FLASHS

Pros

Giro # 10 : quand le lion dort, le kangourou danse

Publié le 22/05/2002 17:43

L'Australien Robbie McEwen s'impose très nettement dans la 10ème étape du Giro. Jens Heppner reste Maillot Rose.
L'Australien Robbie McEwen s'impose très nettement dans la 10ème étape du Giro. Jens Heppner reste Maillot Rose.


© Giro d'Italia
Nous l'écrivons tous les jours, mais le Giro vit vraiment des heures douloureuses. Après la disqualification du Maillot Rose Marco Pantani à la veille de l'arrivée en 1999, le "blitz" du Giro en 2001, l'atmosphère n'est guère meilleure cette année avec de nouvelles affaires de dopage, certaines judiciaires, d'autres seulement sportives, mais qui empêchent la course d'évoluer convenablement. Après l'exclusion de Stefano Garzelli (Mapei-Quick Step), dont le contrôle positif a été confirmé hier soir par la contre-
expertise, le Giro pensait enfin pouvoir retrouver son calme.

Mais tout n'était qu'illusion. Un peu comme en 1998 sur le Tour de France, lorsque l'équipe Festina avait été exclue au bout d'une semaine de course et que le peloton pensait pouvoir se concentrer sur le Tour... avant que de nouvelles affaires n'éclatent sur la course. Sur le Giro, hier soir, à l'instant même où Stefano Garzelli faisait ses bagages et rentrait chez lui, le vainqueur sortant de l'épreuve Gilberto Simoni (Saeco-Longoni Sport) apprenait sa positivité à la cocaïne lors d'un contrôle effectué avant le Tour du Trentin, le 24 avril dernier.

Si l'Italien se défendait en mettant ce contrôle positif sur le compte de soins dentaires effectués le même jour, l'Union Cycliste Internationale autorisait le coureur à poursuivre sa route, avec l'hypothèse que la cocaïne n'avait plus d'effet sur lui à l'heure actuelle. Néanmoins, une contre-expertise était là aussi demandée par Gilberto Simoni. Mais cela n'arrangeait pas le climat de la course et l'on attendait maintenant de savoir si la Fédération Cycliste Italienne chercherait à entendre Simoni avant la fin du Giro, supprimant un nouveau favori à la "course rose".

Finalement, on se demandait si Marco Pantani (Mercatone Uno) n'allait pas resurgir du fin-fond des classements pour rivaliser avec Franceco Casagrande (Fassa Bortolo), plus que jamais le grand favori de l'épreuve. A moins que Jens Heppner (Telekom), Maillot Rose depuis samedi et si bien entouré par son équipe ne décide de jouer sa carte personnelle jusqu'au bout... C'est bien l'impression que les Telekom donnaient aujourd'hui en emmenant le peloton tout du long de cette courte étape Maddaloni-Benevento (118 km).

Robbie McEwen vainqueur... en l'absence de Mario Cipollini

La 10ème étape du Giro était la plus courte, la plus chaude également depuis le départ de la course. Trois petites ascensions étaient au programme, à la veille de la première grande étape de montagne, et les Telekom dissuadaient toute tentative d'échappée. Bien sûr, il y en eut, mais aucune ne demeura en tête plus de deux kilomètres. Cela faisait bien les affaires des sprinters. Pas celles de Mario Cipollini (Acqua e Sapone), qui avait retrouvé la veille son Maillot Cyclamen de leader du classement par points, ni celles d'Ivan Quaranta (Index-Alexia Alluminio), lâché dans les difficultés. Car le final était composé d'un circuit de six kilomètres à couvrir trois fois.

Le circuit urbain de Benevento n'était pas facile à négocier. De nombreux virages serrés y étaient dessinés et les petits pavés d'une dernière ligne droite en léger faux-plat allaient à l'encontre des desseins de Mario Cipollini. Le Toscan laissait à Giovanni Lombardi (Acqua e Sapone) le soin de faire briller son équipe dans le final, mais l'habituel poisson-pilote du "Roi Lion" se heurtait à l'autre grand sprinter de ce Giro, l'Australien Robbie McEwen (Lotto-Adecco). Costaud, le champion d'Australie remontait à 200 mètres de l'arrivée le Tchèque Milan Kadlec (Lampre-Daikin), qui échouait après avoir tenté le coup du kilomètre.

McEwen impressionnait ses adversaires et prenait le temps, 50 mètres avant la ligne, de se relever, se retourner pour juger des dégâts et lever les bras pour la photo, chose qu'il n'avait pas eu l'honneur de faire à Strasbourg, où son sprint victorieux face à Cipollini avait demandé une photo-finsih. Cette fois, c'était net. Net comme la domination de Jens Heppner, toujours Maillot Rose. Mais l'Allemand parviendra-t-il à résister aux grimpeurs italiens demain, dans la première grande étape de montagne du Giro avec arrivée en altitude ?

Classement 10ème étape :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Adecco) les 118 km en 2h57'24" (39,9 km/h)
2. Fabrizio Guidi (IA, Team Coast) m.t.
3. Giovanni Lombardi (ITA, Acqua e Sapone) m.t.
4. Mykhaylo Khalilov (UKR, Colombia-Selle Italia) m.t.
5. Massimo Strazzer (ITA, Phonak) m.t.
6. Cristian Moreni (ITA, Alessio) m.t.
7. Mariano Piccoli (ITA, Lampre-Daikin) m.t.
8. Uros Murn (SLO, Mobilveta) m.t.
9. Yaroslav Popovych (UKR, Landbouwkrediet-Colnago) m.t.
10. Davide Rebellin (ITA, Gerolsteiner) m.t.

Classement général :

1. Jens Heppner (ALL, Telekom) en 48h49’48"
2. Yaroslav Popovych (UKR, Landbouwkrediet-Colnago) à 3’50"
3. Eddy Mazzoleni (ITA, Tacconi Sport) à 3’57"
4. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) à 4’08"
5. Angel Vicioso (ESP, Kelme-Costa Blanca) à 4’09"
6. Paolo Savoldelli (ITA, Index-Alexia Alluminio) à 4’27"
7. Gilberto Simoni (ITA, Saeco-Longoni Sport) à 4’29"
8. Wladimir Belli (ITA, Fassa Bortolo) à 4’39"
9. Pietro Caucchioli (ITA, Alessio) à 4’41"
10. Juan-Carlos Dominguez (ESP, Phonak) à 4’43"

Classement par points :

1. Massimo Strazzer (ITA, Phonak) 107 pts
2. Fabrizio Guidi (ITA, Team Coast) 104 pts
3. Mario Cipollini (ITA, Acqua e Sapone) 103 pts

Classement de la montagne :

1. Ruggero Marzoli (ITA, Mobilvetta) 12 pts
2. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) 10 pts
3. José-Joaquim Castelblanco (COL, Colombia-Selle Italie) 8 pts
INSCRIPTION EN LIGNE