FLASHS

Pros

Tour : McEwen encore Vert, Armstrong toujours Jaune

Publié le 28/07/2002 18:15

Lance Armstrong gagne le 89ème Tour de France devant Beloki et Rumsas. McEwen s’adjuge la dernière étape.
Lance Armstrong gagne le 89ème Tour de France devant Beloki et Rumsas. McEwen s’adjuge la dernière étape.


© Shimano
Il est cinq heures. Paris se lève, le Tour se couche. Avec de beaux rêves. Lance Armstrong (US Postal) est entré dans l'Histoire avec une 4ème victoire en quatre ans. Acquise d’une main de maître, sa 4ème victoire consécutive dans le Tour de France s’est inscrite sur les tablettes d’un livre que l’on ouvre rarement : celui de la Légende du cyclisme. Le plus grand coureur cycliste américain de tous les temps, bien au-delà de Greg LeMond encore, a rejoint Jacques Anquetil, Eddy Merckx et Miguel Indurain dans le clan très fermé des quadruples vainqueurs
du Tour consécutivement. Armstrong est une légende vivante, le grand patron du cyclisme de ce début de XXIème siècle. Cinq ans et demie après avoir vaincu le cancer, Armstrong a démontré une nouvelle fois son énorme talent en battant l’Espagnol presque aussi talentueux mais malheureusement trop discret Joseba Beloki (ONCE-Eroski) et le Lituanien Raimondas Rumsas (Lampre-Daikin) : les deux seuls coureurs à être parvenus à concéder moins de dix minutes au Maillot Jaune. Bravo !

Mais avant de faire résonner, de faire re-sonner, la "Bannière étoilée" sur les Champs-Elysées, le peloton de 153 coureurs devait en finir avec les 144 derniers kilomètres du Tour de France. Plats, ces derniers kilomètres se déroulaient comme à l'accoutumée par une longue procession vers Paris et son circuit des Champs-Elysées (dix tours de 6,5 km). La colonie de juillet avait le sourire. On était rescapé de la Grande Boucle et l'on souhaitait faire une dernière fête avant de se quitter. C'était de tradition, on sabrait le champagne. Le peloton était en fête, ça n'arrive qu'une ou deux fois l'an, et on ne dérogeait pas au côté folklore du Tour. Lance Armstrong, bon vivant, servait lui-même le champagne à ses amis du peloton. Il réunissait son équipe US Postal à l'arrière du peloton, du côté de la voiture numéro une, celle de Johan Bruyneel, et profitait de cette journée exceptionnelle.

Laurent Jalabert (CSC-Tiscali) était plus sage. Il savourait chaque instant de son dernier jour sur le Tour de France, étrennait son vélo blanc à pois rouge, sur lequel la marque Look disparaissait pour laisser place à un "Merci Jaja". Andrea Tafi (Mapei-Quick Step) amusait le peloton par ses blagues, Richard Virenque (Domo-Farm Frites) enflammait le public par son sourire, Alexandre Botcharov (Ag2r Prévoyance) divertissait les suiveurs par son pédalage en chaussettes, les photographes aveuglaient les coureurs par leur mitraillage de flashs. Deux coureurs restaient cependant discrets au sein du peloton. Le visage réfléchi, concentré, les mains au bas du guidon et le regard porté vers l'avant, l'Australien Robbie McEwen (Lotto-Adecco) et l'Allemand Erik Zabel (Telekom) attendaient leur heure, à l'écart des plaisanteries de leurs collègues. Leur distance au classement par points était si faible (un petit point) que l'on pouvait la qualifier, comme au tennis, d'égalité avec avantage McEwen.

McEwen était encore... vert en cette fin de Tour.

Cet avantage se confirmait avec le premier sprint, disputé sur le premier Champ de bataille : celui de Champs... sur Marne. Juste avant les Champs... Elysées, McEwen le malin bondissait à 200 mètres du sprint pour amplifier son avance de deux points sur son rival. Les coureurs rangeaient alors leur sourire, sortaient leurs jambes et se dirigeaient vers Paris avec en vue la dernière victoire d'étape, l'une des plus prestigieuses. Classiquement, c'est l'équipe du Maillot Jaune, l'US Postal pour la 4ème fois, qui conduisait le peloton jusque sur le circuit des Champs-Elysées. Laurent Jalabert était le premier à attaquer, mais la course était lancée à toute allure et les 65 derniers kilomètres allaient difficilement permettre à une échappée de se former. Huit coureurs trouvaient l'ouverture dans le 2ème des dix tours, mais le peloton les reprenait dans le tour suivant.

A nouveau, des attaques secouaient le peloton : Sylvain Chavanel (Bonjour) et Cristian Moreni (Alessio) s'échappaient dans le 3ème tour. Malheureusement, Chavanel finissait ce Tour comme il l'avait commencé. Il perçait dans le 4ème tour, en haut des Champs-Elysées, et laissait filer Moreni. On entrait alors dans le 5ème tour, où Laurent Jalabert se lançait à la poursuite de Moreni, accompagné comme il le faut par David Millar (Cofidis), (Lotto-Adecco), Mauro Radaelli (Tacconi Sport) et Andrea Tafi. Les quatre poursuivants se joignaient très vite à Moreni. La présence de Jalabert à l'avant inspirait et de nombreux contre-attaquants entraient en action. Ils étaient sept à chasser et tous revenaient sur le groupe Jalabert dans le virage des Champs-Elysées, au 6ème tour. On se retrouvait ainsi avec douze hommes en tête et 40 secondes d'avance sur le peloton. Malheureusement pour les échappés, Raimondas Rumsas (Lampre-Daikin) avait eu l'ingénieuse idée de se glisser dans le groupe de tête. Les ONCE-Eroski de Joseba Beloki roulaient très fort et tout se regroupait dans le 7ème tour.

Pas pour longtemps car aussitôt, un groupe de neuf coureurs prenait le large. On y retrouvait Andrea Brognara (Alessio), Erik Dekker, Marc Wauters (Rabobank), Patrice Halgand (Jean Delatour), Pedro Horillo (Mapei-Quick Step), Jakob Piil (CSC-Tiscali), Marco Vélo (Fassa Bortolo), Haimar Zubeldia (Euskaltel-Euskadi) et l’intenable Cristian Moreni. Ces neuf-là conservaient un maigre avantage sur le peloton jusque dans l’avant-dernier tour, où ils étaient finalement rejoints. Le dernier attaquant du Tour 2002 se nommait Martin Hvastija (Alessio). Le Slovène attaquait dans le dernier tour mais était repris dans le dernier kilomètre, où le sprint se préparait. Erik Zabel était débordé et ce sont trois coureurs qui attiraient l’attention : Damien Nazon (Bonjour), Baden Cooke (FDJeux.com) et Robbie McEwen. Déjà vainqueur sur les Champs-Elysées en 1999, McEwen démontrait qu’il était encore vert en cette fin de tour et il l’emportait devant son compatriote. Septième, Zabel bouclait le Tour pour la première fois depuis 1996 sans le Maillot Vert.

A Paris, McEwen s’habillait de Vert, Jalabert de Blanc à Pois Rouge, le prometteur Ivan Basso (Fassa Bortolo) de Blanc, la ONCE-Eroski de casquettes jaunes et Lance Armstrong de Jaune, pour toujours semble-t-il. Au moment de conclure, les idées se bousculent, les mots se permutent, les phrases se confondent. Alors, en trois mots : félicitations à tous, bravo Lance et... merci "Jaja".

Les points chauds :
  • sprint de Champs-sur-Marne (km 54) : McEwen (Lotto-Adecco), Zabel (Telekom) et Mikhaïlov (Lotto-Adecco)
  • sprint des Champs-Elysées (km 81) : Heras (US Postal), Landis (US Postal) et Joachim (US Postal)
Classement 20ème étape :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Adecco) les 144 km en 3h30’47" (39,8 km/h)
2. Baden Cooke (AUS, FDJeux.com) m.t.
3. Damien Nazon (FRA, Bonjour) m.t.
4. Fabio Baldato (ITA, Fassa Bortolo) m.t.
5. Davide Casarotto (ITA, Alessio) m.t.
6. Stuart O'Grady (AUS, Crédit Agricole) m.t.
7. Erik Zabel (ALL, Telekom) m.t.
8. Jan Svorada (RTC, Lampre-Daikin) m.t.
9. Arvis Piziks (LET, CSC-Tiscali) m.t.
10. Nicola Loda (ITA, Fassa Bortolo) m.t.

Classement général final :

1. Lance Armstrong (USA, US Postal) en 82h05’12" (39,88 km/h)
2. Joseba Beloki (ESP, ONCE-Eroski) à 7’17"
3. Raimondas Rumsas (LIT, Lampre-Daikin) à 8’17"
4. Santiago Botero (COL, Kelme-Costa Blanca) à 13’10"
5. Igor Gonzalez de Galdeano (ESP, ONCE-Eroski) à 13’54"
6. José Azevedo (POR, ONCE-Eroski) à 15’44"
7. Francisco Mancebo (ESP, iBanesto.com) à 16’05"
8. Levi Leipheimer (USA, Rabobank) à 17’11"
9. Roberto Heras (ESP, US Postal) à 17’12"
10. Carlos Sastre (ESP, CSC-Tiscali) à 19’05"

Classement par points :

1. Robbie McEwen (AUS, Lotto-Adecco) 280 pts
2. Erik Zabel (ALL, Telekom) 261 pts
3. Stuart O’Grady (AUS, Crédit Agricole) 208 pts

Classement de la montagne :

1. Laurent Jalabert (FRA, CSC-Tiscali) 262 pts
2. Mario Aerts (BEL, Lotto-Adecco) 178 pts
3. Santiago Botero (COL, Kelme-Costa Blanca) 162 pts

Groupama picto-dec18

Instagram Vélo101

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019
dimanche 10 mars 2019
dimanche 07 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES

Sportour déc-janv19
Fenioux déc18-janv19