FLASHS

Pros

Interview de Christophe Kern (Bouygues Telecom)

Publié le 06/01/2006 11:52

Interview de Christophe Kern : "j'espère qu'après Thomas Voeckler et Anthony Geslin, d'autres vont suivre l'exemple."
Interview de Christophe Kern : "j'espère qu'après Thomas Voeckler et Anthony Geslin, d'autres vont suivre l'exemple."

Professionnel depuis 2003, Christophe Kern (Bouygues Telecom) compte deux victoires à son palmarès : le GP Dhaenens en 2003 et une étape du Tour de l'Avenir en 2004. Coureur talentueux, l'Alsacien a bien failli finir son premier gand tour, la Vuelta 2005, dans les vingt-cinq premiers du classement général. Malheureusement, un refroidissement l'a contraint à l'abandon aux portes de Madrid. Il revient avec nous sur sa saison 2005 et nous présente ses perspectives pour l'année 2006. Notez par ailleurs que Christophe Kern possède depuis un mois son site Internet : www.christophe-kern.fr.
Christophe, le premier stage de l'équipe Bouygues Telecom s'est déroulé mi-décembre. Comment ont-été accueillis les nouveaux ?
"Tous ont été bien accueillis ! Je l'espère en tout cas. Personnellement, j'ai fait chambré avec Xavier Florencio et malgré une communication difficile, puisqu'il ne parlait pas encore trop le français, ça s'est très bien passé. Il est très sympa et content d'être chez Bouygues Telecom, comme tous les autres d'ailleurs. En tout cas, bienvenue à tous et bonne saison !"

Pensez-vous que le fonctionnement de l'équipe à partir du vivier Vendée U est un frein à l'intégration de jeunes coureurs, notamment étrangers ?
"C'est vrai que jusqu'à présent, Jean-René Bernaudeau ne prenait de jeunes néo-pros que s'ils étaient passés par son vivier amateur qu'est le Vendée U. Cela obligeait le coureur qui voulait passer dans son équipe pro à d'abord passer par la case Vendée U. Ca vient de changer cette année avec l'arrivée de Stef Clement, de la Rabobank Espoirs. Je pense que c'est une bonne chose car cela va nous permettre de progresser en découvrant d'autres cultures du vélo... Après, il faudra dans les années à venir trouver le bon compromis entre les nouveaux talents du Vendée U et les étrangers motivés par une venue dans l'équipe."

L'accent semble mis par Jean-René Bernaudeau sur les aspects bio-mécaniques. Comment cela se matérialise-t-il ?
"Cela va se traduire par un passage en soufflerie lors du stage de janvier et ce pour améliorer notre position de contre-la-montre. C'est une très bonne chose et j'espère qu'on trouvera les ajustements à faire pour gagner encore quelques secondes !"

Cet aspect des choses a-t-il été négligé depuis vos débuts ?
"C'est sûr que ce sont des détails importants qu'il fallait travailler. Tous les coureurs sont très intéressés et vont dans ce sens. Time nous a fait un superbe cadre de contre-la-montre l'année dernière et il faut donc trouver la position optimale pour tirer tous les avantages de ce nouveau vélo."

Si l'on fait un retour sur 2005, comment jugez-vous cette saison pour vous et pour l'équipe Bouygues Telecom ?
"Une saison où tout le monde a découvert, avec l'arrivée du ProTour et ces nouvelles courses ! C'était dur pour l'équipe, avec beaucoup de jeunes, et c'est vrai que les résultats n'ont pas été fantastiques ! Maintenant, comme je l'ai dit, ça a été un apprentissage au très haut niveau et un enchaînement de courses très difficiles. On va corriger les erreurs qu'on a pu faire et progresser dans les résultats pour la saison 2006. Après, sur un plan personnel, je pense avoir fait une belle deuxième partie de saison après être complètement passé à côté de la première, en partie notamment à cause d'un surentraînement durant l'hiver. J'ai participé à deux grands tours et pratiquement qu'à des courses du ProTour, et j'espère que ça va se ressentir cette saison au niveau de ma progression."

Y-a-t-il une opportunité, une course que vous estimez avoir manquée ?
"On peut dire que mon abandon lors de la Vuelta à trois jours de l'arrivée, à cause d'un refroidissement, est dommage car j'étais alors 24ème au général, à quelques secondes de la 20ème place, et avec encore un contre-la-montre qui me plaisait beaucoup... J'aurais été content de finir un premier grand tour à une belle place au général !"

Pour la seconde année, un vététiste brillant, Julien Absalon, a gagné le Vélo d'Or Français, qu'est-ce que cela vous inspire pour les coureurs de votre génération ?
"Un grand bravo à lui pour tous ses résultats qui sont impressionnants. C'est un coureur que j'admire beaucoup et un bel exemple de réussite pour les coureurs de sa génération."

L'équipe de Jean-René Bernaudeau a su faire émerger deux coureurs qu'on n'attendait pas du tout, Thomas Voeckler au Tour 2004 et Anthony Geslin aux Mondiaux 2005, comment l'expliquez-vous ?
"Ca montre que Jean-René a raison de miser sur ses jeunes du Vendée U, et j'espère qu'après Thomas et Anthony, d'autres vont suivre leur exemple et apporter de beaux résultats à l'équipe Bouygues Telecom."

Le Tour 2006 et la Vuelta 2006 vont partir sans les pluri-vainqueurs des éditions précédentes, ça va donner des courses ouvertes. C'est quelque chose qui vous excite ?
"C'est sûr que le départ du Tour à Strasbourg me motive beaucoup mais les places seront chères et l'important est donc d'être présent un maximum tout au long de la saison car il y a beaucoup de choses à faire avant et après le Tour. J'espère tout de même ne pas être en vacances en juillet ! Mes supporters Alsaciens ne seraient pas contents..."

Vous êtes proche de Thomas Voeckler, quel oeil avez-vous sur sa saison 2005 ?
"Thomas a été en-deçà de ce que l'on attendait de lui ! Il a été un peu à l'image de l'équipe. Après, ça a été dur pour lui avec, je pense, beaucoup de pression. Mais il a le mérite d'avoir été au bout de la saison malgré une fatigue bien présente sur la fin."

Propos recueillis le 6 janvier 2006.

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

La Drômoise
INSCRIPTION EN LIGNE
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES