FLASHS

Pros

Interview de Christophe Moreau (Agritubel)

Publié le 06/11/2008 12:04

Interview de Christophe Moreau : "un champion doit finir sur une bonne année, j'y tiens et je suis convaincu que ce sera 2009."
Interview de Christophe Moreau (Agritubel) : "un champion doit finir sur une bonne année, j'y tiens et je suis convaincu que ce sera 2009."

A 37 ans, l'ancien champion de France Christophe Moreau (Agritubel) n'a pas réalisé la saison qu'il avait espérée. Au lendemain d'une année 2007 mémorable, marquée par sa victoire dans le Dauphiné-Libéré, son titre de champion de France et ses performances au Tour de France, le Belfortain a échoué dans sa quête d'un dernier coup d'éclat dans la Grande Boucle. Alors, parce qu'un champion de sa trempe ne pouvait franchement pas se retirer de la sorte, c'est pour une nouvelle et dernière saison que Christophe Moreau a resigné. L'année 2009 constituera l'occasion de marquer les esprits une dernière fois. Par une victoire d'étape, par un Maillot à Pois, par une échappée spectaculaire dans le Tour, la course de ses rêves. Le leader français veut y croire. S'il a choisi de repartir pour un an, c'est bel et bien pour quitter le cyclisme par la grande porte en juillet.
Christophe, nous sommes à cheval entre les saisons 2008 et 2009, où en êtes-vous dans votre intersaison ?
"Je n'ai pas encore coupé tout à fait, ce qui fait que je possède encore les acquis de fin de saison. J'ai terminé ma saison le 9 octobre à Paris-Bourges. Les vacances seront un peu plus lointaines, après le stage de l'équipe Agritubel à Autrans du 17 au 22 novembre. Je ne pourrai prendre des vacances que fin novembre et profiter d'une petite coupure de dix jours. En attendant, je n'ai pas trop coupé exprès pour pouvoir décaler cette mise au repos et réattaquer de façon déterminée le 5 décembre jusqu'au deuxième stage de l'équipe du 15 au 22 décembre."

2008 restera comme une année paradoxale entre l'excellente saison de l'équipe Agritubel et votre parcours moins brillant qu'espéré ?
"C'est vrai que l'année 2007 a tellement été fabuleuse pour moi qu'il n'était pas facile de faire l'équivalent. Je me suis peut-être mis la pression inconsciemment. En voulant faire aussi bien voire mieux, je suis passé à côté de mes objectifs. L'équipe n'a pas pu participer au Dauphiné-Libéré, qui m'était très cher. Mon programme et ma préparation ont été modifiés. J'ai eu la volonté de rattraper un certain retard, j'ai fait une bonne Route du Sud puis patatras. Le coup dur sur le Tour, l'abandon et le physique qui lâche. Automatiquement, même si j'ai couru la fin de saison dans de bonnes conditions, je n'ai pas performé spécialement. Ce n'est pas très habituel de ma part mais ça a été une année moyenne."

Et ça vous donne davantage d'ambition pour l'année à venir ?
"Ca me donne plus d'énergie, plus d'envie de me relancer en 2009. Pourquoi ? Très certainement parce que ce sera ma dernière année, un dernier Tour de France. J'aimerais apporter de beaux sons de cloches, de belles lettres de noblesse à ma carrière avant de m'en aller. J'aimerais notamment m'illustrer sur le Tour, via une victoire d'étape, via un Maillot à Pois, pour pouvoir partir sans regrets ni remords après quinze années. Peut-être que si l'année 2008 avait été bonne, j'aurais choisi de me retirer, de laisser la place aux jeunes. C'est logique. Mais j'avais encore envie de me faire plaisir une année. J'en ai toujours les capacités."

Sur le dernier Tour de France, vous étiez parti pour des opérations de baroud plus que pour des places d'honneur ?
"Je m'étais réorienté sur un Tour d'ouvertures, d'opportunités, et ce sera à nouveau le cas en 2009. Je veux aller chercher une étape, aller à l'avant et ne pas forcément penser au classement général. J'avais beaucoup pensé à adopter cette nouvelle philosophie en 2008 mais j'ai échoué. Ca a été douloureux pour tout le monde. L'an prochain, je n'aurai rien à perdre, je n'aurai pas de pression. Je ne pourrai faire que mieux, c'est-à-dire arriver à Paris voir les Champs. Et se faire plaisir auparavant sur une ou deux étapes, je ne serai pas plus gourmand, avec un bel assaut. Tout le monde l'attend. Un champion doit finir sur une bonne année. J'espère que ce sera le cas l'an prochain. J'y tiens et je suis fermement convaincu que ce sera 2009."

La veille des Champs, justement, il faudra escalader le Mont Ventoux. Vous vous y étiez imposé l'an dernier dans le Dauphiné. Ca reste un bon souvenir ?
"Un excellent souvenir, c'est clair ! Cette victoire au Dauphiné-Libéré, un an après avoir été battu au sprint par Denis Menchov... Malgré la difficulté du col, ma victoire au Ventoux m'a vraiment rempli de bonheur. Sur le Tour, je pense qu'une échappée au long cours risque d'aborder en tête les premières pentes du Ventoux. Est-ce qu'elle ira au bout, je ne sais pas, mais en tout cas ça donne déjà bien des idées. Je ne pourrai qu'être surmotivé ce matin-là. La fatigue sera là pour tout le monde mais ce sera jouable d'être dans le bon coup."

Vous avez intégré Agritubel en début d'année en qualité de capitaine de route. En cela le pari semble avoir été réussi ?
"Ma venue chez Agritubel a été à la hauteur humainement, par rapport au leader et au garçon que je suis. Moteur évident, locomotive, meneur, je l'ai été. C'est vrai que je n'ai pas obtenu les résultats escomptés, mais ça n'a rien enlevé au bénéfice de mon arrivée pour l'équipe. Sportivement, elle a beaucoup gagné cette année, avec plus de confiance, plus de maturité. Elle n'a pas eu à rougir vis-à-vis des équipes ProTour. J'ai apporté beaucoup, le courant est bien passé entre nous. Poursuivre encore une année me permettrait de combler mes lacunes de 2008 et de parachever l'histoire entre Christophe Moreau et les copains d'Agritubel."

Votre contrat a été revu à la baisse pour 2009, dans quel état d'esprit l'avez-vous renégocié ?
"On n'arrive pas effectivement sur sa quinzième année professionnelle à dire qu'on court pour le contrat. L'idée était de continuer dans de bonnes conditions pour que je puisse faire quelque chose sportivement. Il est vrai que de par ma saison 2008, mon contrat a été revu à la baisse. Ce n'est pas exclusivement qu'une histoire d'argent. Le débat ne se tient pas là. Ma carrière est plutôt derrière moi mais j'avais à cœur de la terminer dans de bonnes conditions. Un contrat un peu dévalué ne retire en rien ma motivation. La famille Fornès m'a fait confiance et j'en suis très heureux parce qu'on aurait pu en rester là. Ils ont été très déçus du Tour comme je l'ai été. A moi de leur montrer qu'ils ne se sont pas trompés. Même si j'arrive en fin de carrière, il y a encore du bon Christophe Moreau. A moi de l'extraire en 2009."

Vos partenaires soulignent souvent vos capacités techniques en terme de retour, est-ce une possible reconversion ?
"Je ne ferme la porte à personne ni à rien dans tous les domaines. L'effet de leader peut apporter beaucoup. Je ne me vois pas non plus spécialement directeur sportif, dans l'aspect technique du terme, de conduire une voiture et de mener une équipe dans ce sens-là. Maintenant, pourquoi ne pas continuer à graviter autour d'une équipe dans l'espoir de faire prospérer les troupes dans les meilleures conditions. Je pense que la communion et l'association de plusieurs individualités de direction, sportive, technique etc, permet d'avoir une équipe parfaite. Si j'ai l'opportunité de m'insérer dans un vrai projet, avec un groupe de copains, une vraie âme, pourquoi pas. Mais pour l'instant je suis encore sur le vélo et je n'y pense pas."

Propos recueillis à Sarrians le 1er novembre 2008.

INSTAGRAM

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 28 septembre 2019
dimanche 29 septembre 2019
dimanche 13 octobre 2019
samedi 19 octobre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES