FLASHS

Pros

Les trois grands tours quittent le ProTour !

Publié le 09/12/2005 15:49

Le Tour de France, le Giro et la Vuelta ont annoncé leur retrait de l'UCI ProTour et la mise en place d'un nouveau circuit.
Le Tour de France, le Giro et la Vuelta ont annoncé leur retrait de l'UCI ProTour et la mise en place d'un nouveau circuit.

Après un an de tergiversations entre les trois grands tours et les organisateurs de l'UCI ProTour, le sort vient d'être jeté ce midi à Paris. Réunis hier, les responsables d'ASO (Paris-Nice, Paris-Roubaix, Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, Tour de France et Paris-Tours), de RCS (Tirreno-Adriatico, Milan-San Remo, Giro et Tour de Lombardie) et d'Unipublic (Vuelta) ont pris une décision importante : celle de se retirer officiellement d'un ProTour auquel ils n'ont jamais véritablement appartenu, ayant seulement accordé l'autorisation au challenge de se dérouler sur leur épreuve en 2005. Le même accord a minima était prévu pour la saison 2006.Les vingt équipes du ProTour devaient être sélectionnées d'office pour les épreuves organisées par les trois grands tours. Ces épreuves devaient apporter des points au classement de l'UCI ProTour, comme ce fut le cas cette saison, mais sans faire officiellement partie du circuit.

Chaque partie défendant son morceau de pain, les organisateurs des trois grands tours ont donc décidé de ne plus faire d'efforts en faveur de l'Union Cycliste Internationale, avec laquelle les relations sont tendues depuis plusieurs mois. "Le maintien pour 2006 des accords en vigueur en 2005, c'est-à-dire le statu quo, n'a pas de sens étant donné que cette situation transitoire n'était destinée qu'à permettre la mise au point d'un accord global sur le ProTour, auquel l'UCI dit aujourd'hui avoir renoncé", a expliqué le président d'ASO Patrice Clerc au cours d'une conférence de presse donnée sur les Champs-Elysées. Autrement dit, le Tour, le Giro, la Vuelta et les épreuves qui leur sont liées ne feront plus partie de l'UCI ProTour en 2006, challenge qui se voit aujourd'hui réduit à seize épreuves au lieu de vingt-sept.

Depuis longtemps, l'UCI prétendait que les trois grands tours ne pourraient pas survivre sans le ProTour et seraient réduits à des courses de moindre importance. Les organisateurs ne semblent pas avoir été intimidés par ces menaces et ont défié l'instance internationale en prenant cette décision radicale mais réfléchie. Pour garantir leur survie, ils ont annoncé ce midi la mise en place d'un trophée des trois Grands Tours, lequel sera doté de deux millions d'euros de prime dont 600000 euros pour le vainqueur. Une indemnité complémentaire de 100000 euros sera de plus versée aux groupes sportifs qui se présenteront au départ des trois épreuves-reines du calendrier. L'argent aidant, le Tour, le Giro et la Vuelta ne devraient pas avoir de souci à tenir tête à l'UCI ProTour. Ce divorce sera toutefois lourd de conséquences pour le cyclisme, dont la lisibilité risque fort d'être entamée en 2006 avec un ProTour, un trophée des Grands Tours, des circuits continentaux...