FLASHS

Pros

Giro # 8 : les sprinters font le spectacle

Publié le 20/05/2002 17:22

Après une échappée de sprinters, la 8ème étape du Giro revient à Aitor Gonzalez. Heppner garde le Maillot Rose.
Après une échappée de sprinters, la 8ème étape du Giro revient à Aitor Gonzalez. Heppner garde le Maillot Rose.

Après le scandale, les injures et l'atmosphère pesante du Giro ces derniers jours, la 8ème étape de l'épreuve nous a permis de souffler un peu et de penser davantage à la course, si belle, que nous offrent les coureurs depuis le départ. Bien sûr, les conversations ce matin, au départ de Capannori, tournaient toujours un peu autour de l'affaire Stefano Garzelli (Mapei-Quick Step), qui devrait être éclaircie demain mardi par le laboratoire de Lausanne, qui communiquera les résultats de la contre-expertise dans la soirée. Mais on parlait aussi de sport. On évoquait l'abandon de Paolo Bettini (Mapei-Quick Step), obligé de laisser le Giro des suites d'une déchirure au mollet gauche.

On discutait aussi de ce Maillot Rose, l'Allemand Jens Heppner (Telekom), un vieil équipier de 37 ans qui découvre pour la première fois les allégresses d'un leader d'un grand tour. Avec ce sourire qui ne le quitte plus depuis qu'il a enfilé le Maillot Rose, samedi à Varazze, l'Allemand faisait remarquer que "c'est le plus beau trophée de ma carrière. J'ai beaucoup travaillé pour les autres. Mais, comme nous sommes venus sur ce Giro sans Erik Zabel, nous avons davantage de possibilités de manoeuvre. J'espère garder le Maillot Rose encore deux ou trois jours. Peut-être jusqu'à la prochaine arrivée en altitude, jeudi, à Campitello Matese."

Le sourire d'Heppner était communicatif et se lisait bientôt sur les lèvres des suiveurs. Pourtant, rien ne prêtait à sourire au départ de cette étape Capannori-Orvieto, la plus longue du Giro 2002 avec ses 237 km. Malgré le beau temps revenu, personne dans le peloton n'était véritablement impatient d'en découdre avec cette longue étape. C'est ainsi que le peloton partait doucement, les coureurs discutant les uns entre les autres sans se méfier des dangers de la route. Et c'est de cette manière que trois espagnols se retrouvèrent à terre : Isaac Galvez (Kelme-Costa Blanca), Manuel Calvente (CSC-Tiscali) mais surtout Santiago Perez (Kelme-Costa Blanca), révélation du dernier Tour de Romandie et 10ème du classement général avant cette douloureuse chute l'obligeant à quitter la course en ambulance.

La bonne blague du jour : trois sprinters s'échappent pendant 170 km

Malgré cet incident ennuyeux pour le jeune Espagnol (on reparlera de lui, soyez-en certains), le peloton poursuivait sa route. On riait aux éclats, certains se rappelant la belle histoire belge écrite par Rik Verbugghe (Lotto-Adecco) la veille. Toutefois, en cette 8ème étape, la bonne blague du jour n'était pas belge mais italienne. Après 67 km de course, trois coureurs italiens s'échappaient : Alessandro Petacchi (Fassa Bortolo), Fabrizio Guidi (Team Coast) et Massimo Strazzer (Phonak). Trois coureurs connus pour leurs qualités de... sprinter.

L'échappée était insolite et le peloton la laissait filer. Trois sprinters échappés, voilà qui allait faire oublier les contrariétés des derniers jours ! Les Telekom d'Heppner accordaient donc 5'55" d'avance à Petacchi, Guidi et Strazzer, lesquels découvraient en quelque sorte les sensations d'un coureur échappé, contre lesquels ils roulent habituellement pour disputer l'arrivée au sprint. Les échappés se débrouillaient plutôt bien et gardaient cinq minutes d'avantage sur le peloton pendant plusieurs kilomètres. Petacchi, Guidi et Strazzer franchissaient en tête la côte du jour, puis l'Intergiro, où Massimo Strazzer consolidait son Maillot Bleu de leader et s’appropriait le Maillot Cyclamen du leader du classement par points. Mais sur la fin, les Telekom, puis les Rabobank et les Lampre-Daikin réduisaient l'écart pour finalement se rapprocher des hommes de tête.

A 30 km d'Orvieto, Fabrizio Guidi décidait donc de lâcher ses compagnons d'échappée par un démarrage explosif et auquel ni Petacchi ni Strazzer ne cherchaient à répondre. Fabrizio Guidi jouait les échappés solitaires pendant plusieurs kilomètres, comptant encore 2'10" d'avance à 10 km d'Orvieto. Mais son avance se réduisait considérablement et il coinçait dans la côte d'arrivée, longue de 3,4 km.

Avant de se relever, Guidi levait les bras avec amertume. Il était ensuite avalé par le peloton, duquel se détachait naturellement un groupe d'une quarantaine de coureurs. Les trois derniers kilomètres étaient rapidement escaladés et l'on assistait à trois attaques successives : Yaroslav Popovych (Landbouwkrediet-Colnago), Franco Pelizotti (Alessio) et finalement Aitor Gonzalez (Kelme-Costa Blanca). L'Espagnol conservait cent mètres d'avance sur le peloton et parvenait au sommet quatre secondes avant le groupe des favoris, dédiant sa victoire à son malheureux coéquipier Santiago Perez. Jens Heppner, non inquiété aujourd'hui, conservait le Maillot Rose avant la 9ème étape, Tivoli-Caserta (208 km).

Classement 8ème étape :
1. Aitor Gonzalez (ESP, Kelme-Costa Blanca) les 237 km en 5h47’54" (41,9 km/h)
2. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) à 4 sec.
3. Gilberto Simoni (ITA, Saeco-Longoni Sport) m.t.
4. Juan-Manuel Garate (ESP, Lampre-Daikin ) m.t.
5. Cristian Moreni (ITA, Alessio) m.t.
6. Ruggero Marzoli (ITA, Mobilvetta) m.t.
7. Eddy Mazzoleni (ITA, Tacconi Sport) m.t.
8. Davide Rebellin (ITA, Gerolsteiner) m.t.
9. Michael Boogerd (HOL, Rabobank ) m.t.
10. Paolo Savoldelli (ITA, Index-Alexia Alluminio) m.t.

Classement général :

1. Jens Heppner (ALL, Telekom) en 41h13’28"
2. Stefano Garzelli (ITA, Mapei-Quick Step) à 3’33"
3. Yaroslav Popovych (UKR, Landbouwkrediet-Colnago) à 3’43"
4. Eddy Mazzoleni (ITA, Tacconi Sport) à 3’57"
5. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) à 4’08"
6. Pietro Caucchioli (ITA, Alessio) m.t.
7. Angel Vicioso (ESP, Kelme-Costa Blanca) à 4’09"
8. Paolo Savoldelli (ITA, Index-Alexia Alluminio) à 4’27"
9. Gilberto Simoni (ITA, Saeco-Longoni Sport) à 4’29"
10. Wladimir Belli (ITA, Fassa Bortolo) à 4’39"

Classement par points :

1. Massimo Strazzer (ITA, Phonak) 81 pts
2. Mario Cipollini (ITA, Acqua e Sapone) 78 pts
3. Fabrizio Guidi (ITA, Team Coast) 62 pts

Classement de la montagne :

1. Stefano Garzelli (ITA, Mapei-Quick Step) 19 pts
2. Francesco Casagrande (ITA, Fassa Bortolo) 10 pts
3. Ruggero Marzoli (ITA, Mobilvetta) 9 pts
INSCRIPTION EN LIGNE