FLASHS

Pros

2005 en 101 brèves

Publié le 09/12/2005 00:18

2005 en 101 brèves : Di Luca double dans les Ardennes, Ribeiro inapte au Giro, Mario Cipollini annonce son retrait.
2005 en 101 brèves : Danilo Di Luca double dans les Ardennes, Nuno Ribeiro inapte au Giro, Mario Cipollini annonce son retrait.

La saison 2005, sur Vélo 101, ce fut plus de 2000 articles pour des milliers d'informations diffusées dans les rubriques Elites 1, Elites 2, VTT, Cyclo-cross, Piste et Cyclosport. A l'heure des bilans, nous avons retenu les 101 infos qui ont marqué l'année 2005. Jusqu'au 31 décembre, revivez l'actualité cycliste 2005 en 101 brèves.

Danilo Di Luca presque aussi bien que Davide Rebellin

En 2004, Davide Rebellin était entré dans l'Histoire pour avoir triplé Amstel Gold Race, Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, un exploit inédit dans les trois classiques ardennaises. En 2005, Danilo Di Luca (Liquigas-Bianchi) n'est pas loin de lui succéder. L'Italien a réalisé un excellent début de saison et il se terre au sein du peloton au cours de l'Amstel Gold Race. La grande bagarre tarde à se déclencher et, à trop attendre, c'est un peloton groupé qui se présente au pied du Cauberg, au sommet duquel est jugée l'arrivée. Le sprint se fait en côte sur le dernier kilomètre et Danilo Di Luca surgit pour devancer Michael Boogerd et Mirko Celestino. Une belle victoire mais la classique aura manqué d'intérêt. Di Luca pense surtout à Liège-Bastogne-Liège, la course de ses rêves. Dans la foulée de sa victoire dans l'Amstel, il se présente au départ de la Flèche Wallonne. Là encore, les favoris se guettent et c'est au sprint qu'un large peloton aborde le Mur de Huy. A ce jeu, Danilo Di Luca est imprenable. Il distance Kim Kirchen et Davide Rebellin pour s'offrir en quatre jours deux des grandes classiques ardennaises. Il manquera néanmoins le coche sur la plus belle, Liège-Bastogne-Liège, beaucoup plus animée que les précédentes. Danilo Di Luca s'y classera en 27ème position.

Un nouveau contrôle hors-norme au départ du Giro

Encore une fois, la visite médicale pratiquée par tous les coureurs au départ des grands tours met en avant des lacunes chez un concurrent. Le Portugais Nuno Ribeiro (Liberty Seguros-Würth) est interdit de départ au Giro pour avoir présenté un taux hématocrite supérieur à la norme fixée à 50 %. Agé de 27 ans, le Portugais est ainsi exclu aux portes de son premier grand tour. Isolé au Portugal depuis ses débuts chez les pros en 2000, Nuno Ribeiro a rejoint la Liberty Seguros à l'entame de la saison 2005. Malheureusement, son taux hématocrite de 52 % oblige la formation espagnole à s'en séparer et à démarrer le Giro avec huit coureurs au lieu de neuf. Licencié, Ribeiro n'est toutefois pas abandonné par Manolo Saiz. Une fois purgée sa mise à pied de quinze jours, l'ancien vainqueur du Tour du Portugal retrouve du service au sein de l'équipe lusitanienne LA Pecol-Liberty Seguros. Aucun produit dopant n'ayant été retrouvé dans ses échantillons, Nuno Ribeiro peut en effet reprendre sa carrière là où il l'avait laissée, à l'échelon inférieur toutefois.

Mario Cipollini quitte le peloton au sprint

Le 26 avril au soir, l'équipe Liquigas-Bianchi annonce dans un communiqué que Mario Cipollini met un point final à sa carrière sans préavis. A 38 ans, l'ancien champion du monde a fait l'année de trop et il décide de tout stopper tant qu'il en est encore temps, plutôt que d'errer dans les pelotons. Tout de même lauréat d'une étape du Tour du Qatar et du Tour de Lucques en début de saison, Mario Cipollini n'a plus la condition pour continuer et il annonce son retrait une semaine avant le départ du Giro. "C'est une décision douloureuse mais honnête, déclare Cipollini avant de recevoir la presse quelques jours plus tard. Peut-être qu'un viel homme comme moi, qui a donné beaucoup au cyclisme et a également beacoup reçu, doit maintenant reconnaître que c'est le bon moment pour arrêter." Abattu par son échec dans Milan-San Remo, une classique qu'il s'était adjugé au cours de son année-reine en 2002, Mario Cipollini avoue ne plus être celui qu'il voudrait être. Le beau Mario se retire ainsi en pleine saison, fort de 160 victoires en 17 années, dont 42 étapes du Giro, 12 étapes du Tour de France, un Championnat du Monde, trois Gand-Wevelgem et un Championnat d'Italie.