidés après le Roc d'Azur. Nous n'avions plus de vélos et Thibaut devait disputer le Tour de la Réunion et la Mégavalanche. Il a tout reçu avant de partir et a terminé 2ème du Tour de la Réunion et 4ème de la Méga."

Si tu revenais sur la route, quelles seraient tes ambitions ?
"Disputer surtout des courses par étapes. Je me rends compte que plus ça va, plus il faut de la puissance en cyclo-cross. Les parcours deviennent de plus en plus roulants. Je me suis éclatée en VTT mais j'ai perdu un petit peu de puissance alors que les courses par étapes sur route te donnent de la caisse. Et puis, j'aime bien aussi faire plusieurs disciplines. J'ai commencé sur la piste, j'ai fait de la route, du cyclo-cross, du VTT. Et quand je sens que j'ai fait le tour de la question d'une discipline, je m'en vais à une autre ou je reviens. Je n'aime pas m'endormir dans une seule discipline, et j'aime bien déranger les gens. Je suis anti-conformiste. J'arrive parfois là où on ne m'attend pas, et c'est le mieux !"

Propos recueillis à Athée-sur-Cher le 27 novembre 2005.

MAURIENNE TOURISME 3

OISANS TOURISME

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 08 août 2020
dimanche 09 août 2020
samedi 29 août 2020
dimanche 13 septembre 2020
vendredi 18 septembre 2020
samedi 19 septembre 2020
dimanche 20 septembre 2020
dimanche 27 septembre 2020

VOIR TOUTES LES EPREUVES