FLASHS

Pros

Vattenfall Cyclassics : Tyler Farrar enfin à l'honneur

Publié le 16/08/2009 19:05

L'Américain Tyler Farrar a remporté au sprint la 14ème Vattenfall Cyclassics à Hambourg. Il a devancé Breschel et Ciolek.
L'Américain Tyler Farrar a remporté au sprint la 14ème Vattenfall Cyclassics à Hambourg. Il a devancé Matti Breschel et Gerald Ciolek.

Cette épreuve aoûtienne de 216,4 kilomètres réunit cet après-midi 160 concurrents. En l'absence de l'Australien Robbie McEwen (Team Katusha), lauréat l'an passé, il se dégage deux grands favoris pour cette 14ème Vattenfall Cyclassics, les Allemands André Greipel (Team Columbia-HTC) et Gerald Ciolek (Team Milram). Depuis le dernier succès conquis par le monumental Erik Zabel en 2001, aucun coureur germanique ne s'est plus imposé lors de cette course d'un jour dans la capitale hanséatique. Les autres grands noms du peloton, Tom Bonnen (Quick Step), particulièrement bien épaulé, Oscar Freire (Rabobank), Fabian Cancellara (Team Saxo Bank) et Daniele Bennati (Liquigas) font plutôt parler leur expérience. Sous un beau soleil, la course démarre tambour battant avec l'échappée de l'Espagnol Andrés De Lis (Euskaltel-Euskadi) et de l'Ukrainien Yuriy Krivtsov (Ag2r La Mondiale).
Les deux fuyards qui ont compté jusqu'à une avance maximale de neuf minutes, voient leur matelas se réduire rapidement. Le peloton qui jusque-là roulait modérément, accélère sous les efforts des hommes de l'équipe Silence-Lotto qui veulent bien évidemment favoriser les desseins de leurs hommes forts, Philippe Gilbert et Mario Aerts. A leurs côtés, on retrouve également le Team Columbia-HTC avec en tête l'Autrichien Bernard Eisel, l'un des plus entreprenants. Les deux hommes de tête sont repris peu avant le passage du Waseberg, la seule difficulté sérieuse de la journée, une courte rampe de 700 mètres mais dont la pente va jusqu'à 15% par endroits.

Le Team Saxo Bank entre aussi en action sous l'impulsion de Frank Hoj puis de Matti Breschel qui prend quelques longueurs d'avance sur le peloton, en franchissant seul le sommet du Waseberg. A moins de 35 kilomètres de l'arrivée, le Danois coupe son effort. Alors qu'une chute envoie à terre plusieurs coureurs dont le Luxembourgeois Kim Kirchen (Team Columbia-HTC), la course s'anime encore avec une nouvelle attaque menée par Philippe Gilbert et Nick Nuyens (Rabobank). Cette attaque désorganise complètement le peloton. Plusieurs groupes se constituent derrière Gilbert et Nuyens. A 25 kilomètres du but, le vainqueur du dernier Tour de Suisse, Fabian Cancellara tente également sa chance, avec dans sa roue Daniele Bennati (Liquigas), Christian Vande Velde (Garmin-Slipstream) ou encore Nicolas Roche (Ag2r La Mondiale).

Des attaques en pagaille, Tyler Farrar au final.

Derrière les échappés, la formation de la Caisse d'Epargne mène la chasse. Le groupe de tête se fait absorber. Chacun tente sa chance. Le Français Sébastien Turgot (Bbox Bouygue Telecom) arrive à s'extraire du peloton, bientôt imité par Philippe Gilbert et Nicolas Roche, décidément très en verve cet après-midi. Mais ils sont très vite repris par un peloton qui ne compte qu'une cinquantaine de coureurs. Les Quick Step se montrent à leur tour avec Sylvain Chavanel qui travaille évidemment pour Tom Boonen en cas très probable d'arrivée massive. Gerald Ciolek, l'un des grands prétendants à la victoire, est très bien placé dans les roues de ses équipiers de la Milram.

La formation Liquigas, une des plus imposantes présentes est également là, décidée à travailler pour Bennati. Les équipes frottent et jouent du coude pour imposer leur allure. Les Saxo Bank reviennent également en tête de peloton avec Hoj qui travaille pour Cancellara. On connaît la puissance et la pointe de vitesse du Suisse, vainqueur du contre-la-montre de Monaco, lors du dernier Tour de France, qui pourrait jouer sa carte personnelle en faisant la différence s'il s'échappait au dernier kilomètre. Mais il semble plus prudent qu'il se mette à la planche pour mener Matti Breschel au succès. Alors que des coureurs à l'arrière du peloton ont chuté dans un virage, les hommes de devant s'activent. Il ne fait plus de doute. Comme tous les ans, on aura droit à un emballage final.
Dans les derniers hectomètres, l'Américain Tyler Farrar (Garmin-Slipstream) surgit au bon moment et s'impose devant Matti Breschel et Gerald Ciolek, une nouvelle 3ème de l'épreuve comme en 2007. Le premier Français, William Bonnet (Bbox Bouygues Telecom) prend la onzième place derrière Jacopo Guarnieri (liquigas), vainqueur d'étape sur le Tour de Pologne. A 25 ans, Farrar dont la meilleure performance sur une classique était une cinquième place sur Paris-Tours l'an passé, remporte enfin la première course de prestige de sa carrière. Barré par l'intouchable Mark Cavendish (Team Columbia-HTC) sur les routes du Tour, le sprinter américain avait terminé à deux reprises deuxième d'étape lors des arrivées à Brignoles et à Saint-Fargeau.

Classement :

1. Tyler Farrar (USA, Garmin-Slipstream) en 5h30'38"
2. Matti Breschel (DAN, Team Saxo Bank) m.t.
3. Gerald Ciolek (ALL, Team Milram) m.t.
4. Allan Davis (AUS, Quick Step) m.t.
5. Koldo Fernandez (ESP, Euskaltel-Euskadi) m.t.
6. Davide Vigano (ITA, Fuji-Servetto) m.t.
7. Daniel Bennati (ITA, Liquigas) m.t.
8. Fabio Sabatini (ITA, Liquigas) m.t.
9. Marco Bandiera (ITA, Lampre-NGC) m.t.
10. Jacopo Guarnieri (ITA, Liquigas) m.t.
Classement complet