FLASHS

Pros

Liège-Bastogne-Liège : Valverde à 101 %, tout simplement

Publié le 23/04/2006 17:21

L'Espagnol Alejandro Valverde remporte le 92ème Liège-Bastogne-Liège au sprint devant Paolo Bettini et Damiano Cunego.
L'Espagnol Alejandro Valverde remporte le 92ème Liège-Bastogne-Liège au sprint devant les Italiens Paolo Bettini et Damiano Cunego.

Le cyclisme a décidément pris un nouveau tournant cette année. La première génération du XXIème siècle a fini par s'imposer pour de bon et cela n'est certainement pas pour déplaire. Filippo Pozzato vainqueur de Milan-San Remo à 24 ans, Tom Boonen lauréat du Tour des Flandres à 25 ans, Fabian Cancellara triomphateur de Paris-Roubaix à 25 ans, Frank Schleck victorieux de l'Amstel Gold Race à 26 ans et Alejandro Valverde, dominateur du week-end ardennais à 25 ans (il en aura 26 à compter de mardi). Un vent de jeunesse souffle sur la planète cycliste, sur laquelle les vieux chasseurs de classiques ne semblent plus avoir leur place. En tout caspas sur la plus haute marche du podium. Et dire que les anciens brandissaient autrefois l'argument de l'expérience et de la sagesse pour expliquer aux jeunes comment dompter les classiques. De l'expérience, nos jeunes se sont pressés d'en acquérir afin de ne pas attendre le cap de la trentaine pour commencer à briller sur les classiques. La moyenne d'âge des favoris de Liège-Bastogne-Liège aujourd'hui est plus proche des 25 ans que des 30. C'est assez atypique.

Atypique d'ailleurs, la course va l'être tout du long. Le ciel est dégagé ce matin au départ de la place Saint-Lambert. La chaussée est sèche et la température encore un peu fraîche, mais le soleil ne tardera pas à réchauffer les routes de Wallonnie. La première attaque sérieuse est lancée par Pierrick Fédrigo (Bouygues Telecom) et Serge Pauwels (Chocolade Jacques-Topsport Vlaanderen), pris en chasse par un groupe imposant constitué de Christophe Brandt (Davitamon-Lotto), Salvatore Commesso (Lampre-Fondital), Ryan Cox (Barlowolrd), Bart De Waele, Steven Kleynen et Jean-Paul Simon (Landbouwkrediet-Colnago), Arkaitz Duran (Saunier Duval-Prodir), Addy Engels (Quick Step-Innergetic), Unaï Etxebarria (Euskaltel-Euskadi), Juan-Antonio Flecha et Alexandr Kolobnev (Rabobank), José-Vicente Garcia-Acosta et Nicolas Portal (Caisse d'Epargne-Illes Balears), Stéphane Goubert (Ag2r Prévoyance), Torsten Hiekmann (Gerolsteiner), Vincenzo Nibali (Liquigas), Rémi Pauriol (Crédit Agricole), Luis Perez (Cofidis), Michael Rogers et Steffen Wesemann (T-Mobile), Marcos Serrano (Liberty Seguros-Würth), Jurgen Van den Broeck (Discovery Channel), Jens Voigt (Team CSC) et Maarten Wynants (Chocolade Jacques-Topsport Vlaanderen).

Vingt-quatre coureurs exactement s'intercalent entre les deux attaquants et le peloton après 30 kilomètres de course. Et le gros du paquet ne se précipite pas ! Les vingt-quatre s'entendent bien et rentrent sur Fédrigo et Pauwels au 60ème kilomètre pour donner naissance à une échappée matinale de... vingt-six concurrents. L'avance de ce peloton de tête atteint très vite 6'30", puis le peloton principal réagit avant le virage de Bastogne et le retour sur Liège. Dès lors, la différence est rapidement gommée. Les vingt-six échappés perdent du terrain mais en conservent suffisamment pour aborder en tête les premières grosses difficultés du final. Et ça commence par la côte de Wanne, à 89 kilomètres de l'arrivée. Très en vue déjà dans l'Amstel Gold Race il y a une semaine, Steffen Wesemann refuse la fatalité et repart à l'assaut. Echappé depuis le matin, le Suisse se la joue en solo dans la première des dix difficultés du final. Il laisse sur place ses anciens compagnons de fugue, lesquels sont revus après les côtes de Stockeu et de la Haute-Levée, à 68 kilomètres du terme de la classique.

Douze têtes d'affiche pour une prestigieuse victoire après Saint-Nicolas.

La situation de course se clarifie. Dernier rescapé de la large échappée matinale, Steffen Wesemann poursuit son petit bonhomme de chemin dans la côte du Rosier puis dans la côte de la Vecquée, où il rend finalement les armes à 51 kilomètres de Liège. Le premier acte de ce Liège-Bastogne-Liège s'achève ici pour laisser les grands favoris s'expliquer. Le cap des 200 kilomètres de course est passé mais le peloton est encore bien fourni à l'approche de la côte de la Redoute. Le peloton aborde là l'un des patrimoines du cyclisme, au même titre que l'est le Poggio pour Milan-San Remo ou le Mur de Grammont pour le Tour des Flandres. Mais en dépit de quelques accélérations de Basso, Bettini et Cunego, aucune attaque franche ne vient secouer le groupe sur les 2 kilomètres de pente de la Redoute. Un paquet d'une trentaine d'unités franchit ainsi le sommet, avec à son bord l'ensemble des favoris de la doyenne des classiques. Il reste alors 35 kilomètres aux hommes de tête pour se départager et encore quatre ascensions : Sprimont, Sart-Tilman, Saint-Nicolas et Ans.


Mais Michael Boogerd (Rabobank) ne souhaite pas attaquer là où tous les regards convergent. Le Néerlandais surprend le peloton en plaçant un démarrage dans une portion plane, à 28 kilomètres du but. Seul l'Espagnol Joaquin Rodriguez (Caisse d'Epargne-Illes Balears) l'accompagne. Un compagnon de fugue embarrassant pour Boogerd car Rodriguez est réputé pour son penchant à sucer les roues. Et il honore sa réputation dans les 20 derniers kilomètres de la doyenne, effectuant un tiers du travail sous l'injonction d'un Boogerd généreux. L'échappée est bancale. Michael Boogerd et Joaquin Rodriguez ont beau prendre jusqu'à 45 secondes d'avance sur leurs poursuivants, ils ne sont guère efficaces dans la répartition des tâches et sont logiquement rejoints à 6 kilomètres de l'arrivée, dans la côte de Saint-Nicolas. Un regroupement général s'opère mais seuls les meilleurs éléments du peloton sont en mesure de franchir le sommet en tête. Fait atypique, encore une fois, on compte pas moins de douze coureurs toujours devant une fois passée la dernière difficulté avant l'arrivée au sommet de la côte de Ans.

La tête de course, royale, plonge sur Liège avec à son bord Ivan Basso et Frank Schleck (Team CSC), Paolo Bettini (Quick Step-Innergetic), Michael Boogerd (Rabobank), Damiano Cunego (Lampre-Fondital), Danilo Di Luca (Liquigas), Chris Horner (Davitamon-Lotto), Andrey Kashechkin (Liberty Seguros-Würth), Miguel-Angel Martin-Perdiguero (Phonak Hearing Systems), Joaquin Rodriguez et Alejandro Valverde (Caisse d'Epargne-Illes Balears) et Patrik Sinkewitz (T-Mobile). Les douze élus de Liège-Bastogne-Liège ne sont pas en mesure de se départager avant la côte de Ans et son ultime kilomètre en pente. Ca roule vite et lesaccélérations de Schleck, Basso, Cunego ou Sinkewitz ne sont pas suffisantes pour écrémer le groupe. C'est donc au sprint entre cette douzaine de têtes d'affiche que se conclut Liège-Bastogne-Liège. Discret jusque dans le dernier kilomètre, comme mercredi sur la Flèche Wallonne, l'Espagnol Alejandro Valverde est le plus rapide à Liège. Il devance Paolo Bettini et Damiano Cunego, flanqué d'un dossard 101 qui lui avait déjà porté chance sur le Tour du Pays-Basque, et qui lui permet, outre de réaliser le doublé dans les classiques wallonnes, de s'emparer de la tête de l'UCI ProTour.

Classement :

1. Alejandro Valverde (ESP, Caisse d'Epargne-Illes Balears) les 262 km en 6h21'32"
2. Paolo Bettini (ITA, Quick Step-Innergetic) m.t.
3. Damiano Cunego (ITA, Lampre-Fondital) m.t.
4. Patrik Sinkewitz (ALL, T-Mobile) m.t.
5. Michael Boogerd (PBS, Rabobank) m.t.
6. Miguel-Angel Martin-Perdiguero (ESP, Phonak Hearing Systems) m.t.
7. Frank Schleck (LUX, Team CSC) m.t.
8. Chris Horner (USA, Davitamon-Lotto) m.t.
9. Danilo Di Luca (ITA, Liquigas) à 4 sec.
10. Ivan Basso (ITA, Team CSC) à 7 sec.
Classement complet
INSCRIPTION EN LIGNE