FLASHS

Pros

Cholet-Pays-de-Loire : Casper bourreau de Bouyer

Publié le 24/03/2002 20:06

Jimmy Casper offre à son équipe la victoire dans Cholet-Pays-de-Loire devant le régional Franck Bouyer.
Jimmy Casper offre à son équipe la victoire dans Cholet-Pays-de-Loire devant le régional Franck Bouyer.

Au lendemain d’un Milan-San Remo tout de même assez décevant, les spectateurs choletais n’avaient rien à envier aux italiens. Depuis 1978, ils possédaient aussi leur Primavera, plus connue dans le coin sous le nom de "Primavera des Mauges" ou encore de Cholet-Pays-de-Loire. La course, avec les années, a pris une réelle ampleur. Le public vient en masse (150 000 personnes) pour assister à un spectacle toujours garanti autour de la ville la plus sportive des Pays-de-la-Loire.

Cholet-Pays-de-Loire est passé à l’échelon supérieur depuis le triplé historique de Jaan Kirsipuu, puis les victoires de Jens Voigt et de Florent Brard. Mais pour Franck Bouyer (Bonjour),
originaire de Beaupréau, au km 41 de l’épreuve, Cholet-Pays-de-Loire a toujours constitué l’événement majeur de sa carrière. Chaque année à la même période, son directeur sportif lui fournit le dossard de leader. Chaque année aussi, la pression monte quand approche la course de ses rêves.

Franck Bouyer n’était cependant pas le seul à être nerveux aujourd’hui. Un bon nombre de ses collègues souhaitaient se faire voir d’entrée. Dès la sortie de Cholet, au 10ème kilomètre d’une course qui en comptait 201, neuf coureurs prenaient la fuite : Pierrick Fédrigo (Crédit Agricole), Franck Rénier (Bonjour), Sandy Casar (La Française des Jeux), Jan Kuyckx (Vlaanderen 2002), Stéphane Bergès (Ag2r Prévoyance), Patrice Halgand (Jean Delatour), Sergio Villamil (Relax-Fuenlabrada), Xavier Jan (BigMat-Auber 93) et René Jorgensen (Team Fakta).

Ces neuf gaillards animaient la course au cours de la première heure, parcourue à près de 46 km/h, une moyenne favorisée par un vent arrière. Mais leur échappée était vouée à l’échec et tout se regroupait au 46ème kilomètre. Les coureurs abordaient les premières côtes de la journée : dix d’entre elles avaient été retenues pour le "challenge des dix bosses", un classement du meilleur grimpeur, mais s’il avait fallu tenir compte de toutes les côtes du parcours, le challenge aurait certainement comporté le double de bosses.

C’est d’ailleurs dans l’une d’entre elles, la sixième de la journée, que se dessinait l’échappée du jour. A 115 km de l’arrivée, Frédéric Finot (Jean Delatour) accélérait violemment, seulement suivi par Philippe Gaumont (Cofidis). Les deux rouleurs allaient unir leurs efforts pour compter jusqu’à 5’10" d’avance sur le peloton, à 60 km du but.

Le peloton, lui, ne s’affolait pas. Franck Bouyer restait nerveux mais gardait espoir. Il se sentait fort. D’ailleurs, son copain Jimmy Casper (La Française des Jeux) le lui avait fait remarquer quelques minutes plus tôt. "Tu marches fort, Franck, lui avait glissé Jimmy en cours de route. Je crois bien que je ne t’ai jamais vu aussi bien sur une course. J’espère que tu vas gagner… tant que ce n’est pas devant moi". Franck avait souri, Jimmy aussi. Le peloton entrait dans Cholet pour quatre tours d’un circuit de cinq kilomètres.

A l'avant, Frédéric Finot s’était débarrassé de son compagnon d’échappée à 50 km de l’arrivée. Il entrait en tête sur le circuit final, le peloton à ses trousses. Frédéric Finot, la rage au ventre, relançait désespérément, espérant de tout coeur que le peloton baisserait les bras. Mais ce ne fut pas le cas. Emmené par les coureurs de la Française des Jeux, le peloton avalait Frédéric Finot, échappé depuis 110 km, à quatre kilomètres de l’arrivée.

Aussitôt, Franck Bouyer contre-attaquait. Il emmenait avec lui sept coureurs, dont Laurent Brochard (Jean Delatour), Serge Baguet (Lotto-Adecco) et… Jimmy Casper. "Franck Bouyer a fait l’effort, racontait Casper à l’arrivée. Baguet l’a suivi et je me suis mêlé au groupe en dernier". La bonne échappée était née à quatre kilomètres du but.

Les huit de tête préservaient un maigre avantage sur le peloton dans le dernier tour, ce qui leur permettait de se disputer la victoire au sprint. A ce jeu, Franck Bouyer se sentait pousser des ailes. Il lançait le sprint de loin dans la côte d’arrivée, longue de 300 mètres pour un dénivelé de 6 %. Mais Jimmy Casper, pourtant pas adepte des arrivées en côte, se dressait sur ses pédales et prenait un mètre d’avance à Franck Bouyer.

La ligne tout juste franchie, Casper attrapait un téléphone portable tendu par son manager Marc Madiot et appelait Carine, son amie. "J’ai gagné", hurlait-il dans le combiné. Puis il se ruait dans les bras de ses copains de la Française des Jeux, conscients d’avoir une nouvelle fois marqué des points en vue du Tour de France. Frédéric Finot et Franck Bouyer ne cachaient pas leur déception. Mais eux aussi s’étaient faits voir sur la "Primavera des Mauges".

Classement :

1. Jimmy Casper (FRA, La Française des Jeux) les 201 km en 4h55’23’’ (40,8 km/h)
2. Franck Bouyer (FRA, Bonjour) m.t.
3. Wim Vansevenant (BEL, Collstrop-Palmans) m.t.
4. Chris Peers (BEL, Cofidis) m.t.
5. Bjorn Leukemans (BEL, Collstrop-Palmans) m.t.
6. Serge Baguet (BEL, Lotto-Adecco) m.t.
7. Laurent Brochard (FRA, Jean Delatour) à 4 sec.
8. Mickaël Pichon (FRA, Bonjour) à 8 sec.
9. Ludovic Capelle (BEL, Ag2r Prévoyance) à 10 sec.
10. Stéphane Heulot (FRA, BigMat-Auber 93) à 13 sec.