FLASHS

Pros

Portrait du vainqueur de la 3ème étape : Jean-Patrick Nazon

Publié le 06/07/2004 19:56

Le portrait du vainqueur du jour : Jean-Patrick Nazon, lauréat de la 3ème étape du Tour de France à Wasquehal.
Vélo 101 vous dresse, chaque soir, le portrait du vainqueur du jour. Aujourd'hui, Jean-Patrick Nazon, lauréat de la 3ème étape à Wasquehal.

Doué d'une des meilleures pointes de vitesse française, Jean-Patrick passe le cap du professionnalisme dès l'âge de 20 ans. En fait, il participe au début de l'aventure Française des Jeux (1997). Né le 18 janvier 1977 à Epinal et licencié au VC Remirmont, le cadet des Nazon est donc immergé très tôt. Les Madiot souhaitent le couver et le faire venir à maturité progressivement. Bien conscients qu'ils étaient du talent du Vosgien. Jean-Patrick trouve naturellement ses premiers succès sur ses routes lorraines : en 1998, il remporte deux étapes du Circuit des Mines (Saint-Avold puis Hayange). Il réussit de même une belle performance sur Paris-Tours : 10ème sur l'avenue de Grammont.

1999 est plus terne. Jean-Patrick échoue à Beaume de Venise lors du Critérium International, battu par Stéphane Barthe. Sa saison sera transparente.
De plus, Jimmy Casper vient d'exploser en Allemagne. Il commence à y avoir pléiade de sprinters à la FDJ. Son frère Damien part rejoindre Jean-René Bernaudeau chez Bonjour. JPN reste fidèle au maillot au trèfle. Le début 2000 lui donne raison. En février, il aligne à deux reprises Jaan Kirsipuu lors de l'Etoile de Bessèges (à Miramas et la Grand Combe). Il enchaîne avec un début de mois de mai du tonnerre : victoire aux Quatre Jours de Dunkerque (3ème étape, Boulogne-Béthune) puis sur le Tour de l'Oise. Ce tronçon "éclair" Soissons-Verneuil, 94 km, sera couvert en à peine deux heures.

L'année suivante, sa défaite sur Paris-Nice le freine quelque peu. A Villeneuve-lès-Avignon, la grosse machine Mercury, en pleine bourre, propulse Jans Koerts. JPN ne peut faire que deux. Le spinalien encaisse d'autant plus mal qu'une nouvelle fois, on ne lui offre pas sa chance de participer au Tour de France. Alors ce sera le Tour de France des espoirs : le Tour de l'Avenir. Jean Patrick s'impose à Orgères-en-Beauce et endosse... le Maillot Jaune. Il le conservera trois jours. Nazon obtient enfin son succès dans le Critérium International. La traditionnelle étape en ligne se termine à Charleville-Mézières en légère montée. Un sprint pour costaud. Jean-Patrick ne se rate pas. Angelo Furlan est battu dans le rush final. De nouveau, il fait impression dans le Nord et s'offre Jan Svorada à Douvrin sur les Quatre Jours de Dunkerque.

Mais quelque chose semble cassé entre Jean-Patrick et la FDJeux.com. On ne lui fait pas confiance. On mise sur Casper et les Australiens McGee et Cooke lors des finishs. Le petit Nazon se sent délaissé. De fausses rumeurs en incompréhension, Jean-Patrick éprouve des difficultés à trouver un nouvel employeur. Finalement, c'est de Lyon et de Jean Delatour que le soutien arrive. En ce début 2003, les potes d'Halgand n'ont qu'une mission : obtenir la wild-card pour le Tour. Rien ne veut rentrer. Patrice ne peut placer son terrible punch et Laurent Lefèvre vise plus tard au printemps. Une grippe prive Jean-Patrick de Paris-Nice. La chance finit tout de même par sourire aux audacieux.

En Romandie, c'est le talentueux Ukrainien Krivtsov qui sonne la charge à Lucens. La machine est lancée. Aux Quatre Jours de Dunkerque, Fred Finot marque d'entrée. Jean-Patrick a retrouvé ses quadrilles. L'équipe se met à sa disposition le long de la jetée de la Mer du Nord à Dunkerque. Ce dimanche, Jean Patrick distance Mitlushenko et Kirsipuu. Les hommes de Jonrond seront bel et bien au départ de Paris le 5 juillet. Le fête se perpétue jusqu'au Portugal, où les Jean Delatour réussissent un peu commun numéro. Du 28 mai au 1er juin, les "diamantés roses" remportent 4 des 6 étapes du Tour d'Alentejo. Jean-Patrick gagne à Mourao, puis Beja. Il allait être, enfin, sur le Tour... et avec des ambitions légitimes. Lundi, il ne lui manqua qu'une dizaine de mètres. A Sedan, devant sa femme et son enfant, JPN s'en voulait. Ce mardi 8 juillet 2003 à 17 heures passées, son équipe a cravaché toute la journée sur les sprints intermédiaires : le véloce Vosgien produit un ultime effort pour... ne pas craquer sur le podium. Il est Maillot Jaune du Tour. Bien sûr, il le perd rapidement au terme du CLM par équipes, qu'importe. Jean-Patrick se fait oublier pendant la montagne pour mieux ressurgir. Du grand, de l'impensable moment. Sur les pavés parisiens, Nazon nous sort un déboulé royal. Lui ne le croit pas. Il s'impose en maître sur les Champs Elysées à la barbe des Aussies Cooke et Mc Ewen. Image sublissime que celle des deux frères Nazon, les yeux humides, enlacés au milieu de la plus belle avenue du monde. Evidemment Jean-Patrick durant ces trois semaines a multiplié les contacts. Il choisit de cotoyer Kirsipuu et intègre l'équipe de Vincent Lavenu, l'AG2R prévoyance.

Cette saison, placé très tôt au Qatar, Jean-Patrick dégôte l'ouverture sur l'une de ses courses fétiches, le Critérium International. Pourtant encore un peu juste, il établit une incroyable série de trois places de deux lors des Quatre Jours de Dunkerque. Mais peut être pour la première fois de sa carrière, Jean-Patrick a le soutien et la confiance de son équipe en vue du Tour. L'AG2R voltige dans les déboulés depuis Liège. JPN et Jaan bousculent les autres sprinters à Charleroi et c'est l'Estonien qui lève les bras. Quarante-huit heures plus tard, le Spinalien prenait le relais.

AVIGNON TOURISME

BIKE SHOW EVENTS

LABORATOIRE FENIOUX
INSCRIPTION EN LIGNE