FLASHS

Pros

Journal de Bord de Christophe Edaleine, 13ème étape

Publié le 17/07/2004 22:25

Tour de France, retrouvez le Journal de bord de Christophe Edaleine. Retour sur cette 13ème étape.
Tour de France, journal de bord de Christophe Edaleine : "Armstrong a fait ce qu'il a voulu. Aujourd'hui, il a décidé de gagner"

L' Ardèchois Christophe Edaleine (Cofidis) prend le relais de son malheureux coéquipier Frédéric Bessy, pour nous tenir le journal de bord du Tour de France. Chaque soir, Christophe nous dévoilera sa vision de l'intérieur de la course. Aujourd'hui, la seconde étape pyrénéenne, tant crainte et pourtant passée sans encombre par la Cofidis.

Christophe, établissons un suivi de l'étape. Chavanel part avec Voigt. Ils sont rejoints par Rasmussen. Dans le Portet d'Aspet, David Moncoutié sort avec Virenque. Préméditation ?
"David ne sentait pas trop mal. Mais on n'avait rien prévu au briefing du matin. Peut être voulait-il faire les points du grimpeur."

Des "gros" abandonnent aujourd'hui : Zubeldia, Hamilton, Menchov. D'autres dérivent : Heras ou Mayo. Une réaction ?

"Pour les espagnols, c'est tout de même une grosse surprise. A part Mancebo sinon les autres ... Je n'ai pas d'explication, mais c'est dommage pour le suspense."

Quelles sont vos positions après les deux premiers cols, vers le ravitaillement par exemple.
"Au ravito, on était tous regroupé. Les deux premiers cols se sont bien passés."

Les gruppetto se forme dans le Col de Core.
" Oui, et je me suis fixé à rester avec Mc Ewen. Je me suis dit qu'il se formerait autour de lui. C'était la roue à prendre. Ensuite, il a grossi rapidement. Je n'étais pas dans les premiers lâchés."

Vous enchainez : Col de Latrape, Col d'Agnes, Port de Lers. Etiez vous renseignés des écarts et du déroulement ?
"Oui, dans le gruppetto, nous avions Guesdon qui avait les infos. On était alors au courant des écarts. On a bien roulé dans la vallée avant la montée du Plateau de Beille. Je crois qu'en bas, on était à quelque chose comme vingt minutes de la tête."

Comment étais-tu physiquement et moralement ?
"Physiquement, cela allait. Je ne vais pas dire que c'était une journée tranquille mais bon. Ce n'est jamais facile."

Tu termines dans le troisième autobus à 42 minutes. Tout le monde passe chez Cofidis. Soulagé ?
"Oui, et dès demain, on va pouvoir retenter."

David fait 20ème de l'étape, tandis que tout explose. Encore Armstrong et Basso.
"David avait de bonnes sensations. Mais il m'a dit qu'il avait souffert d'une petite fringale. L'ascension vers Beille est longue, et l'on a du mal à manger. Pour les favoris c'est une copie conforme d'hier. Armstrong a fait ce qu'il a voulu. Aujourd'hui, il a décidé de gagner."

Demain, 192 km de plat vers Nimes. Comment vois-tu l'étape ?
"On annonce beaucoup de vent. 30 à 40 km/h. Faire bien attention."

On se rapproche de chez toi. Ou peut être lorgnes-tu sur l'étape du Vercors ?
"Effectivement, plus sur celle du Vercors. Et pourquoi pas si je suis dans une échappée ... Là cela montera au train."

BIKE SHOW EVENTS